Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez ici
Infolettre de la communauté scientifique Agropolis International - N°1 - Juin 2008

Au sommaire

• Sommaire

• Edito
• Dossier
• Billet d'humeur
• Un métier
• Actions pilotes d'Agropolis
• Coup de projecteur

• Chiffres du mois
• Coin du web
• Culture scientifique

•  E-notes

 

Opération Campus : Montpellier sur les rangs

Les trois universités montpelliéraines et Montpellier SupAgro ont déposé, dans le cadre de l’appel à projets « Opération Campus » lancé par le ministère de l’Enseignement et de la Recherche, leur candidature pour le Projet « Montpellier Université Sud de France » (MUSF) le 28 avril dernier.

Signature, par les partenaires du projet, de la déclaration d’intention commune le 28 avril dernier au Rectorat de l’Académie de Montpellier

 

L’appel à projets

Pour mémoire, l'objectif de l'opération Campus lancé par le ministère vise à "rénover et à redynamiser, sur le plan national, 10 campus existants grâce à un financement de 5 milliards € (*), pour créer de véritables lieux de vie, fédérer les grands campus de demain et accroître leur visibilité internationale. Il s'agit également de répondre aux situations immobilières les plus urgentes dans le cadre d'une réflexion globale permettant l'optimisation du patrimoine existant".

Quatre critères sont fixés par le comité d’évaluation (**) : ambition pédagogique et scientifique du projet (rayonnement scientifique, objectifs en matière d'insertion professionnelle, ouverture internationale, valorisation de la recherche) ; capacité à optimiser le patrimoine immobilier ; développement d'une vie de campus ; caractère structurant et innovant du projet pour le territoire. Six premiers sites ont été sélectionnés le 28 mai 2008.

La clôture du deuxième appel à projets est prévue pour le 20 juin prochain, à l'issue duquel quatre autres dossiers seront choisis d'ici juillet 2008.

Le démarrage opérationnel des projets financés est prévu pour début 2009.

Le projet montpelliérain

Les acteurs et partenaires
Le projet montpelliérain est porté par les trois universités et Montpellier SupAgro en partenariat avec l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie (ENSCM), les organismes de recherche, le CROUS, les collectivités locales (Région Languedoc-Roussillon, Conseil général de l’Hérault, Communauté d’Agglomération, Ville de Montpellier), la Caisse des Dépôts et Consignations.
Il est également soutenu par le Rectorat de l'Académie de Montpellier, la Préfecture de Région, la Délégation Régionale à la Recherche et la Technologie.

L’ enjeu du projet
L’enjeu est de conforter la place de Montpellier parmi les 10 principaux sites français de recherche et d’enseignement supérieur, en s’appuyant sur ses domaines d’excellence et son fort potentiel en matière d’innovation.
Si le projet est retenu, il aura un impact dépassant le strict cadre universitaire pour bénéficier de manière plus globale au développement de Montpellier et à son rayonnement international.

Les atouts du projet
- La Ville de Montpellier accueille 60 000 étudiants (un pour quatre habitants) ; elle est aujourd’hui l’une des villes les plus attractives d’Europe.

- Son « Univer-Cité » est totalement intégrée au tissu urbain : les sites universitaires et les organismes de recherche (CNRS, Inserm, Inra, Cirad, IRD, CEA, Ifremer, Cemagref, BRGM, et bientôt Inria et Cnes) s’inscrivent dans un espace triangulaire au nord-ouest de la ville en lien direct avec le centre ville.

- « Le projet MUSF rassemble 4 200 enseignants-chercheurs et chercheurs autour des défis sociétaux du XXIe siècle pour s’établir en campus reconnu au niveau mondial ; ambition qui se décline à travers un projet scientifique et pédagogique privilégiant une approche transdisciplinaire en lien étroit avec les acteurs du monde économique.

Cette volonté est légitimée par l’excellence des pôles de formation et de recherche.
Celle du pôle « Agronomie-Environnement » positionné sur l’agriculture, l’alimentation, la biodiversité et l’environnement est incarné par Agropolis International avec l’appui d’ Agropolis Fondation.
Le pôle « Biologie-Santé » est adossé au Réseau thématique de recherche et de soins « Infectiopôle Sud ».
Le pôle « Chimie, Balard », que le projet MUSF contribuera à structurer, investit dans des thématiques d’interface comme la chimie verte ou la chimie séparative.
Le pôle « Mathématiques-Informatique-Physique-Structures-Systèmes » est en interface active avec ces trois pôles.
Les deux pôles émergents que sont « Sciences de l’Homme et de la Société » et « Entreprises », indispensables à la perspective transdisciplinaire, seront à renforcer.
Les cinq pôles de compétitivité régionaux, « Q@LI-MEDiterranée », « Orphème », « Derbi », «Trimatec», et « Risques », rassemblant près de 400 entreprises, dynamisent également l’ensemble des activités scientifiques.

Le développement de l’attractivité du campus MUSF repose sur deux moteurs : d’une part, l’enrichissement d’une offre de formation large, cohérente, visant la réussite des étudiants et leur insertion professionnelle, soutenue par la qualité scientifique et fertilisée par l’animation économique, d’autre part, l’amélioration qualitative et quantitative des capacités d’accueil du campus, lieu de vie dont l’identité sera renforcée par d’ambitieux aménagements urbains. Cet effort se traduira notamment dans les dix ans à venir par un quasi doublement (de 13% à 20%) de la proportion des étudiants étrangers » (source note d’intention).

Le rôle d’Agropolis International

Compte tenu de sa mission d’ensemblier et de son expérience en la matière, Agropolis International a été mandatée, dés le lancement du projet, par les établissements porteurs, en qualité d’opérateur technique pour la mise en place de l'ingénierie nécessaire. Pour ce faire, l’association a mis en place en quelques jours une méthodologie reposant notamment sur des groupes de travail couvrant l’ensemble des thématiques. Un système de centralisation de l’information a permis de recueillir tous les éléments nécessaires à l’écriture de la note d’intention qui a été le fruit d’un travail collectif.

Documents sources et pour en savoir plus :
- Site du ministère de l’Enseignement et de la Recherche : Cliquez

- Site de l’Académie de Montpellier : Cliquez

- Site Université Montpellier 2 :
http://www.univ-montp2.fr/files_lien_minisite/1074_lien.pdf
(synthèse du dossier de candidature)

Contact Montpellier Université Sud de France (MUSF) :
Présidence Université Montpellier 1
Tél.:+33 (04) 67 41 74 58
Courriel : presidence@univ-montp1.fr

(*): financement provenant de la cession d'une partie de la participation de l'Etat dans le capital d'EDF.
(**) : Guy Aubert, physicien ; Hubert Blanc, conseiller d'Etat honoraire ; Catherine Cesarsky, astrophysicienne, membre de l'Académie des sciences ; Jean-Lou Chameau, président de Caltech (Los Angeles) ; Jacques Glowinski, chercheur de l'INSERM, spécialiste reconnu en neuropharmacologie ; Françoise Benhamou, économiste ; Gilles Pélisson, directeur général du groupe Accor et Robert Lacroix, ancien Président de l'université de Montréal.