PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Projet CoForChange : expliquer et prédire les évolutions possibles des forêts tropicales humides du bassin du Congo

Les changements globaux (pression anthropique et changement climatique) exercent sur les forêts tropicales humides du basin du Congo – d’importance mondiale – de fortes pressions, sources de dégradation et de fragmentation. Comment, pourquoi et où les espèces d’arbres vont-elles pouvoir résister à cette pression ? Ces questions, d’importance majeure tant pour les pays africains que pour l’Europe, nécessitent de trouver des réponses par l’intégration des connaissances sur les stratégies écologiques des différentes espèces d’arbres. Ainsi, le projet CoForChange visait-il à expliquer et prédire les évolutions possibles des forêts tropicales humides du bassin du Congo, afin d’améliorer l’efficacité des politiques et programmes africains et européens en matière de conservation et de gestion durable des forêts et de leur biodiversité.
Le projet a impliqué l’analyse croisée d’images satellites, les inventaires forestiers et la cartographie des facteurs environnementaux afin d’identifier les principales communautés d’arbres et étudier leurs propriétés. Il s’est ensuite focalisé sur quelques sites pilotes au sein desquels des travaux expérimentaux ont été conduits, en vue de relier le statut de la structure/composition/diversité actuelles des communautés d’arbres avec les perturbations passées, d’origines anthropique ou climatique, et ainsi d’identifier les traits fonctionnels critiques des espèces étudiées.
Les connaissances acquises ont été intégrée dans un modèle prédictif permettant de tester l’impact de différents scénarios de changement climatique et politiques de gestion.

Les résultats ont été diffusés à travers des outils opérationnels d’aide à la décision, des cartes, des articles scientifiques, des programmes de formation, etc. Ce projet a été mené de 2009 à 2012 par un consortium pluridisciplinaire, coordonné par le Cirad (UR B&SEF). Il rassemblait huit organismes européens (de Belgique, France, Italie et Royaume-Uni), cinq institutions publiques africaines (Cameroun, Centrafrique, Gabin, Congo) et une organisation internationale. Il a été cofinancé par l’ANR, le NERC (Royaume-Uni) et les quatorze partenaires impliqués.

Sylvie Gourlet-Fleury, sylvie.gourlet-fleury@cirad.fr

Date de publication : 01/02/2015

Cet exemple ne figure pas dans la version papier du dossier, publiée en février 2015.




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=201