PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Comprendre les schémas et les processus de l’adaptation locale, les points de basculement évolutifs et les capacités des populations d’arbres forestiers à s’adapter au changement climatique

Les forêts sont des réservoirs majeurs de biodiversité et les arbres sont les « clés de voûte » de la diversité et du fonctionnement des écosystèmes forestiers. Ainsi, la prédiction des réponses des arbres au changement climatique constitue un enjeu scientifique et sociétal critique. A côté de la plasticité phénotypique et de la migration, l’adaptation génétique constitue une composante centrale de la réponse des arbres au changement climatique, notamment pour les espèces au sein desquelles la dispersion de gènes favorables est facilitée par une grande diversité génétique associée à des flux de gènes sur de longues distances. Dans le cadre d’un projet financé par l’ANR et l’UE, URFM et ses partenaires cherchent à développer des scénarios de réponses micro-évolutives de la biodiversité forestière au changement climatique. Les équipes impliquées étudient ainsi la dynamique de la variabilité génétique sous-tendant les traits adaptatifs, élément majeur de la résilience des écosystèmes forestiers d’un point de vue évolutif. Elles s’interrogent notamment sur la façon dont la diversité génétique des populations forestières le long de gradients environnementaux est spatialement structurée par la sélection naturelle. Elles cherchent également à estimer la proposition du génome soumise à la pression de sélection et à identifier les gènes concernés. En se basant à la fois des outils classiques de génétique quantitative et sur des méthodes de séquençage à haut débit, les recherches menées dans le cadre de ce projet se concentrent notamment sur la disponibilité en eau et les gradients de température dans des zones forestières particulièrement sensibles, comme par exemple en Guyane, dans le bassin méditerranéen, les Alpes, la Scandinavie, l’Afrique sub-saharienne et le Cerrado au Brésil.

Légende : Malgré une distance géographique réduite, de fortes variations environnementales existent le long des pentes du Mont Ventoux, conduisant à des différences phénotypiques et génétiques parfois marquées entre individus et populations le long du gradient altitudunal. Although geographic distances are short overall, strong environmental variations are present in Mont Ventoux, resulting in sometimes marked phenotypic and genotypic differences among individuals and populations along the altitudinal gradient.

Sylvie Oddou-Muratorio, sylvie.oddou@avignon.inra.fr

Date de publication : 01/02/2015

Cet exemple ne figure pas dans la version papier du dossier, publiée en février 2015.




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=196