PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Métabolismes et dynamique des processus de dégradation et de colonisation de substrats végétaux terrestres

Copyright et légende : ©P. Galand - D. Kalenitchenko LECOB - Biofilms sur bois immergés expérimentalement

©P. Galand - D. Kalenitchenko  LECOB - Biofilms sur bois  immergés expérimentalement

Les débris organiques représentent des apports importants de carbone organique au milieu marin, notamment dans les régions tropicales mais aussi en Méditerranée, où ils constituent des îlots de diversité. Cependant, malgré leur importance, les microorganismes qui se développent à partir de ces substrats complexes et forment ces écosystèmes fragmentés sur les fonds marins restent très peu connus. En utilisant le bois comme modèle, au travers d’approche expérimentales et in situ, le LECOB étudie les processus microbiens de dégradation de la matière organique qui impliquent l’association et la synchronisation d’une large variété de métabolismes microbiens chimiosynthétiques hétérotrophes mais aussi autotrophes. Les bois coulés ou 'organic falls' sont également reconnus comme une composante importante des écosystèmes chimiosynthétiques profonds. Les recherches du LECOB s'intéressent également aux propriétés de ces habitats fragmentés et à leur rôle dans l'évolution et la dispersion des faunes chimiosymbiotiques profondes. Le modèle ‘bois’ permet aussi d’appréhender les concepts écologiques de niches, de colonisation et de succession en s'appuyant sur des approches expérimentales en conditions simulées (aquariums) et in situ. Les recherches du LECOB dans ce domaine s’appuient sur la mise en place d’outils moléculaires de pointe tels que la transcriptomique couplée au séquençage de nouvelle génération qui permet de résoudre des questions clefs de relation structure – fonctions et sur l'utilisation de capteurs électrochimiques pour l'étude des relations espèces-habitat. Ce projet multidisciplinaire se construit grâce au soutien de l’ANR au travers de collaborations internes au LECOB, avec le Museum National d'Histoire Naturelle, le CSIC (Espagne), l’Université du Delaware (USA).

Pierre Galand, pierre.galand@obs-banyuls.fr

Date de publication : 01/02/2015

Cet exemple ne figure pas dans la version papier du dossier, publiée en février 2015.




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=195