PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Affiner les prévisions climatiques à long terme, grâce à l'étude des effets de la lumière sur les bactéries à protéorhodopsine des océans

Copyright et légende : Photobioreacteurs utilisées dans le cadre du projet ANR RHOMEO pour des mesures de rendement en Carbone dans des différentes conditions d’illumination

Photobioreacteurs utilisées dans le cadre du projet ANR RHOMEO pour des mesures de rendement en Carbone dans des différentes conditions d’illumination

Le LBBM coordonne le projet RHOMEO (ProteoRHOdopsin-containing prokaryotes in Marine EnvirOnments), en collaboration avec l’UMR « Adaptation et Diversité en Milieu Marin » de la station biologique de Roscoff. L’objectif de ce projet est de combiner l’estimation de la diversité et de la dynamique spatio-temporelle des bactéries photohétérotrophes marines avec des études physiologiques en photobioréacteurs ciblant des souches isolées.
Des techniques moléculaires de pointe seront mobilisées pour déterminer la diversité des bactéries contenant des protéorhodopsines (à l'aide de pompes à protons lumino-dépendantes permettant d'utiliser la lumière comme source d’énergie) dans trois sites contrastés : en mer Méditerranée, dans la Manche et dans l’océan Arctique. Les études physiologiques utiliseront des photobioréacteurs ainsi que des souches microbiennes modèles pour évaluer les effets de la lumière sur le rendement de croissance de ces organismes dans différentes conditions de lumière et de qualité de substrats. Ces expérimentations conduiront à déterminer la quantité de carbone produite grâce à l’utilisation de l’énergie lumineuse chez les photohétérotrophes. Ces résultats permettront de lier l'utilisation de sources de carbone spécifiques et la physiologie de souches modèles représentatives de l’environnement. La combinaison des expérimentations in situ et des expérimentations physiologiques permettra d’estimer les effets de la lumière sur le métabolisme de ces organismes aux sites échantillonnés. Ces résultats contribueront à affiner la compréhension des prévisions climatiques à long terme, en tenant compte de ces organismes qui constituent une composante très importante des communautés microbiennes des océans.

En savoir plus

Marcelino Suzuki, suzuki@obs-banyuls.fr

Date de publication : 01/02/2015


Imprimer le chapitre 2. Changement climatique & Biodiversité et écosystèmes , dans lequel figure cet exemple

Illustrations

© A. Courties - Modes de vie hétérotrophe et photohétérotrophe




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=157