PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Inventaire et suivi de la biomasse aérienne des forêts tropicales : une contribution au mécanisme RED

Copyright et légende : © Pierre Couteron - Evaluation de la biomasse aérienne des forêts tropicales - arbres individuels

© Pierre Couteron -  Evaluation de la biomasse aérienne des forêts tropicales - arbres individuels

Face aux objectifs internationaux de maîtrise des quantités de gaz à effet de serre, et face aux enjeux du programme de Réduction des Émissions liées à la Déforestation et à la Dégradation des forêts tropicales (REDD+), il est important de recenser les stocks de carbone que ces forêts hébergent et ce, d'autant plus que le mécanisme REDD prévoit d’appuyer financièrement les pays tropicaux dans la conservation de ces stocks. Pour mener à bien un tel projet, l'UMR AMAP a développé des méthodes fiables permettant de suivre dans le temps l'évolution des quantités de carbone séquestrées.

Le carbone est majoritairement séquestré dans les parties aériennes des arbres. Il convient de l'estimer de façon cohérente malgré les contraintes liées aux territoires forestiers, qui sont vastes et souvent difficilement accessibles. Les inventaires forestiers de terrain concernent principalement des mesures simples, comme le diamètre du tronc et, exceptionnellement, des mensurations et pesées plus détaillées permettant la calibration des équations allométriques prédisant la biomasse totale des arbres individuels. Ces inventaires, forcément limités dans l’espace, permettent d'échantillonner les différents types de forêts d’un territoire, et de calibrer les prédictions de la biomasse des arbres à partir de la télédétection (altimétrie laser, analyse du grain de la canopée sur images optiques, mesures radar, etc.). Le recours à la télédétection est nécessaire pour obtenir des cartographies généralisant l’information de terrain.

La démarche de l'UMR AMAP se place ainsi à l’interface entre le traitement des informations spatiales et les observations de terrain, en particulier au travers de l’architecture des arbres. Cette conjonction de compétences, dans deux domaines généralement dissociés, permet d’envisager des collaborations plus étroites et plus directes entre la télédétection et la modélisation 3D des structures végétales. Par ailleurs, pour garantir la robustesse et la généricité de ses résultats, l’UMR mène ces recherches dans différentes régions tropicales : Afrique centrale, Guyane française, Inde, Nouvelle-Calédonie et, plus ponctuellement, Brésil et Indonésie.

Pierre Couteron, pierre.couteron@ird.fr

Date de publication : 01/02/2015


Imprimer le chapitre 2. Changement climatique & Biodiversité et écosystèmes , dans lequel figure cet exemple

Illustrations

© Pierre Couteron -  Evaluation de la biomasse aérienne des forêts tropicales - arbres individuels © Pierre Couteron -  Evaluation de la biomasse aérienne des forêts tropicales - image de télédétection © Pierre Couteron -  Evaluation de la biomasse aérienne des forêts tropicales - carte de biomasse




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=144