PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Bilan hydrique des cultures et changement climatique

Copyright et légende : F. Blanchon © Cirad - Résidus en place

F. Blanchon © Cirad - Résidus en place

Au travers de mesures en milieu réel couplées à de la modélisation, l’équipe « Évaluation des Systèmes de Culture Annuels » de l'UR Aïda cherche à mieux caractériser l’effet des pratiques agricole conventionnelles et innovantes sur les performances agronomiques et environnementales des cultures. Cette évaluation porte notamment sur l’impact des pratiques sur l’utilisation de l’eau. Ainsi, dans certaines situations, l'amélioration de l'infiltration et la réduction de l'évaporation grâce à un paillis superficiel de résidus permet d'augmenter les rendements en céréales sans accroitre leur variabilité interannuelle. En revanche dans d’autres situations, généralement plus humides, l’augmentation de l’infiltration de l’eau, même si elle contribue à réduire les problèmes d'érosion, ne se traduit que par une augmentation du drainage sans effet notable sur le rendement des cultures.

Une meilleure représentation de ces phénomènes dans les modèles de cultures permet de mieux quantifier ex ante le potentiel des techniques innovantes qui cherchent à améliorer l'adaptation aux futurs changements climatiques. Ces travaux sont menés actuellement dans le cadre des projets Agroecology-based aggradation-conservation agriculture (ABACO) et « Changements environnementaux et sociaux en Afrique : passé, présent, futur » (Environmental and Social Changes in Africa: Past, present and futurE, ESCAPE). Le projet ABACO, financé par l’Union européenne, vise à évaluer et mettre en œuvre des solutions techniques inspirées de l'agriculture de conservation et de l'agro-écologie et destinées à réduire la dégradation des sols et l'insécurité alimentaire. Le projet ESCAPE, financé par l’Agence Nationale pour la Recherche, vise à évaluer la vulnérabilité des sociétés rurales d'Afrique subsaharienne aux changements climatiques et environnementaux, ainsi qu'à explorer des voies d'adaptation pour réduire cette vulnérabilité.
L’UR Aïda contribue à ce travail notamment en appréciant l’impact des changements climatiques à venir sur les systèmes de culture. Ces projets sont développés dans des pays tels que le Burkina Faso, Madagascar ou le Sénégal, et les questionnements scientifiques auxquels les équipes d'Aïda apportent des réponses (via le test in silico de changements techniques et organisationnels) sont du type : « Peut-on envisager de réduire les risques économiques pour les exploitations à l’aide d’assurance sur les productions agricoles basées sur des analyses météorologiques ? ».

François Affholder, francois.affholder@cirad.fr

Date de publication : 01/02/2015


Imprimer le chapitre 1. Changement climatique & ressources, territoires et développement, dans lequel figure cet exemple




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=136