PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans le domaine des agricultures familiales

Mots-clés : Maroc, Méknès, agriculture urbaine, recomposition territoriale, maraîchage, élevage laitier, aménagement urbain Maroc, agriculture urbaine, Meknès, cultures maraîchères, élevage laitier, recomposition territoriale

L’agriculture familiale urbaine est-elle utile au développement des villes ? Le cas de Meknès au Maroc

1. Dynamiques économiques, organisationnelles et sociales

1. Dynamiques économiques, organisationnelles et sociales

Agriculture urbaine à Meknès, Maroc © P.Dugué L’agriculture familiale urbaine est-elle utile au développement des villes ? Le cas de Meknès au Maroc L’agriculture urbaine dans les pays du Sud évolue en fonction de la dynamique de développement des villes. Dans le cas de Meknès (Maroc), son maintien s’explique par la faible emprise spatiale des activités de production —élevage laitier hors-sol, maraîchage— limitées aux espaces interstitiels comme les fonds de vallée et les coteaux pentus. L’activité agricole concerne de petites unités de production familiales. Elle fournit un emploi à un membre du ménage citadin et, parfois, un emploi salarié à plein temps ou saisonnier. Plusieurs centaines de ménages résidant à Meknès en tirent l’essentiel de leurs revenus et une partie de leur alimentation. L’agriculture urbaine fournit aux consommateurs du lait frais et divers légumes par des circuits de commercialisation courts et informels. Malgré son rôle socioéconomique, cette agriculture est ignorée des services d’appui agricole car elle est conduite en dehors des normes et des plans de développement agricole. La vente du lait devrait normalement se faire via des organismes de collecte à des agro-industries qui garantissent la qualité des produits.

Les cultures maraîchères sont irriguées avec des eaux de surface (oueds et sources) qui sont plus ou moins mélangées avec des eaux usées, sources de contaminations microbiennes dangereuses pour les consommateurs. Cette agriculture familiale est cependant tolérée car elle a une fonction sociale reconnue par les pouvoirs publics. La prise en compte de ses fonctions et services écosystémiques associés devrait initier un programme d’interventions pour améliorer sa contribution au développement durable du système agri-urbain : production de qualité, protection des sols, entretien d’un paysage emblématique associant jardins, arbres et habitats, éducation environnementale des citadins, maintien d’emplois et de revenus acceptables pour les familles. Mais cela implique une volonté politique à inscrire dans les schémas d’aménagement urbain et des appuis (financiers, en conseil) pour ces agriculteurs comme c’est le cas pour les autres formes d’agriculture au Maroc.

Patrick Dugué, patrick.dugue@cirad.fr & Hubert de Bon, hubert.de_bon@cirad.fr

Date de publication : 01/01/2014





 


 
 

Mise à jour le 11/02/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/agriculture-familiale/exemple.php?id=90