PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans le domaine des agricultures familiales

Mots-clés : Afrique, Cameroun, cacaoyer, systèmes agroforestiers, agroforesterie

Les cacaoyères du Centre-Cameroun : des systèmes complexes qui répondent aux besoins des agriculteurs

3. Biodiversité sauvage et cultivée et gestion des ressources naturelles

3. Biodiversité sauvage et cultivée et gestion des ressources naturelles

Valeurs d’usage moyennes attribuées par les agriculteurs du Cameroun aux différentes espèces ligneuses présentes dans leurs cacaoyères agroforestières (étude conduite en 2009 dans 50 cacaoyères da la région Centre) ans le cadre du dispositif de recherche et d’enseignement en partenariat « Agroforesterie Cameroun », l’UMR System conduit, avec l’Institut de recherche agricole pour le développement (Cameroun) et d’autres unités du Cirad (telles que l’UPR « Performance des systèmes de culture des plantes pérennes »), des recherches sur les systèmes agroforestiers cacaoyers. Pour analyser les performances de ces derniers, au demeurant difficiles à évaluer dans leur globalité, une évaluation participative de 50 cacaoyères agroforestières a été réalisée en se basant sur la valeur d’usage attribuée par les agriculteurs à chaque espèce du système. Les agriculteurs ont ainsi révélé que 80 % des 122 espèces inventoriées dans leurs cacaoyères ont entre un et sept usages différents, confirmant la plurifonctionnalité de ces dernières. Bien que la valeur d’usage la plus élevée ait été donnée au cacaoyer (24 %), les espèces ligneuses associées au cacaoyer ont une valeur explicite pour les agriculteurs car elles répondent aux besoins vitaux des ménages agricoles, comme la vente et l’autoconsommation de divers produits (fruits, huile et vin de palme), la fourniture de produits médicinaux (écorces, feuilles), la fourniture de bois d’œuvre et de bois de chauffe, le maintien de la fertilité du sol et l’ombrage des cacaoyères.

La fréquence de ces espèces est par ailleurs significativement et positivement corrélée à leur valeur d’usage (R² = 0,914), confirmant que la plurifonctionnalité des cacaoyères agroforestières est bien reliée à leur niveau élevé d’agrobiodiversité et qu’elle correspond en fait à une complexité construite et pilotée par les agriculteurs au cours du temps. Les voies d’amélioration des systèmes cacaoyers doivent donc tenir compte de cette complexité intentionnelle afin de mieux répondre aux attentes des agriculteurs et assurer ainsi une meilleure adoption des innovations techniques qui leur sont proposées. Pour que la production de cacao soit dorénavant mieux en phase avec les stratégies des agriculteurs et permette la fourniture de services écosystémiques, la conception de nouveaux systèmes doit donc s’inspirer de ces systèmes agroforestiers.

Patrick Jagoret, patrick.jagoret@cirad.fr

Date de publication : 01/01/2014





 


 
 

Mise à jour le 11/02/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/agriculture-familiale/exemple.php?id=115