PARTAGER / SAUVER

 

 

Contacts

Amar Imache, Lisode
amar.imache@lisode.com

Hassane Kemmoun, Cap Rural hassankemmoun@yahoo.fr

Marcel Kuper, Cirad
marcel.kuper@cirad.fr

Carole Lambert, Montpellier SupAgro
carole.lambert@supagro.inra.fr

Billy Troy, Fondation Farm
billy.troy@fondation-farm.org

 

 

Suivez-nous sur Twitter
 

Retour sur le séminaire de bilan et perspectives du projet RIM (Réseau des Irrigants Méditerranéens) 03-07 octobre 2011, Agropolis International, Montpellier

 

Projet RIM Le réseau des irrigants méditerranéens (RIM), copiloté par le Cirad, l’ENAM, l’ENSA, la Fondation Farm et Montpellier SupAgro, a organisé du 3 au 7 octobre 2011 à Montpellier (Agropolis International), un séminaire de bilan et perspective de son projet éponyme sur les économies d’eau en irrigation.

Le séminaire du 3 octobre a permis de faire le bilan de toutes les initiatives appuyées par RIM depuis 3 ans au Maroc et en Algérie et notamment des cycles de formation réalisés auprès des chefs de petites et moyennes exploitations familiales.

Outre les établissements organisateurs, ont participé des agriculteurs du Maghreb, des chercheurs, des représentants d’associations et agences de l’eau, de services de l’Etat, du Conseil général de l’Hérault et de l’Agence française de développement (AFD).
©Cirad C. Rollin

Le rapport global du bilan de ces 3 années a été présenté, et sera prochainement disponible, ainsi que les présentations et le compte rendu de la journée du 3 octobre.

Les agriculteurs venus du Maroc et de Tunisie ont pu, les jours suivants, visiter et rencontrer des agriculteurs et structures professionnelles (telles que les ASA - associations syndicales autorisées) dans différentes régions: canal de Gignac, région de Cahors, Toulouse, Perpignan ou encore le marché international de St Charles.

Projet RIM
©Cirad C. Rollin

Projet RIMRIM : une dimension collective à la gestion de l’eau

C’est en 2008 que le projet RIM, soutenu par la Fondation Farm, voyait le jour aux fins d’économiser la ressource eau au Maghreb.

Grace à l’appui du projet RIM - phase 1 (2008-2009), phase 2 (2010-2011) - de nombreuses formations professionnelles ont été dispensées au Maroc et en Algérie, sur les économies d’eau en irrigation et le développement des filières, au bénéfice de groupes de paysans de l’agriculture familiale (groupes informels, coopératives, associations d’irrigants…).
Deux bureaux d’études (Cap rural au Maroc et Lisode en Algérie) spécialisés dans l’accompagnement et la participation, ont encadré les phases de démarrage du projet sur le terrain, tandis que l’Institut des régions chaudes de Montpellier SupAgro a contribué sur la partie « évaluation du dispositif de formation ».

©Cirad C. Rollin

« Donner la parole aux irrigants»

Projet RIM
©Cirad C. Rollin

Projet RIM

 

 

 

 

 

©Cirad C. Rollin

Initiées par les projets Wademed (Union européenne) et Sirma (Ministère des affaires étrangères et européennes), ces formations ont été lancées au Maroc à la demande d’organisations professionnelles agricoles locales, puis reprises progressivement par les agriculteurs eux-mêmes, à l’image de l’association Raccord (Réseau d’Accompagnement des Coopératives et Organisations Rurales de Développement) créée au même moment au Maroc.

Comme l’expliquent les scientifiques « les agriculteurs familiaux se trouvent confrontés à des changements importants, liés à une pénurie d’eau due à la sécheresse, à la pluviométrie en baisse mais aussi à une évolution rapide de leurs systèmes de production et leur insertion sur des marchés de plus en plus compétitifs ». La reconversion de l’irrigation gravitaire (canaux et rigoles) vers l’irrigation localisée par exemple le goutte à goutte, moins demandeuse en eau, est ainsi une voie privilégiée dans les pays de la rive sud de la Méditerranée. Cette technique peut en effet permettre de réduire dans certains cas de plus de 50% la consommation d’eau et d’augmenter aussi les rendements agricoles. Cependant, bien souvent la consommation d’eau augmente quand les agriculteurs installent des cultures consommatrices d’eau ou en cas de pratiques d’irrigation non-adaptées. Les agriculteurs familiaux doivent par ailleurs composer avec une restructuration des dispositifs de conseil et d’appui technique et une redéfinition du rôle de l’Etat dans ces dispositifs.

Des méthodes pédagogiques innovantes ont donc été mises en œuvre par le réseau d’irrigants méditerranéens, basées sur des diagnostics participatifs, la mobilisation de formateurs d’horizons variés, et la prise en charge de l’organisation des formations par les organisations de producteurs.


 




 
 

Mis en ligne le 27.10.11


Contact :




Extrait du site http://www.agropolis.fr/actualites/2011-retour-seminaire-projet-RIM-reseau-irrigants-mediterraneens.php?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=lettre-11