PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Projet BIOTHAW : évaluer la sensibilité d’un écosystème tropical clé pour la ressource en eau et l’élevage face au changement climatique

Copyright et légende : © F.Anthelme - Bofedal : écosystème humide alto-andin (entre 4000 et 5000 m) , Bolivie

© F.Anthelme - Bofedal : écosystème humide alto-andin (entre 4000 et 5000 m) , Bolivie

Les scenarios de changement climatique prédisent un réchauffement des températures exacerbé ces prochaines décennies dans les écosystèmes tropicaux alpins, du fait de leur proximité avec les couches supérieures de l’atmosphère. Or, ces écosystèmes produisent des services cruciaux pour l’Homme, parmi lesquels le stockage de la ressource en eau et la disponibilité de biomasse végétale pour le bétail.
C’est donc à la fois une priorité scientifique et sociétale que de caractériser la sensibilité de ces écosystèmes face aux changements climatiques, et de proposer des solutions pour maintenir leur fonctionnement optimal.
Le projet BIOTHAW (2013-2017), associant l’UMR AMAP, est cofinancé par la FRB et le FFEM et rassemble des partenaires européens (IRD, UM, Universités de Grenoble I et de Copenhague) et Andins (Université San Andres, Herbier National de Bolivie, Institut Bolivien de la Montagne, Altagro). BIOTHAW vise à comprendre et modéliser l’impact du changement climatique sur un écosystème-clé dans les Hautes Andes tropicales : les bofedales.
Ces écosystèmes humides de haute altitude concentrent un niveau exceptionnel de biodiversité. En développant des sols organiques sur plusieurs mètres de profondeur – véritables « éponges » - ils ont une capacité exceptionnelle de rétention en eau qui approvisionne des millions d’êtres humains en aval, même en période sèche. En outre, leur productivité végétale relativement élevée toute l’année permet d’assurer l’élevage de millions d’animaux domestiques, en particulier lamas et alpagas. L’approche multidisciplinaire BIOTHAW est d’utiliser le retrait glaciaire récent comme indicateur de changement climatique, avec l’hypothèse sous-jacente que la réduction de la quantité d’eau qui approvisionne les bofedales va altérer leur biodiversité et leur fonctionnement. Les données collectées (glaciologie, télédétection, écologie, agronomie, sociologie) seront compilées dans un modèle multi-agent destiné à proposer des solutions auprès des gestionnaires de ces espaces pour atténuer les effets du changement climatique sur les bofedales.

Fabien Anthelme, fabien.anthelme@ird.fr

Date de publication : 01/02/2015

Cet exemple ne figure pas dans la version papier du dossier, publiée en février 2015.




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=200