PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Impact des variations paléoclimatiques sur les faunes africaines

Copyright et légende : ©G.Kergoat - Arbre phylogénétique de coléoptères (genre Blaps)

©G.Kergoat - Arbre phylogénétique de coléoptères (genre Blaps)

Par le passé, les variations climatiques ont eu des conséquences importantes sur les grands biomes de la planète. Par exemple, les périodes glaciaires et interglaciaires ont entraîné d’importantes modifications des écosystèmes et, par voie de conséquence, des faunes et des flores qui leur étaient associées. Dans l’hémisphère Sud, ces modifications se sont traduites par l’alternance d’épisodes arides et pluviaux plus ou moins longs et plus ou moins marqués, entraînant des changements profonds dans la distribution respective des déserts, des savanes, des zones humides et des forêts tropicales. Logiquement, les aires de répartition des espèces inféodées à ces milieux ont elles aussi subi des transformations majeures.
>BR> le CBGP s’est intéressé à l’impact des modifications éco-climatiques sur un ensemble d’espèces de rongeurs et de lépidoptères africains vivant du Sahara aux savanes arborées soudaniennes. Les analyses phylogéographiques montrent des patrons communs aux espèces partageant le même milieu, et pointent toutes vers l’isolement de populations reliques dans des zones refuges lors de périodes climatiques défavorables (éventuellement accompagné de différenciation évolutive), suivi de phases d’expansion lors des périodes les plus favorables (avec remise en contact de populations, en particulier au niveau de barrières géographiques telles que les grands fleuves). De telles études permettent d’évaluer les impacts des changements climatiques sur les espèces dans différents écosystèmes africains. Ainsi, elles fournissent une image de ce que pourraient devenir les aires de distribution, mais également l’avenir évolutif des populations actuelles sous différents scénarios de changement environnemental. Outre une meilleure connaissance de l’histoire des milieux tropicaux, souvent menacés par l’homme, de telles connaissances peuvent s’avérer précieuses lorsqu’il s’agit d’anticiper l’évolution des aires de répartition ou de la structuration génétique de ravageurs des cultures, de réservoirs de pathogènes humains ou d’espèces menacées.

Légende : Arbre phylogénétique de coléoptères (genre Blaps) qui montre le timing de différentiation des différentes lignées au cours du temps (cf. bandeau inférieur). Les événements paléoclimatiques majeurs ayant pu influencer leur histoire sont symbolisés par les bandes verticales de couleur. Les variations de températures associées sont indiquées en gris (rapports isotopiques).

Gauthier Dobigny, gauthier.dobigny@ird.fr

Date de publication : 01/02/2015

Cet exemple ne figure pas dans la version papier du dossier, publiée en février 2015.




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=193