PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Resilience et capacité d'adaptation des systèmes agricoles méditerranéens aux incertitudes climatiques : cas de la basse vallée de Medjerda -Tunisie

Copyright et légende : ©I. Souissi - Variation relative du revenu net, surface agricole et quantité totale du travail pour chaque exploitation type

©I. Souissi - Variation relative du revenu net, surface agricole et quantité totale du travail pour chaque 

exploitation type

Une thèse de doctorat menée en collaboration avec l'IRGREF de Tunis (Institut de Recherche Génie Rurale, Eau et Forêt) et le CIHEAM-IAMM (UMR System) a pour objectif d’analyser la résilience et la capacité d’adaptation au changement climatique des exploitations agricoles en prenant comme référence celles de la Basse Valée de Medjerda (Nord de la Tunisie). L’étude se base sur une approche intégrée combinant plusieurs échelles d’analyse (spatiale, temporelle) et domaines (agronomie, économie). Les résultats de cette étude montrent une hétérogénéité des comportements des exploitations agricoles en fonction de la diversité et du degré d‘intensification des activités de production agricole (végétale et animale). Les exploitations agricoles les plus diversifiées et les moins intensifiées avec une activité animale importante semblent être plus résilientes au changement climatique que les exploitations spécialisées ayant un système de production intensif. Nous constatons que les stratégies d’adaptation basées sur l’augmentation des doses d’irrigation pour satisfaire les besoins croissants en eau des cultures, l’irrigation de complément des céréales, et l’amélioration de l’efficience des systèmes d’irrigation améliorent la résilience des exploitations agricoles de la Basse Vallée de Medjerda. Ces stratégies ont un effet plus important sur la profitabilité des exploitations agricoles si elles sont accompagnées d’une tarification adaptée de l’eau.

Légende : Variation relative du revenu net, surface agricole et quantité totale du travail pour chaque exploitation type (FT) entre le scénario de base et le scénario changement climatique (année 2025). La taille du cercle représente la variation relative de la quantité du travail entre les deux scénarios. Les couleurs crise et noire indiquent respectivement une variation positive ou négative du travail quand le scénario de base est comparé à celui du changement climatique.

Hatem Belhouchette, Belhouchette@iamm.fr

Date de publication : 01/02/2015

Cet exemple ne figure pas dans la version papier du dossier, publiée en février 2015.




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=192