PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Effet du changement climatique sur le rendement du coton en 2050 en fonction des techniques culturales et des caractéristiques variétales

Copyright et légende : K. Naudin ©Cirad - Productrice de coton au Burkinao Faso + Relation entre les années et les variables de sortie du modèle CROP-GRO coton

K. Naudin ©Cirad - Productrice de coton au Burkinao Faso + Relation entre les années et les variables de sortie du modèle CROP-GRO coton

La simulation de l’impact du changement climatique sur les variétés actuelles montre que, même si le raccourcissement du cycle de la culture peut avoir un impact négatif, il semble que l’effet « fertilisant » d’une augmentation du CO2 peut avoir un effet bénéfique sur la biomasse aérienne et le rendement du coton. Les simulations montrent un gain significatif de rendement environ 4 fois plus élevé en cas de pratique de l’agriculture de conservation comparé à une culture conventionnelle avec labour. L’une des pistes d’adaptation majeure aux changements climatiques est l’amélioration variétale. Dans le cas du cotonnier, une nouvelle variété a une durée de vie moyenne de 10 ans en Afrique. Ce processus d'amélioration a fait ses preuves mais il n’est pas sur qu’il soit aussi efficace lorsque les cahiers des charges pour les nouvelles variétés se compliquent comme c’est le cas maintenant sous les influences croisées des changements climatiques, de l'évolution des marchés et des nouvelles exigences environnementales.

Le projet scientifique de l’équipe GESC de l’UR Aïda, porte sur la définition d’idéotypes variétaux assistés par des expérimentations en serre, au champ et des modèles de culture. Par exemple, des essais en milieu contrôlé à Montpellier et au champ au Cameroun ont mis en évidence des mécanismes ou éléments d’adaptation au stress hydrique du dernier cultivar vulgarisé.
Les caractéristiques de cette variété ont été traduites en paramètres pour un modèle de culture du cotonnier Cropgro-cotton pour vérifier qu'elle offre bien des atouts dans des environnements hydriques limités. Les travaux actuels visent à pousser le travail de modélisation jusqu’à déterminer les valeurs idéales des paramètres génétiques d’un cultivar pour un contexte agro-climatique et socio-économique donné, c’est-à-dire en définir un idéotype variétal.

Légende : Relation entre les années et les variables de sortie du modèle CROP- GRO , simulation de 2005 à 2050: délai entre l'émergence et la floraison (jours), délai entre émergence et maturité (jours), biomasse aérienne (kg /ha) et rendement en coton graine (kg /ha) . Adapté de Gérardeaux et al., 2013

Edward Gerardeaux, edward.gerardeaux@cirad.fr

Date de publication : 01/02/2015

Cet exemple ne figure pas dans la version papier du dossier, publiée en février 2015.




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=190