Share/Bookmark

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Caractérisation génétique des races bovines tropicales et étude des régions génomiques sous sélection

Copyright et légende : Bovin de race Borgou - © Guiguigbaza-Kossigan DAYO

Bovin de race Borgou - © Guiguigbaza-Kossigan DAYO

Les races bovines d’Afrique de l’Ouest et de manière plus large les races bovines locales vivant en zones tropicales constituent des modèles originaux d’adaptation aux conditions tropicales (chaleur, pressions parasitaire et infectieuse, ressources alimentaires, conduites d'élevage…).

Les objectifs poursuivis par l’UMR Intertryp dans le cadre de ce projet sont de :
i) caractériser la diversité des races bovines locales vivant en zones tropicales, en particulier les races trypanotolérantes (ou supposées l'être) peu étudiées telles que les races ouest-africaines Lagunaire, Borgou, Kouri ou la race Senepol originaire de la Caraïbe,
ii) identifier des signatures de sélection naturelle dans le génome de ces races bovines, interpréter ces signatures en termes fonctionnels et proposer des gènes candidats (Dayo et al. 2009b; Flori et al, 2012; Flori et al, 2014), et iii) identifier des polymorphismes responsables de traits adaptatifs, qui pourraient être utilisés pour une meilleure gestion des populations locales.

L’équipe a ainsi entrepris plusieurs criblage du génome pour identifier des signatures de sélection chez ces races à partir de données SNP de moyenne et haute densité (500000 à 770000 SNPs) et a pu mettre en évidence des régions chromosomiques sous sélection, proposer des gènes candidats et identifier les principaux réseaux de gènes et les principales fonctions sous sélection (Gautier et al, 2009; Flori et al, 2012; Flori et al, 2014 ; données non publiées).
L’objectif est maintenant d’identifier de manière exhaustive les variants présents dans les régions sous sélection et de les annoter fonctionnellement en vue d’une future validation des signatures de sélection à un niveau plus résolutif.

Sophie Thevenon, sophie.thevenon@cirad.fr

Date de publication : 01/02/2015

Cet exemple ne figure pas dans la version papier du dossier, publiée en février 2015.




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=189