PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

L'hétérosis pour atténuer les effets du changement climatique et des bioagresseurs: l'exemple du caféier en Amérique Centrale et Andine

Les recherches portant sur l’adaptation au changement climatique concernent essentiellement les céréales et peu d’efforts portent sur les cultures pérennes tropicales chez lesquelles le stress peut affecter le comportement de la plante pendant plusieurs saisons. L’objectif des travaux de l’UMR IPME en amélioration génétique du caféier est de disposer de cultures plus résilientes et plus résistantes à des combinaisons de stress. Les conséquences du changement climatique sur les caféiers sont difficiles à prévoir et dépendent du système de culture (allant de monocultures artificialisées à des associations agroforestières (SAF) quasi-naturelles), du sol et des ressources en eau. Ses conséquences se manifestent aussi sur les maladies et ravageurs comme la rouille orangée et les nématodes de type Meloidogyne. Depuis une vingtaine d’années le croisement de variétés américaines d’Arabica avec des caféiers sauvages d’Ethiopie a révélé un fort effet d’hétérosis (40% en moyenne). Ces variétés hybrides aujourd'hui diffusées à grande échelle tolèrent mieux les stress et sont mieux adaptées à la culture sous ombrage dans des systèmes agroforestiers, les plus aptes à tamponner les effets du changement climatique dans lesquels elles maintiennent une forte productivité. Les progrès récents de la génomique offrent de nouveaux outils qui permettent d’appréhender les mécanismes moléculaires à l’origine du phénomène d’hétérosis et son incidence dans l’adaptation au stress.

L’UMR IPME et ses partenaires – Federacíon des cafeteros (Cenicafé), WCR (World Coffee Research), INECOL (Instituto de Ecologia)- ont établi plusieurs dispositifs au champ originaux en Colombie, en Amérique centrale et au Mexique pour analyser les capacités d’adaptation de ces nouvelles variétés hybrides. Un dispositif établi en Colombie permet de comparer des hybrides et leurs géniteurs dans des conditions de plein soleil ou d’ombrage sous forte pression de rouille. Un dispositif multi-sites au Mexique permet de mimer les effets du réchauffement climatique et d’analyser le comportement des variétés hybrides en comparaison avec des variétés traditionnelles.

En savoir plus

Hervé Etienne, herve.etienne@cirad.fr

Date de publication : 01/02/2015

Cet exemple ne figure pas dans la version papier du dossier, publiée en février 2015.




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=188