PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Aider les agriculteurs des hautes terres de l’Afrique de l’Est à s’adapter au changement climatique

Le projet R&D quadriennal « Impacts des changements climatiques sur les services écosystémiques et la sécurité alimentaire en Afrique de l’Est » (CHIESA) s’intéresse à la fois à l’agriculture, à l’hydrologie, à l’écologie et à la géomatique. Ce projet vise à remédier au manque de connaissances des impacts du changement climatique sur la sécurité alimentaire, sur les moyens de subsistance et sur le développement économique des communautés vivant dans les hotspots que sont les écosystèmes des hautes terres d’Afrique de l’Est.

Les activités de CHIESA se concentrent en particulier sur trois écosystèmes : le mont Kilimandjaro en Tanzanie, la chaîne montagneuse du Taita au Kenya et celle de Jimma en Éthiopie.
Sur ces trois hot-spots, les équipes observent les conditions météorologiques et détectent les modifications du couvert végétal et celles liées à l’utilisation des terres. Elles étudient également la pression des bioagresseurs, les services écosystémiques, la notion de sécurité alimentaire, ou encore les facteurs biophysiques et socioéconomiques qui affectent les rendements des cultures.

Des actions de recherche et de formation permettent de renforcer les capacités des organismes de recherche, des agents de vulgarisation et des décideurs impliqués, en matière de recherche environnementale et de stratégies d’adaptation au changement climatique.

En associant les communautés locales à leur travail, les acteurs du projet vont ainsi développer, tester et diffuser des outils d’adaptation au changement climatique, et proposer des options et des stratégies de production appropriées au niveau des exploitations. Pour ce faire, le projet améliore les dispositifs de surveillance et de prévision existants en installant des stations météorologiques automatiques et il diffuse des résultats scientifiques à tous les acteurs, de l’agriculteur au décideur.

L’UR B-AMR gère pour sa part la composante « café » du projet CHIESA, l’ensemble étant coordonné par le Centre international de physiologie et d’écologie des insectes basé à Nairobi (Kenya) et financé par le ministère finlandais des Affaires étrangères.

En savoir plus

Régis Babin, regis.babin@cirad.fr

Date de publication : 01/02/2015


Imprimer le chapitre 4. Changement climatique & systèmes de production agricole et élevage , dans lequel figure cet exemple




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=179