Share/Bookmark

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Adaptation du mil à la variation du climat

Copyright et légende : © Projet ARCAD - La grande diversité des variétés de mil est un atout pour l’adaptation de la plante à la variabilité du climat au Niger

© Projet ARCAD - La grande diversité des variétés de mil est un atout pour l’adaptation de la plante à la variabilité du climat au Niger

Le mil et le sorgho sont deux céréales très cultivées dans les zones sèches du Sahel. Or, depuis les années 1970, ces régions ont connu une série de périodes de sécheresse. Comment ces variétés cultivées se sont-elles adaptées et quels gènes sont associés à ces adaptations ? Le projet « Agropolis Ressource Center for Crop Conservation and Adaptation » (ARCAD) cherche à répondre à ces deux questions, dans le cadre d’une collaboration entre les UMR DIADE, Agap et l’université Abdou Moumouni de Niamey. Il a, pour ce faire, bénéficié de financements émanant de l’ANR et de la Fondation Agropolis.

Ces études ont pu démontrer l’évolution des variétés de mil à l’échelle du Niger entre 1976 et 2003, à partir d’expérimentations en champs échantillonnant ces deux périodes. En effet, sur ces périodes, il s’est opéré une sélection spontanée d’un allèle du gène Phytochrome C, l’un des gènes de variation contrôlant le cycle du mil. Ces résultats apportent des solutions directes d’autant plus précieuses que les prévisions actuelles évaluent que la saison pluvieuse au Sahel devrait, dans le futur, se réduire de 10 à 20 %. Ainsi, la compréhension des mécanismes naturels d’adaptation génétique peut permettre, comme ici, d’identifier des stratégies d’adaptation aux climats futurs.

Yves Vigouroux,yves.vigouroux@ird.fr

Date de publication : 01/02/2015


Imprimer le chapitre 4. Changement climatique & systèmes de production agricole et élevage , dans lequel figure cet exemple




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=175