PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

La télédétection pour prévoir les rendements et analyser l’impact des scénarios climatiques sur la production agricole

Copyright et légende : © C. Baron - Les données satellites donnent des informations à grande échelle sur la couverture végétale et son évolution dans le temps, par rapport à des périodes de référence

© C. Baron - Les données satellites donnent des informations à grande échelle sur la couverture végétale et son évolution dans le temps, par rapport à des périodes de référence

Caractériser l’impact du changement climatique, distinguer ses effets de ceux de la variabilité climatique requiert de combiner des données, des connaissances, des outils et des méthodes faisant appel à de nombreuses disciplines scientifiques : météorologie, climatologie (modèles climatiques globaux et régionaux), télédétection, modélisation, statistiques agricoles. La difficulté est que ces différentes informations ont été obtenues à des échelles spatio-temporelles très éloignées : de la parcelle à la région, de la journée à l’année. Or l’échelle de travail, la variabilité spatio-temporelle et les paramétrages ont des influences très fortes sur la qualité prédictive des modèles climatiques. Par exemple, au Sénégal, les moyennes de rendements interannuels simulés par le modèle de culture SARRA-H (Système d’Analyse Régionale des Risques Agroclimatologiques Version H), en utilisant les données générées par neuf modèles climatiques régionaux, présentent des biais importants (de 200 à 700 kg/ha).

Ces données sont à comparer à la moyenne de 600 kg/ha, obtenue en utilisant les données du réseau de stations au sol. Néanmoins, le modèle SARRA-H identifie clairement les grandes tendances de l’impact de l’augmentation de la température sur les rendements. Ainsi, à l’échelle de la zone soudano-sahélienne, au-delà d’une augmentation de température de 2 degrés, il apparaît qu’un accroissement des pluies ne pourra empêcher une baisse des rendements, les variétés photopériodiques présentant une meilleure capacité d’adaptation à ces changements.

Pour mieux documenter ces variabilités, les chercheurs de l’UMR TETIS travaillent à une meilleure combinaison des échelles temporelles et spatiales en recherchant la cohérence entre les indicateurs issus de l’imagerie satellitaire et ceux obtenus par la modélisation. À titre d’exemple, ils développent des cartes nationales et régionales caractérisant les systèmes de culture et identifiant des anomalies de production végétale en lien avec des stress subis par les cultures. S’appuyant sur des images satellites objectives, répétitives et exhaustives, l’ambition de ces travaux est de caractériser les variabilités spatio-temporelles (domaine cultivé, système de culture, phénologie, biomasse...) afin de proposer des descripteurs permettant de paramétrer les modèles utilisés pour la prévision des rendements et l’analyse de l’impact des scénarios climatiques sur la production agricole. Ces travaux s’appuient sur plusieurs projets (Programme National de Télédétection Spatiale ; Analyse Multidisciplinaire de la Mousson Africaine ; Agricultural Model Intercomparison and Improvement Project ou « Projet d’intercomparaison et d’amélioration des modèles de simulation de cultures ») et un grand nombre d’instituts et de partenaires (Cirad, CNRS, Inra, IRD, Centre National d’Études Spatiales, AGRHYMET, Embrapa…).

En savoir plus

Christian Baron, christian.baron@cirad.fr ; Agnès Bégué, agnes.begue@teledetection.fr ; Elodie Vintrou, elodie.vintrou@gmail.com ; Louise Leroux, louise.leroux@cirad.fr

Date de publication : 01/02/2015


Imprimer le chapitre 4. Changement climatique & systèmes de production agricole et élevage , dans lequel figure cet exemple




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=169