PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Émergence du virus de la panachure jaune du riz en Afrique

Copyright et légende : © J.-L. Notteghem - Champs de riz infectés à différents stades par le virus de la panachure jaune du riz (Office du Niger au Mali,2003)

© J.-L. Notteghem - Champs de riz infectés à différents stades par le virus de la panachure jaune du riz (Office du Niger au Mali,2003)

Des changements environnementaux sont à l’origine de l’émergence récente et de la propagation rapide en Afrique du virus de la panachure jaune du riz (appelée « RYMV » pour Rice yellow mottle virus).
Les premières épidémies de RYMY sont survenues dans des complexes rizicoles irrigués. Le contrôle de l’eau permet en effet d'intensifier la riziculture, ce qui crée les conditions favorables à l'apparition de la panachure. Le RYMV a ensuite été observé en riziculture de bas-fonds et en riziculture pluviale et c'est dans ces zones que la maladie s’est généralisée. Le RYMV est maintenant présent partout en Afrique où le riz est cultivé, à l’exception jusqu'ici des sites et des périodes où la température est plus basse : en zones d’altitude et en contre-saison. Cependant, la situation évolue et le RYMV a récemment été repéré dans des zones d’altitude, peut-être consécutivement aux changements climatiques et/ou à l’émergence de souches virales adaptées.

L’étude de la diversité virale a montré que la répartition géographique des principales souches de RYMV reflète la disparité des grandes zones climatiques du continent. Les méthodologies récemment développées en biogéographie et en phylogéographie devraient permettre de tester prochainement les liens existants entre facteurs climatiques et structuration des populations de RYMV, avant d’aboutir à l'établissement de scénarios reliant changements environnementaux et épidémiologie virale.

Ces travaux sont réalisés par des chercheurs de l’UMR IPME en partenariat avec un réseau de virologues africains d’instituts nationaux (Institut National pour l'Étude et la Recherche Agronomiques au Burkina-Faso ; Centre National de Recherche Agronomique en Côte d’Ivoire ; Centre National de la Recherche Appliquée au Développement Rural à Madagascar ; Institut des Sciences Agronomiques du Rwanda ; Université de Dar es Salaam en Tanzanie) et internationaux (Africa Rice Center ; International Rice Research Institute). Ces travaux ont bénéficié du soutien de la Fondation Agropolis, du ministère des Affaires étrangères français et du partenariat global de recherche scientifique sur le riz et la riziculture « Global Rice Science Partnership ».

Denis Fargette, denis.fargette@ird.fr

Date de publication : 01/02/2015


Imprimer le chapitre 3. Changement climatique & interactions entre organismes , dans lequel figure cet exemple




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=159