Share/Bookmark

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Projet SalTemp : Réchauffement global et adaptation à la migration chez le saumon Atlantique de rivière longue, l’axe Loire-Allier

Copyright et légende : M. Caunt ©Shutterstock

M. Caunt ©Shutterstock

La température intervient avec les cycles de lumière/obscurité pour contrôler le déclenchement de la migration du saumon vers la mer. Mais comment ? Comment capte-t-il l'information « température » et quels messages hormonaux élabore-t-il en réponse ? Par ailleurs, s'adaptera-t-il au réchauffement climatique en cours ?
À toutes ces questions, le projet SalTemp, coordonné par l’équipe « Facteurs du Milieu et Mécanismes Adaptatifs » de l’UMR BIOM, ambitionne de trouver des réponses. L'objectif est de comprendre comment lumière et température interagissent pour contrôler le déclenchement de la migration du saumon. Cette information est en effet cruciale pour sa survie, laquelle dépend des températures que le poisson rencontre sur son parcours. C'est pourquoi les conséquences du réchauffement climatique sur ces processus seront également étudiées.

La température est un effecteur majeur du métabolisme, de la physiologie et du comportement des poissons. Chacun possède sa fenêtre physiologique au-delà de laquelle ? températures trop basses ou trop élevées ? la survie est compromise.
Il s'agit dans ce projet d'étudier chez le saumon du bassin Loire/Allier :

  • les mécanismes de la thermoréception ;

  • l'impact de cette thermoréception sur la production rythmique (journalière et saisonnière) de la mélatonine ;

  • le rôle de la mélatonine sur les sécrétions hormonales hypophysaires qui interviennent dans le déclenchement de la migration vers l'océan.


L'équipe étudie in vivo et in vitro comment photopériode et température interagissent dans le contrôle du rythme de production de la mélatonine (hormone « donneuse de temps ») et dans celui de l'axe neuroendocrine hypothalamo-hypophysaire impliqué dans le contrôle de la migration vers l'océan. Une autre hypothèse sera également testée, selon laquelle tout ou partie des effets de la température passe par des canaux membranaires perméables au calcium agissant au niveau de l'organe pinéal et de l'axe neuroendocrine. Une expérimentation sera mise en œuvre pour étudier l'impact d'un réchauffement de 5°C sur l'activité locomotrice et le comportement de dévalaison, mais aussi sur les mécanismes moléculaires, endocriniens et physiologiques qui les contrôlent. L’ensemble des résultats permettra de comprendre et de prédire l’impact de l’élévation de température et de son décalage avec la photopériode sur la migration. Les conséquences sur la survie de la population et la durabilité des actions de repeuplements seront également examinées.



Jacques Falcon, falcon@obs-banyuls.fr

Date de publication : 01/02/2015


Imprimer le chapitre 2. Changement climatique & Biodiversité et écosystèmes , dans lequel figure cet exemple




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=155