PARTAGER / SAUVER

46 unités de recherche
2 "Laboratoires d'excellence" et 1 institut
5 infrastructures de recherche, d’envergure nationale ou européenne
5 partenaires étrangers ou internationaux

<Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Changement climatique" n° 20 février 2015, 87 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Agricultures familiales

Coordination scientifique :
Sandra Ardoin-Bardin
(IRD), Nicolas Arnaud (CNRS),
Sophie Boutin
(UM),
Jean-Luc Chotte
(IRD),
Philippe Jarne
(CNRS),
Pascal Kosuth
(Agropolis Fondation),
Philippe Lebaron
(UPMC),
Éric Servat
(IRD)

En savoir plus sur le dossier

Toute la collection



Contacts Agropolis

Mélanie Broin
broin@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 06

Version électronique
Chantal Salson, salson@agropolis.fr


 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon

dans l'étude des impacts et adaptations au changement climatique

Le changement climatique va diminuer la capacité des aires marines protégées à essaimer des larves de poissons vers les zones exploitées

Copyright et légende : © Marco Andrello - Les effets de différents processus sur les changements de distance de dispersion larvaire au cours du siècle

© Marco Andrello - Les effets de différents processus sur les changements de distance de dispersion larvaire au cours du siècle

La mer Méditerranée compte plus d’une centaine d’aires marines protégées (AMP) qui doivent assurer le maintien des espèces exploitées sur l’ensemble du plateau continental. La connectivité des populations, garantie notamment par la dispersion des larves en fonction des courants, est un élément essentiel de l’efficacité du réseau d’AMP car vecteur d’essaimage vers les zones exploitées.
Dans une étude publiée dans la revue Diversity and Distribution et financée par la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité et par la Fondation TOTAL, des chercheurs de l’UMR MARBEC associés à d’autres partenaires (IRD, Aix-Marseille Université, UM, CNRS, Météo-France) ont montré que le changement climatique (+ 2,8°C à la fin du 21e siècle) affecterait le degré de connectivité des populations de poissons en Méditerranée. En particulier, la distance de dispersion des larves devrait diminuer de 10 % (ce qui équivaut à 9 km en moyenne), provoquant une réduction de 3 % (soit environ 27 000 hectares) des surfaces exploitées qui seront essaimées par le réseau d’AMP. En effet, l’augmentation de température diminue la durée de vie larvaire ? et donc les distances parcourues au gré des courants ? alors que les modifications de courantologie attendues en mer Méditerranée vont affecter les trajectoires de ces larves. Ce travail démontre les impacts conjugués, physiques et biologiques, liés au changement climatique sur l’efficacité des réseaux d’AMP.

Légende : Les effets de différents processus sur les changements de distance de dispersion larvaire au cours du siècle.

Légende
Les effets de différents processus sur les changements de distance de dispersion larvaire au cours du siècle
En gris (a), le modèle considérant seulement les effets des changements de vitesse et de direction de courants marins (=hydrodynamiques) ; en bleu (b), le modèle considérant les effets des changements hydrodynamiques et les effets du changement de la saison de reproduction des adultes ; en vert (c), effets des changements hydrodynamiques et du changement de la durée de vie larvaire ; en rouge (d), les trois effets combinés.

David Mouillot, mouillot@univ-montp2.fr

Date de publication : 01/02/2015


Imprimer le chapitre 2. Changement climatique & Biodiversité et écosystèmes , dans lequel figure cet exemple




 


 
 

Mise à jour le 11/03/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/changement-climatique/exemple.php?id=153