PARTAGER / SAUVER

Définition

Le terme "biodiversité" est défini comme étant la diversité du vivant à toutes ses échelles d'organisation des gènes, des populations et communautés, des écosystèmes, et en y incluant les humains du fait de leurs intéractions avec toutes les composantes de la biodiversité.

[Source : Convention sur la diversité biologique]

Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature" n° 13 (octobre 2010, 84 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis Biodiversité

Coordinateur scientifique du dossier : Serge Morand (Cnrs)

Contact Agropoliss

Gestionnaire du portail :
Chantal Salson
Agropolis International
salson@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 49

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

Montpellier, une ville résolument engagée dans la préservation de la biodiversité

Montpellier, capitale du Languedoc-Roussillon, région qui comporte le plus de sites « Natura 2000 » en France, possède un passé glorieux sur le plan de la botanique avec le plus ancien jardin botanique et le deuxième herbier de France. Sa croissance au cours des dernières décennies s’est réalisée en préservant de grands espaces de nature et leur richesse biologique, et en développant une politique active de gestion de ces derniers. L’accroissement des zones vertes au sein des zones urbanisées a permis d’avoir un nombre important d’espèces animales (101 d’oiseaux, 18 de mammifères, 27 de poissons, 13 de reptiles), et plus de 1 000 espèces végétales indigènes à Montpellier.

Fleurissement extensif à Montpellier © M.Croze - Ville de Montpellier


Fleurissement Montpellier © M.Croze Les mesures prises en faveur de la biodiversité sont les suivantes :

  • Jardin des Plantes : afin d’améliorer les conditions de conservation des espèces, la ville soutient financièrement sa rénovation en vue de sa conversion en outil de diffusion de la culture scientifique.

  • Parc zoologique : cet équipement municipal privilégie les espèces les plus menacées (50 sur les 120 présentées) et participe à la sensibilisation du public à travers des campagnes d’information (Save the Rhinos, les grenouilles ont besoin de vous, les carnivores européens) ainsi qu’à la réintroduction d’espèces dans leur milieu d’origine.

  • Gestion durable des parcs et espaces naturels : depuis les années 1990, les parcs et jardins sont gérés de manière à favoriser la conservation, voire l’amélioration de la biodiversité (abandon des pesticides, installation de flore indigène, gestion de l’eau).

  • Réalisation d’une trame verte : afin de relier les parcs, jardins et espaces naturels entre eux et ainsi éviter une fragmentation qui serait néfaste à la biodiversité, un vaste programme de réalisation d’une trame verte est en cours, alliant déplacements doux et liaisons biologiques.

  • Sensibilisation du public : réconcilier l’homme urbain avec la nature, le sensibiliser aux menaces qui pèsent sur la biodiversité et diffuser la culture scientifique et technique sont des objectifs prioritaires réalisés à travers le programme « Main verte », les animations et visites au parc zoologique et l’organisation de la « fête de la biodiversité »

  • Collaboration avec le milieu scientifique : la richesse de la recherche sur la biodiversité à Montpellier est utilisée, comme par exemple l’étude sur l’enherbement des pieds d’arbres (CEFE/CNRS), le suivi de la croissance des végétaux dans la serre amazonienne, la lutte contre les ravageurs du palmier… L’accès du public à des congrès scientifiques (Congrès mondial de l’eau, Apimondia) participe à cette collaboration. Elle a été accentuée en 2010, 2011 et 2012 à l’occasion de la tenue de plusieurs congrès scientifiques internationaux (congrès mondial d’ethnobiologie en 2012, congrès européen des parcs zoologiques en 2011…).


Avec son engagement à la Convention sur la diversité biologique aux côtés de Montréal, Curitiba, Singapour, Nagoya et Bonn, Montpellier souhaite poursuivre ces actions par l’adoption d’un plan « Biodiversité » selon trois axes :

  • Observer et connaître

  • Conserver et restaurer

  • Sensibiliser et éduquer


Un des objectifs principaux de ce plan est de restaurer les liens entre les habitants et la nature ordinaire qui les entoure en ville afin de les sensibiliser à l’enjeu mondial de la conservation de la biodiversité. Parmi les nombreuses actions mises en oeuvre, citons :

  • le développement de la coopération avec le milieu scientifique ;

  • l’ouverture d’activités pédagogiques dans le cadre de l’Agriparc autour de la vigne, de l’apiculture et de l’oléiculture ;

  • la valorisation et la gestion des friches urbaines et des délaissés afin qu’ils participent par leur richesse biologique à la trame verte urbaine ;

  • la mise en oeuvre de réseaux d’observation de la biodiversité urbaine basés sur la participation volontaire des habitants et des publics scolaires portant sur la faune et la flore ;

  • la pérennisation de la fête de la biodiversité, moment de rencontre entre les habitants, les chercheurs, les associations et les gestionnaires d’espaces naturels ;

  • l’ouverture du centre Darwin au parc zoologique, centre de ressources sur la faune sauvage pour tous les publics.

    Fête de la biodiversité 2010 © M. Croze - Ville de Montpellier

 

Date de la description: 01.10.2010

 

 

Contact : Patrick Berger

Site web


 
 

Mise à jour le 20/07/15


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/ville-de-montpellier.php