PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

UMR ISE-M Institut des sciences de l'évolution de Montpellier

Etablissement(s) de tutelle  : Cirad, CNRS, IRD, UM


Désormais UMR 226, ISE-M a été rejointe par CAVIAR (UR175). Le CBAE a rejoint l'ISE-M en janvier 2015, ainsi que la composante Cirad d'Intrepid.


Origine, dynamique et évolution de la biodiversité actuelle et passée

Depuis plus de 30 ans, l’Institut des Sciences de l’Évolution de Montpellier (ISEM, CNRS, IRD, UM2) développe des recherches qui portent sur l’origine et la dynamique de la biodiversité, sur les modalités et les mécanismes de son évolution. Ses recherches concernent tout autant la biodiversité actuelle que passée, portent sur un large éventail d’organismes et de milieux et allient approches de terrain, approches expérimentales et théoriques.

Si les questions fondamentales de la biologie évolutive (mécanismes d’adaptation, de spéciation, etc.) gardent tout leur sens pour la compréhension des mécanismes à l’origine de la biodiversité, de sa structuration et de son fonctionnement, les recherches menées par l’ISEM intègrent (i) l’accélération des moyens de production de données et de la capacité à appréhender les différentes dimensions structurelles et fonctionnelles du vivant (du gène à l’écosystème) qui doit conduire vers une échelle globale d’appréhension des mécanismes de l’évolution à l’origine de la biodiversité, et (ii) le questionnement scientifique et social portant sur les capacités de réponses de la biodiversité (organismes et/ ou communautés) vis-à-vis des changements planétaires, qui induit un déplacement du champ des recherches évolutives vers des aspects plus appliqués et/ou prédictifs.


Le département « Génome » répond à la montée en puissance de la génomique dans l’approche de l’ISEM de l’évolution et de la biodiversité. Les recherches qui y sont menées tirent profit de l’accès à l’information génétique pour décrypter les processus évolutifs, notamment ceux impliqués dans l’évolution moléculaire et la phylogénie, les mécanismes de l’adaptation et de la spéciation.

Le département « Diversité » répond à la nécessité de lier les processus évolutifs et écologiques (écologie évolutive) pour une meilleure appréhension des mécanismes qui sous-tendent la dynamique de la biodiversité. Ce département s’investit dans la compréhension des effets des changements planétaires sur les organismes, les populations et les communautés. Le développement de modèles théoriques y est tout aussi fondamental que celui de l’évolution expérimentale.

Le département « Forme » s’attache à une meilleure compréhension des mécanismes par lesquels la dynamique du développement affecte la variation et l’évolution phénotypiques, mécanismes essentiels dans l’émergence de la biodiversité. L’approche proposée ici associe l’étude des mécanismes fins à l’origine de l’émergence et de la variabilité des formes. La vision paléontologique de cette évolution, c’est-à-dire la prise en compte de la paléobiodiversité, sont parties intégrantes de ce département.

Le département « Conservation et domestication » incarne l’activité de l’unité sur le terrain de l’évolution appliquée et de la valorisation de la biodiversité. On y documente et valorise les connaissances fondamentales sur la diversité ichtyologique, le potentiel adaptatif et la structuration des populations pour se doter des moyens nécessaires au développement de méthodes de conservation, gestion, domestication (production aquacole).

Le département « Environnement » traite de deux thématiques majeures : les reconstitutions des changements climatiques et de la dynamique des écosystèmes passés. Ces deux thématiques se fondent sur l’acquisition de nouvelles données (proxies environnementaux) et la modélisation pour une meilleure compréhension des processus actuels et futurs. L’un des buts de cette recherche est la gestion de la biodiversité au niveau spécifique et écosystémique dans le cadre des changements globaux.



Date de la description : 01.10.2011


Directeur : Agnès Mignot

166  scientifiques

Site web de l'unité





Exemples de recherche de l'unité sur la thématique Biodiversité

L’ISEM et les Sciences de l’évolution au service d’une aquaculture durable

Un tilapia (Sarotherodon melanotheron) âgé de sept mois, élevé dans le Système aquacole à Recyclage Intégral (SARI) - S.Gilles © IRD

L’évolution influence profondément tous les aspects de la biologie et ses outils et concepts sont de plus en plus employés pour répondre à des questions économiques ou sociales.
C’est le cas particulièrement en aquaculture. Au vue de la stagnation, voire de la régression, des captures de la pêche et de l’accroissement démographique de la population humaine,
 (...)


Quand l’évolution tend à maximiser la diversité et le fonctionnement des systèmes écologiques

P.Venail © UMR ISEM

Des chercheurs du CNRS basés à l’UM2 (UMR ISEM, UMR ECOSYM) ont montré que l’évolution peut conduire à plus de diversité biologique et, surtout, à un meilleur fonctionnement des systèmes écologiques. Dans le contexte actuel de l’érosion de la biodiversité, ces résultats publiés dans la revue Nature (Venail P.A., MacLean R.C., Bouvier T., Brockhurst (...)


Le programme sciences citoyennes Cybelle Méditerranée

Ecovolontaires observant des globicéphales, Globicephala melas - C. Arnal © Cybelle Méditerranée

Cybelle Méditerranée est un programme de sciences citoyennes en mer Méditerranée. Ce programme suit à grande échelle et à long terme la biodiversité marine pour mieux comprendre l’impact des changements de l’environnement (notamment climatiques) sur la mer Méditerranée. Les objectifs sont :

  • (1) de rassembler les scientifiques

  •  (...)



 
 

Mise à jour le 23/04/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/unite-recherche.php?numunite=25