PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

UMR LECOB Laboratoire d'écogéochimie des environnements benthiques

Etablissement(s) de tutelle  : CNRS



Biodiversité des environnements benthiques

Les environnements benthiques sont par nature des zones de transfert, de transformation et d’accumulation de la matière. Cette matière sert de support à des communautés très diversifiées, des microorganismes à la macrofaune, en passant par la meiofaune dont la taille des individus ne dépasse pas le millimètre et qui jouent un rôle majeur dans sa transformation. À l’interface eau-sédiment, la combinaison des ressources énergétiques et des contraintes environnementales exerce une pression très forte sur les communautés benthiques et favorise la mise en place de consortiums complexes capables d’exploiter l’énergie disponible.

Comprendre les mécanismes qui gouvernent l’établissement de la biodiversité en réponse à la disponibilité de la ressource ainsi que leurs relations réciproques le long du continuum côtier-profond, est l’objectif central des recherches du Laboratoire d’Écogéochimie des Environnements Benthiques (LECOB, CNRS, UPMC). La démarche privilégiée par le laboratoire se concentre sur l’existence d’interactions d’intensités variables entre organismes entre eux et avec les composantes chimiques et physiques de leur environnement. Elle vise à poser les bases, au travers de l’étude de réseaux « écogéochimiques » complexes, d’une approche nouvelle des relations entre diversité des communautés, transfert d’énergie et processus de transformation de la matière dans les environnements benthiques.


Le laboratoire dispose d’un large éventail de compétences en biologie, écologie, biochimie, ainsi qu’en océanographie physique, chimie et biogéochimie marines. Ces compétences permettent de développer des approches intégrées multidisciplinaires sur des environnements modèles tels que les deltas sédimentaires profonds des fleuves, les canyons sous-marins ou les écosystèmes chimiosynthétiques profonds. En complément de l’observation à long terme de la biodiversité et de la modélisation des interactions entre processus chimiques, physiques et dynamique des communautés benthiques et des populations, le LECOB s’investit dans la mise en place d’expérimentations in situ et en mésocosme afin de paramétrer et de valider ces modèles.


Outre sa dotation propre de l'institut écologie et environnement du CNRS, l’unité bénéficie de financements de ses recherches par deux projets de l’Agence Nationale de la Recherche, deux projets « Ecosphère Continentale et Côtière », un projet de chaire de la Fondation Total, deux projets européens dont un réseau de formation par la recherche. Le LECOB participe au Réseau National des Stations Marines et au groupe de recherche ECCHIS dédié aux écosystèmes chimiosynthétiques. Il anime par ailleurs, au niveau international, un groupe de travail du Scientific Committee for Ocean Research et un groupement de recherche européen du CNRS DiWOOD (Diversity of organisms associated with marine wood falls).

Date de la description : 01.10.2011


Directeur : Katell Guizien

10  scientifiques

Site web de l'unité





Exemples de recherche de l'unité sur la thématique Biodiversité

Biodiversité et environnements extrêmes en grande profondeur

Mesures électrochimiques in situ sur des communautés hydrothermales profondes à partir du sous-marin Alvin.- ©WHOI/S. Sievert

L’exploration des fonds marins a mis en évidence des communautés profondes riches et abondantes, liées à des ressources localisées et éphémères. Ces communautés, d’abord décrites autour des sources hydrothermales, sont aujourd’hui connues pour une grande variété d’habitats : des sédiments riches en hydrocarbures aux carcasses de baleine, en passant par les canyons (...)



 
 

Mise à jour le 23/04/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/unite-recherche.php?numunite=155