PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

UR ENTROPIE Ecologie marine tropicale des océans Pacifique et Indien

Etablissement(s) de tutelle  : IRD, CNRS


ENTROPIE est une UMR issue du rapprochement des unités CoReUs- Biocomplexité des écosystèmes coralliens de l’Indo-Pacifique (IRD) et ECOMAR (Université de La Réunion et CNRS).


Structures et fonctions des écosystèmes coralliens

Les écosystèmes coralliens représentent, avec les mangroves et les herbiers marins, les habitats majeurs du littoral des zones tropicales et intertropicales. Réservoirs de biodiversité, complexité des réseaux trophiques et des interactions biotiques, forte structuration spatiale et production élevée, sont les caractéristiques majeures de ces écosystèmes. Complexes et fragiles, le récif corallien et les écosystèmes associés sont en danger ainsi que les quelques 500 millions de personnes, qui en dépendent directement ou indirectement dans une centaine de pays, pour la plupart du Sud. La France, avec 55 000 km² de récifs coralliens, a la responsabilité d'un des plus grands ensembles récifaux au monde. Acquérir les connaissances fondamentales sur la biodiversité pour promouvoir les concepts de gestion durable du développement est essentiel à la préservation de ces écosystèmes.

L’état de santé des récifs coralliens, leur biodiversité et leur devenir, dans le contexte d’un changement global, interpellent la communauté scientifique. Ces questions dont la composante sociétale est importante, se traduisent par des recherches visant à étudier la biocomplexité de ces écosystèmes. L’UR Biocomplexité des écosystèmes coralliens de l’Indo-Pacifique (COREUS, IRD, UPMC) tente d’y répondre en étudiant la structure de l’écosystème corallien et ses fonctions à différentes échelles spatiales et organisationnelles. Il s’agit par exemple d’analyser les mécanismes d’érosion de la biodiversité et ses conséquences à long terme sur le fonctionnement et notamment les services de l’écosystème. Cette démarche permet de mieux comprendre la résistance et la résilience des systèmes en s’intéressant notamment aux changements de phase. L’unité est souvent amenée à établir un diagnostic de l’état de santé des récifs, quantifier l’efficacité des mesures de protection mises en place et décliner les stratégies de conservation qui peuvent être proposées pour maintenir la biodiversité, les services écosystémiques et la ressource halieutique en milieu corallien.


Outre l’observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer, l’unité compte quatre autres implantations géographiques, dans les océans Pacifique et Indien ainsi que dans les Caraïbes. Son implantation principale est en Nouvelle-Calédonie. L’UR regroupe un large éventail de compétences en biologie et en écologie, en taxonomie, en phylogénie, en biogéographie et phylogéographie, en génétique des populations, en halieutique et gestion des ressources, ainsi qu’en télédétection marine et modélisation. La diversité des compétences permet de développer une approche comparative, intégrée et multidisciplinaire, et d’apporter des réponses aux grands problèmes biocomplexes auxquels l’écosystème corallien ainsi que les autres grands écosystèmes de la planète sont confrontés aujourd’hui.


Outre les budgets récurrents des tutelles, l’unité bénéficie de financements de l’Agence Nationale de la Recherche de l’Europe (Fonds européen de développement), des territoires (programme ZONECO) des appel à projets du ministère de l’Outre-Mer et du Fonds Pacifique, de l’Agence Française de Développement (Coral Reef Initiative for South Pacific) et enfin du ministère de l’Environnement par le programme IFRECOR (Initiative Française pour les REcifs Coralliens). COREUS est membre du groupe de recherche international « Écosystèmes coralliens » et participe au groupe de recherche BioChiMar (biodiversité et chimiodiversité marines). L’unité inscrit ses activités scientifiques dans le cadre du Grand Observatoire de la biodiversité marine et terrestre du Pacifique Sud où elle anime l’axe dédié au volet marin.

Date de la description : 01.10.2011


Directeur : Claude Payri

25  scientifiques

Site web de l'unité





Exemples de recherche de l'unité sur la thématique Biodiversité

Écosystèmes coralliens et gestion durable

Etude des impacts de l'activité minière sur les récifs et lagons de Nouvelle-Calédonie -F. Lebaron © Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-mer

En Nouvelle-Calédonie, le défi est de savoir jusqu’à quel point les richesses littorales et côtières peuvent supporter sans dégradation irréversible la multiplication des activités humaines, notamment celles liées à l’exploitation du nickel qui constitue le moteur économique de ce pays. Évaluer les perturbations qui en résultent, directement ou indirectement, (...)



 
 

Mise à jour le 23/04/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/unite-recherche.php?numunite=130