PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et
du Languedoc-Roussillondans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

Concilier restauration de la diversité forestière et gestion durable de la ressource bois énergie en Afrique centrale : le projet Makala en République Démocratique du Congo

3. Sociétés et biodiversité

3. Sociétés et biodiversité

J.N. Marien © Cirad -Sélection de rejets d’essences locales très appréciées pour la fourniture de charbon de bois dans les espaces cultivés après exploitation forestière et culture sur brûlis (République Démocratique du Congo) Contrairement à de nombreuses idées reçues, la dégradation des forêts d’Afrique centrale et la déforestation sont essentiellement liées à la pratique non maîtrisée de la culture sur brûlis, au développement de l’agro-industrie et à l’exploitation non durable du bois énergie, qui représente 90 % de l’énergie domestique des populations rurales et urbaines et 80 % du total de l’exploitation des ressources ligneuses. Le projet Makala, coordonné par le Cirad sur un financement européen, a pour ambition d’inciter les agriculteurs à conserver une partie de la biodiversité forestière par la sélection et la protection des arbres utiles au moment du défrichement agricole. Ils peuvent également être amenés à replanter de jeunes arbres, lorsqu’ils sont devenus trop rares, sous forme de jachère enrichie, de jardins agroforestiers ou de bosquets villageois multi-usages. Les essences forestières sont prioritairement des essences locales à usages multiples dont la raréfaction est accentuée par leur surexploitation.

La reforestation des savanes herbacées des plateaux Batéké, tout comme la conservation ou la réintroduction de l’arbre dans les espaces forestiers dégradés sur les lisières forestières autour de Kisangani, a un effet catalytique significatif sur la remontée de la diversité biologique. Ce phénomène provoque un enrichissement du milieu en espèces animales et végétales traditionnellement valorisées par les populations locales et sources de richesse. Au-delà des effets directs sur les zones d’intervention du projet, le projet Makala constitue un des maillons d’un ensemble de projets de recherche coordonnés par le Cirad et visant à analyser et comprendre les évolutions des écosystèmes forestiers du Bassin du Congo, et en particulier de la dynamique de la diversité des essences ligneuses. C’est par exemple le cas du projet régional CoForChange (Changement globaux de la biodiversité des forêts du bassin du Congo).

Contact(s) :
Jean-Noël Marien, marien@cirad.fr

Date de publication : 01/10/2010





 


 
 

Mise à jour le 2/04/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/exemple.php?id=73