PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et
du Languedoc-Roussillondans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

Biodiversité et fonctionnement des réseaux trophiques des écosystèmes marins côtiers

2. Biodiversité fonctionnelle

2. Biodiversité fonctionnelle

Schéma simplifié du réseau trophique microbien et du réseau trophique herbivore- B.Mostajir & F.Vidussi © Equipe RESEAUX La biodiversité des systèmes écologiques concerne non seulement celle des organismes qui les composent mais aussi celle de leurs nombreuses interactions (prédation, compétition, mutualisme, parasitisme, etc.). Ces relations entre organismes impliquent que l’extinction d’une espèce peut provoquer une disparition ou une prolifération des autres espèces directement ou indirectement via des réactions en cascades. Les organismes et les interactions qui les lient forment les réseaux trophiques, et la diversité des organismes et de leurs interactions influence la stabilité et la résilience de ces réseaux face aux changements environnementaux.

Dans les écosystèmes marins, deux types principaux de réseau trophique peuvent être distingués : le réseau trophique classique—ou herbivore—dominé par les communautés phytoplanctoniques (producteurs primaires), généralement de grande taille, alimentant le zooplancton et les poissons, et le réseau trophique microbien dominé par les communautés microbiennes autotrophes (cyanobactéries, phytoplancton de petite taille) et hétérotrophes (flagellés et ciliés). Le réseau microbien domine plutôt dans les zones oligotrophes ou pendant les périodes peu productives des écosystèmes marins contribuant peu à l’exportation de matière à l’inverse du réseau herbivore jouant un rôle significatif dans la séquestration du carbone dans les zones océaniques.

Il est avéré que les activités humaines modifient de plus en plus l’environnement et que ces modifications concernent aussi bien des changements climatiques à l’échelle globale (comme l’augmentation de température, des radiations ultraviolettes et de la pression de gaz carbonique) que ceux plus localisés (comme l’eutrophisation et la surpêche). Les changements environnementaux affectent les réseaux trophiques planctoniques soit directement en modifiant la physiologie des organismes, soit indirectement en modifiant les interactions entre les communautés, et/ou via le changement des facteurs abiotiques (comme la disponibilité en nutriments). Afin de comprendre les modifications de la diversité des réseaux trophiques et du fonctionnement des écosystèmes marins côtiers consécutives aux changements environnementaux, il est indispensable de prendre en compte aussi bien leurs effets directs que ceux indirects, ce qui est appréhendé par l’UMR ECOSYM.

Contact(s) :
Marc Bouvy, marc.bouvy@ird.fr

Date de publication : 01/10/2010





 


 
 

Mise à jour le 2/04/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/exemple.php?id=67