PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et
du Languedoc-Roussillondans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

Un observatoire pour le suivi à long terme de la biodiversité des canyons sous-marins en Méditerranée

2. Biodiversité fonctionnelle

2. Biodiversité fonctionnelle

Coraux froids et faune associée dans le canyon Lacaze-Duthiers- © DIREN Les premières observations de coraux profonds en Méditerranée ont été réalisées par des chercheurs du Laboratoire ARAGO au large de Banyuls-sur-Mer, dans le canyon de Lacaze-Duthiers, en 1961 et en 1963, au cours d'explorations réalisées avec la soucoupe plongeante SP 600 du Commandant Cousteau. Depuis aucune expédition n'avait été conduite sur ce site pour évaluer l'état des populations de coraux observées dans ce contexte.

Au cours d'expéditions récentes (mai-juin 2008) réalisées par l'Observatoire Océanologique de Banyuls et la Direction régionale de l'environnement, expéditions menées en utilisant le support technique de la COMEX (Navire Océanographique Minibex, ROV Super Achille et submersible Remora), les populations de coraux profonds observées il y a plus de 40 ans ont pu être retrouvées et d'autres populations encore plus denses de ces espèces ont été mises en évidence, faisant du canyon de Lacaze-Duthiers un site de référence pour ces espèces en Méditerranée française.

Quatre espèces de coraux profonds sont présentes dans le canyon de Lacaze-Duthiers, pour certaines en quantités relativement importantes : Lophelia pertusa, Madrepora occulata, Desmophyllum dianthus et Dendrophylllia cornigera. Ces espèces sont toutes protégées au niveau national, européen et international. Ces populations de coraux s'épanouissent sur les flancs rocheux du canyon à des profondeurs variant entre -180 et -365m.

Elles sont associées à une faune très riche en invertébrés sessiles tels que des éponges, des brachiopodes, des échinodermes, des bivalves, des ascidies, des bryozoaires, ainsi qu'à des organismes vagiles comme des céphalopodes et des poissons dont certains présentent un intérêt économique important (sabres, grenadiers). Parmi les invertébrés, nombre d'espèces pourraient se révéler intéressantes dans un contexte de caractérisation et d'exploitation de biomolécules d'intérêt pharmacologique par exemple.

Point de départ pour des recherches futures, ces observations ainsi que celles qui ont été réalisées depuis sur cette zone d'intérêt (en particulier par l'Agence des Aires Marines Protégées), vont servir de base à l'Observatoire Océanologique de Banyuls pour mettre en place un observatoire profond qui permettra, outre la réalisation de mesures in situ en continu de paramètres physico-chimiques et biologiques au sein du canyon, un suivi à long terme des communautés de coraux profonds et la mise en place de programmes de conservation de ces espèces patrimoniales et sensibles.

Contact(s) :
Philippe Lebaron, lebaron@obs-banyuls.fr

Date de publication : 01/10/2010





 


 
 

Mise à jour le 2/04/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/exemple.php?id=65