PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et
du Languedoc-Roussillondans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

Capricornes asiatiques et biodiversité

1. Origine et évolution de la biodiversité

1. Origine et évolution de la biodiversité

Femelle Anoplophora chinensis Anoplophora glabripennis et A. chinensis (Coleoptera, Cerambycidae) sont des espèces invasives originaires d’Extrême-Orient. Leurs larves creusent des galeries dans le bois de nombreuses essences à feuilles caduques. Directement et indirectement, les Anoplophora affectent la biodiversité, et la biodiversité affecte les populations d’Anoplophora.

L’effet direct des Anoplophora sur la biodiversité est lié à leur grande polyphagie. Les essences feuillues attaquées sont notamment les érables, peupliers, saules, marronniers, aulnes, charmes, ormes, noisetiers, pommiers, agrumes (pour ce qui concerne A. chinensis), etc. Les parcs et jardins des zones urbaines, les pépinières, les vergers et les forêts de feuillus sont menacés. Les ré-infestations successives des plantes-hôtes entraînent leur mort, ce qui conduit à l’anéantissement ou le déplacement des biocoenoses indigènes normalement inféodées à ces essences. L’effet indirect des Anoplophora sur la biodiversité est observé dans les bouleversements des écosystèmes liés aux efforts d'éradication du ravageur dans les paysages urbains, agricoles et forestiers. La destruction de certaines zones forestières entraîne aussi la disparition des strates arbustive et herbacée et le déplacement des populations d'insectes, de petits mammifères et d'oiseaux qui peuplaient ces zones boisées. En retour, la biodiversité affecte les populations d'Anoplophora car certains insectes parasitoïdes locaux, notamment des hyménoptères ennemis naturels d’insectes xylophages, acceptent les Anoplophora comme hôtes de substitution.

Dans le nord de l'Italie, le Laboratoire Européen de Lutte Biologique a montré que huit espèces d’insectes parasitoïdes de la faune européenne, appartenant à cinq familles (Braconidae, Eurytomidae, Eupelmidae, Bethylidae, Pteromalidae), attaquent les jeunes larves d'A. glabripennis et A. chinensis sous écorce. Une plus grande biodiversité exerce une action antagoniste plus forte sur le ravageur et ses populations sont mieux contenues. Anoplophora glabripennis et A. chinensis (Coleoptera, Cerambycidae) sont des espèces invasives originaires d’Extrême-Orient. Leurs larves creusent des galeries dans le bois de nombreuses essences à feuilles caduques. Directement et indirectement, les Anoplophora affectent la biodiversité, et la biodiversité affecte les populations d’Anoplophora.

L’effet direct des Anoplophora sur la biodiversité est lié à leur grande polyphagie. Les essences feuillues attaquées sont notamment les érables, peupliers, saules, marronniers, aulnes, charmes, ormes, noisetiers, pommiers, agrumes (pour ce qui concerne A. chinensis), etc. Les parcs et jardins des zones urbaines, les pépinières, les vergers et les forêts de feuillus sont menacés. Les ré-infestations successives des plantes-hôtes entraînent leur mort, ce qui conduit à l’anéantissement ou le déplacement des biocoenoses indigènes normalement inféodées à ces essences. L’effet indirect des Anoplophora sur la biodiversité est observé dans les bouleversements des écosystèmes liés aux efforts d'éradication du ravageur dans les paysages urbains, agricoles et forestiers. La destruction de certaines zones forestières entraîne aussi la disparition des strates arbustive et herbacée et le déplacement des populations d'insectes, de petits mammifères et d'oiseaux qui peuplaient ces zones boisées. En retour, la biodiversité affecte les populations d'Anoplophora car certains insectes parasitoïdes locaux, notamment des hyménoptères ennemis naturels d’insectes xylophages, acceptent les Anoplophora comme hôtes de substitution.

Dans le nord de l'Italie, le Laboratoire Européen de Lutte Biologique a montré que huit espèces d’insectes parasitoïdes de la faune européenne, appartenant à cinq familles (Braconidae, Eurytomidae, Eupelmidae, Bethylidae, Pteromalidae), attaquent les jeunes larves d'A. glabripennis et A. chinensis sous écorce. Une plus grande biodiversité exerce une action antagoniste plus forte sur le ravageur et ses populations sont mieux contenues. Anoplophora glabripennis et A. chinensis (Coleoptera, Cerambycidae) sont des espèces invasives originaires d’Extrême-Orient. Leurs larves creusent des galeries dans le bois de nombreuses essences à feuilles caduques. Directement et indirectement, les Anoplophora affectent la biodiversité, et la biodiversité affecte les populations d’Anoplophora.

L’effet direct des Anoplophora sur la biodiversité est lié à leur grande polyphagie. Les essences feuillues attaquées sont notamment les érables, peupliers, saules, marronniers, aulnes, charmes, ormes, noisetiers, pommiers, agrumes (pour ce qui concerne A. chinensis), etc. Les parcs et jardins des zones urbaines, les pépinières, les vergers et les forêts de feuillus sont menacés. Les ré-infestations successives des plantes-hôtes entraînent leur mort, ce qui conduit à l’anéantissement ou le déplacement des biocoenoses indigènes normalement inféodées à ces essences. L’effet indirect des Anoplophora sur la biodiversité est observé dans les bouleversements des écosystèmes liés aux efforts d'éradication du ravageur dans les paysages urbains, agricoles et forestiers. La destruction de certaines zones forestières entraîne aussi la disparition des strates arbustive et herbacée et le déplacement des populations d'insectes, de petits mammifères et d'oiseaux qui peuplaient ces zones boisées. En retour, la biodiversité affecte les populations d'Anoplophora car certains insectes parasitoïdes locaux, notamment des hyménoptères ennemis naturels d’insectes xylophages, acceptent les Anoplophora comme hôtes de substitution.

Dans le nord de l'Italie, le Laboratoire Européen de Lutte Biologique a montré que huit espèces d’insectes parasitoïdes de la faune européenne, appartenant à cinq familles (Braconidae, Eurytomidae, Eupelmidae, Bethylidae, Pteromalidae), attaquent les jeunes larves d'A. glabripennis et A. chinensis sous écorce. Une plus grande biodiversité exerce une action antagoniste plus forte sur le ravageur et ses populations sont mieux contenues. Anoplophora glabripennis et A. chinensis (Coleoptera, Cerambycidae) sont des espèces invasives originaires d’Extrême-Orient. Leurs larves creusent des galeries dans le bois de nombreuses essences à feuilles caduques. Directement et indirectement, les Anoplophora affectent la biodiversité, et la biodiversité affecte les populations d’Anoplophora.

L’effet direct des Anoplophora sur la biodiversité est lié à leur grande polyphagie. Les essences feuillues attaquées sont notamment les érables, peupliers, saules, marronniers, aulnes, charmes, ormes, noisetiers, pommiers, agrumes (pour ce qui concerne A. chinensis), etc. Les parcs et jardins des zones urbaines, les pépinières, les vergers et les forêts de feuillus sont menacés. Les ré-infestations successives des plantes-hôtes entraînent leur mort, ce qui conduit à l’anéantissement ou le déplacement des biocoenoses indigènes normalement inféodées à ces essences. L’effet indirect des Anoplophora sur la biodiversité est observé dans les bouleversements des écosystèmes liés aux efforts d'éradication du ravageur dans les paysages urbains, agricoles et forestiers. La destruction de certaines zones forestières entraîne aussi la disparition des strates arbustive et herbacée et le déplacement des populations d'insectes, de petits mammifères et d'oiseaux qui peuplaient ces zones boisées. En retour, la biodiversité affecte les populations d'Anoplophora car certains insectes parasitoïdes locaux, notamment des hyménoptères ennemis naturels d’insectes xylophages, acceptent les Anoplophora comme hôtes de substitution.

Dans le nord de l'Italie, le Laboratoire Européen de Lutte Biologique a montré que huit espèces d’insectes parasitoïdes de la faune européenne, appartenant à cinq familles (Braconidae, Eurytomidae, Eupelmidae, Bethylidae, Pteromalidae), attaquent les jeunes larves d'A. glabripennis et A. chinensis sous écorce. Une plus grande biodiversité exerce une action antagoniste plus forte sur le ravageur et ses populations sont mieux contenues.

Contact(s) :
Franck Hérard, fherard@ars-ebcl.org

Date de publication : 01/10/2010





 


 
 

Mise à jour le 2/04/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/exemple.php?id=59