PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et
du Languedoc-Roussillondans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

Bases génétiques de l’adaptation des vecteurs africains du paludisme au milieu

1. Origine et évolution de la biodiversité

1. Origine et évolution de la biodiversité

Gites de développement de larves d'Anopheles funestus, moustique vecteur du paludisme, à Lagdo, Cameroun.-D. Fontenille © IRD Les vecteurs majeurs de Plasmodium africains sont capables de coloniser des environnements extrêmement différents en Afrique subsaharienne, des savanes arides en bordure du Sahara jusqu'au coeur de la forêt équatoriale, dans les zones rurales, les périmètres agricoles, les villages et les villes. L’UMR MIVEGEC s’intéresse particulièrement aux mécanismes génétiques adaptatifs sélectionnés par les espèces du complexe Anopheles gambiae (inversions chromosomiques, polymorphisme allélique, niveau d’expression de gènes), en réponse aux variables climatiques, aux types de gîtes larvaires colonisés et à la pression anthropique (agriculture, insecticides, déforestation, urbanisation), et permettant leur survie et leur développement dans les différents biotopes.

L’analyse des interactions « gènes—environnement » chez An. gambiae passe par l’étude du polymorphisme chromosomique et de la distribution des inversions paracentriques au sein des populations naturelles de vecteurs. D’importantes campagnes de terrain ont été réalisées au Cameroun et au Burkina Faso, et la niche écologique des principales espèces du complexe An. gambiae a pu être modélisée à l’échelle des deux pays sur la base d’analyses statistiques des corrélations entre les points de présence de l’espèce et une gamme de facteurs environnementaux répertoriés dans un système d’information géographique. L’analyse comparative des niches écologiques des différentes espèces du complexe a permis d’identifier des variables environnementales discriminantes.

Les techniques les plus récentes de la biologie moléculaire et de la génomique sont utilisées en complément de la cytogénétique traditionnelle pour la mise en évidence de polymorphismes génétiques associés aux variations phénotypiques révélées par ces analyses écologiques. Ces études ont permis de décrypter le polymorphisme moléculaire de certaines inversions chromosomiques chez An. gambiae, ainsi que d’en préciser le rôle et le fonctionnement comme réservoir de variabilité génétique adaptative chez ce vecteur.

Contact(s) :
Frédéric Simard, frederic.simard@ird.fr
Carlo Costantini, carlo.costantini@ird.fr

Date de publication : 01/10/2010

Illustrations

Couple d'Anopheles gambiae,moustiques africains vecteurs du paludisme. Femelle à gauche, mâle à droite.-N. Rahola © IRD




 


 
 

Mise à jour le 2/04/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/exemple.php?id=58