PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et
du Languedoc-Roussillondans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

Mobilité des animaux et émergence de maladies dans le bétail

1. Origine et évolution de la biodiversité

1. Origine et évolution de la biodiversité

Pose d’un collier GPS et collecte d’échantillon sur un buffle du parc national de Gonarezhou au Zimbabwe.-D. Cornélis © Cirad Le buffle africain (Syncerus caffer), espèce emblématique de la grande faune africaine, présente dans les principales aires protégées d’Afrique, partage avec le bétail et avec l’homme un panel important de pathogènes tels que ceux responsables de la fièvre aphteuse, de la brucellose, de la tuberculose, etc. Le modèle buffle-bétail est étudié par l’UPR AGIRs (Cirad) pour la compréhension des interactions épidémiologiques entre les animaux domestiques et sauvages. Plusieurs études sont menées depuis 2007 par des membres de l’équipe dans et autour d’espaces protégés, en Afrique de l’Ouest (Parc régional du W) et en Afrique australe (Parc transfrontalier du Limpopo). Les risques d’interactions entre la faune, le bétail et l’homme sont en effet particulièrement importants en périphérie des espaces protégés de plus en plus contraints par l’élevage et l’agriculture. À partir de contacts entre bovins infectés et buffle en 1960, la tuberculose bovine s’est, par exemple, répandue dans le Parc National Kruger (Afrique du Sud) pour atteindre récemment le Zimbabwe.

Pour comprendre ces dynamiques de transmission de maladies entre troupeaux sauvages et domestiques par contacts directs ou indirects, l’UPR AGIRs s’intéresse à la mobilité des animaux et aux facteurs écologiques ou liés à l’homme qui conditionnent le partage des mêmes ressources et des mêmes espaces. Des buffles et des bovins ont été équipés de colliers GPS qui enregistrent leurs localisations en continu sur des cycles annuels. Ces données permettent de caractériser les déplacements, les domaines vitaux mais aussi le potentiel de contacts entre troupeaux. Elles sont analysées en regard de variables explicatives telles que végétation, eau, saison, présences humaines, etc. Ces travaux contribuent à évaluer et, ensuite, mieux contrôler les risques sanitaires mais plus généralement les risques de conflits entre les enjeux de conservation et de développement.

Contact(s) :
Marie-Noel De Visscher, visscher@cirad.fr

Date de publication : 01/10/2010





 


 
 

Mise à jour le 2/04/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/exemple.php?id=57