PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et
du Languedoc-Roussillondans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

Diversité spécifique des peuplements d’arbres en forêt guyanaise

1. Origine et évolution de la biodiversité

1. Origine et évolution de la biodiversité

En forêt tropicale humide (ici, en Guyane française), deux arbres voisins appartiennent le plus souvent à des espèces différentes.- D.Sabatier © UMR AMAP Dans les forêts tropicales humides, les études d’écologie des communautés sont d’un abord difficile, en raison de l’extrême diversité biologique et structurale, ainsi que de la relative méconnaissance de la flore. En Guyane, on compte en moyenne 150 à 170 espèces différentes d’arbres sur un seul hectare de forêt, tandis que le département en abrite 1 600 et que de nouvelles sont décrites chaque année. En outre, cette composition floristique varie considérablement, aussi bien à courte qu’à moyenne ou à grande distance. Décrire et analyser ces variations de composition et de diversité spécifique est un enjeu essentiel, tant en termes de connaissance fondamentale que pour permettre une gestion raisonnée des ressources naturelles. Ce thème est abordé par l’UMR AMAP grâce à un réseau de parcelles permanentes sur lesquelles la diversité spécifique locale des communautés d’arbres est mesurée par des inventaires botaniques détaillés. Complétés par des informations de télédétection, des relevés pédologiques, géologiques, des analyses génétiques et des données archéologiques, ces dispositifs de terrain permettent d’élaborer des modèles et de tester des hypothèses sur les causes des variations de la diversité spécifique. C’est ainsi qu’a pu être démontrée, à l’échelle locale et régionale, l’influence de facteurs environnementaux actuels (climat, sols, perturbations naturelles) sur cette diversité. De plus, ces parcelles permanentes guyanaises font partie d’un vaste réseau international de même nature, dont les données ont permis de mettre en évidence de grands gradients de composition et de diversité floristique à travers tout le massif guyano-amazonien, et de les relier à des gradients de fertilité des sols ou de durée de la saison sèche.

Contact(s) :
Daniel Sabatier,daniel.sabatier@ird.fr
Jean-François Molino,jean-francois.molino@ird.fr Jean-François Molino,jean-francois.molino@ird.fr

Date de publication : 01/10/2010





 


 
 

Mise à jour le 2/04/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/exemple.php?id=53