Share/Bookmark
Définition

Le terme "biodiversité" est défini comme étant la diversité du vivant à toutes ses échelles d'organisation des gènes, des populations et communautés, des écosystèmes, et en y incluant les humains du fait de leurs intéractions avec toutes les composantes de la biodiversité.

[Source : Convention sur la diversité biologique]

Chiffres clés

Compétences de recherche à Montpellier et sa région dans le domaine de la biodiversité

26 unités de recherche

1200 scientifiques

580 doctorants

 

Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature" n° 13 (octobre 2010, 84 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis International Biodiversité

Coordinateur scientifique du dossier : Serge Morand (Cnrs)

Contact Agropolisss

Gestionnaire du portail :
Chantal Salson
Agropolis International
salson@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 49

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

5. La biodiversité, une science citoyenne


Par
Violette Roche
(Tela Botanica) & Vincent Devictor (UMR ISEM)

01.10.2010

Notre compréhension de la biodiversité reste faible par rapport aux implications politiques, économiques, sociales et éthiques que représente son érosion actuelle. Suivre et prévoir le devenir de la biodiversité sont, dès lors, devenus des enjeux importants pour les scientifiques, les gestionnaires et les décideurs politiques. Comment faire pour comprendre et prédire l’état et les tendances de la biodiversité ? Pour cela, un obstacle majeur doit être surmonté : mesurer la répartition et la dynamique de la biodiversité sur de larges échelles de temps et d’espace.

Ni les scientifiques, ni les gouvernements, ni la technique ne peuvent à eux-seuls assurer la collecte des données nécessaires. Les programmes de sciences citoyennes, impliquant les citoyens dans ce processus, deviennent dès lors un outil incontournable des stratégies de conservation. Cartographier la flore, suivre la reproduction des oiseaux communs, observer l’abondance des papillons dans les jardins privés sont des exemples de ces programmes scientifiques dont la collecte de données rassemble et associe citoyens, gestionnaires de l’environnement et scientifiques. Lorsque ces collaborations sont bien menées, ce sont des outils puissants qui contribuent à la fois à l’évolution rapide des connaissances sur la biodiversité et à leur diffusion vers un large public.

Fête de la biodiversité, 2010,Ville de Montpellier - © M. Croze

Fête de la biodiversité, 2010,Ville de Montpellier - © M. Croze

Dans un monde de plus en plus urbanisé, les sciences citoyennes donnent l’occasion au grand public de s’intéresser à la nature tout en participant à la recherche. En effet, ces programmes s’appuient généralement sur les suivis d’espèces communes situées dans des habitats très accessibles, y compris résidentiels et urbains. Ces espèces, faciles à identifier, participent à sensibiliser les citoyens à la nature de "tous les jours". En retour, l’implication des citoyens dans ces programmes impacte le travail des scientifiques qui se doivent d’expliquer le sens de leur démarche, les étapes d’un raisonnement scientifique et les conséquences de leurs travaux sur la société.

Ainsi, la réussite d’un programme de science citoyenne ne se limite pas aux données récoltées. C’est aussi l’occasion pour que les scientifiques se rapprochent des réseaux d’amateurs, pour fédérer un groupe de personnes autour d’un enjeu et de valeurs communs. En rendant la démarche scientifique et le savoir accessibles, les sciences citoyennes participent à la responsabilisation de nos sociétés et à l'émergence d'une conscience environnementale respectueuse. Les synergies qu’elles favorisent entre les différents acteurs de la société peuvent aussi directement contribuer à la prise en compte de la biodiversité dans les processus de décision. Les sciences citoyennes fournissent, en effet, des indicateurs sur la biodiversité officiellement utilisés par les gouvernements. Par exemple, l’indicateur de"bien-être humain" en Angleterre ou de "développement durable" en France, est pour partie basé sur la tendance des oiseaux communs, dénombrés chaque année par des ornithologues bénévoles.

Les sciences citoyennes font un pas en avant par rapport à la vision très académique de la progression de la connaissance et à la vision très hiérarchisée de la gouvernance. Il s’agit en effet de restaurer une relation de confiance entre la société et les scientifiques en impliquant les participants dans la recherche sur la biodiversité. La participation des citoyens à la science produite, ajoute une légitimité démocratique à la légitimité scientifique des résultats issus de leurs données. Le devenir de la diversité biologique est un enjeu qui concerne l’humanité toute entière. Celleci doit désormais composer sa vie sur terre avec les conséquences des changements globaux dont elle est elle-même la cause. Dans ce contexte nouveau, les sciences citoyennes favorisent la sensibilisation et la responsabilisation de tous et participent à la prise de conscience de nos devoirs envers la nature et à l’égard des générations futures.


Compétences de la communauté scientifique


  • Exemples de recherche
  • Unités et équipes de recherche impliquées

Pl@ntNet, un réseau collaboratif et une plateforme informatique dédiés à la compilation et au partage d’outils et de connaissances en botanique

Page d'accueil du site Pl@ntNet

Pl@ntNet est une initiative proposée par un consortium international regroupant de nombreux organismes autour de trois équipes : AMAP, l’équipe-projet IMEDIA de l’Institut national de recherche en informatique et automatique et le réseau de botanique francophone Tela Botanica. Ce projet de 4 (...)



Une philosophie de terrain au service de la biodiversité

La conservation de la biodiversité opère en contexte de double incertitude : une incertitude factuelle (Quel est l’état initial du milieu ? Quelles sont les conséquences probables de telle ou telle mesure ?) et une incertitude normative (Quelle biodiversité devons-nous protéger ? Pour quelles raisons (...)



Le programme sciences citoyennes Cybelle Méditerranée

Ecovolontaires observant des globicéphales, Globicephala melas - C. Arnal © Cybelle Méditerranée

Cybelle Méditerranée est un programme de sciences citoyennes en mer Méditerranée. Ce programme suit à grande échelle et à long terme la biodiversité marine pour mieux comprendre l’impact des changements de l’environnement (notamment climatiques) sur la mer Méditerranée. Les objectifs sont :



L'Observatoire Des Saisons

Fleur de mélèze - E. Gritti © UMR CEFE

L’Observatoire Des Saisons (ODS) est un programme de science participative à destination du grand public. Ses objectifs sont triples
(1)sensibiliser le public à l'impact du réchauffement climatique sur la flore et la faune
(2)faire participer le public à la collecte d’information sur les rythmes



 (...)



 

Acteurs principaux sur la thématique "La biodiversité, une science citoyenne"

Nom de la structure et lien vers le site web Organismes membres participants ou partenaires Directeur Fiche descriptive
Parcs Nationaux de France (PNF) Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Energie Michel Sommier En savoir plus
Tela Botanica Association Daniel Mathieu, Président Fondateur En savoir plus
Ville de Montpellier - Direction "Paysage & nature" Ville de Montpellier Patrick Berger En savoir plus

 

Autres équipes concernées par la thématique "La biodiversité, une science citoyenne"

Nom de l'unité et lien vers le site web Organismes membres participants ou partenaires Nb. scientifiques Directeur Fiche descriptive
UMR TETIS : Territoires, environnement, télédétection et information spatiale AgroParisTech, Cirad, Cnrs, Irstea 73 Christiane Weber En savoir plus
UMR AMAP : Botanique et bio-informatique de l'architecture des plantes Cirad, CNRS, Inra, IRD,UM 60 Thierry Fourcaud En savoir plus
UMR ESPACE-DEV : Espace pour le développement
ESPACE-DEV se compose de l’unité ESPACE (UR 140) à laquelle se sont joints des chercheurs des universités Antilles-Guyane, Montpellier 2 et de La Réunion. Son activité est centrée sur l’acquisition et le traitement d’observations, principalement spatiales.
IRD, UM, UPVD 38 Frédérique Seyler En savoir plus
UPR GREEN : Gestion des ressources renouvelables et environnement Cirad 20 Aurélie Botta En savoir plus

 

 

 

Voir aussi...

1. Origine et évolution de la biodiversité2. Biodiversité fonctionnelle3. Sociétés et biodiversité4. Modéliser, scénariser la biodiversité5. La biodiversité, une science citoyenneUnités de recherche, formations et sélection de ressources

 

 

 


 
 

Mise à jour le 17/02/16

 


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/ch5-biodiversite-science-citoyenne.php