Share/Bookmark
Définition

Le terme "biodiversité" est défini comme étant la diversité du vivant à toutes ses échelles d'organisation des gènes, des populations et communautés, des écosystèmes, et en y incluant les humains du fait de leurs intéractions avec toutes les composantes de la biodiversité.

[Source : Convention sur la diversité biologique]

Chiffres clés

Compétences de recherche à Montpellier et sa région dans le domaine de la biodiversité

26 unités de recherche

1200 scientifiques

580 doctorants

 

Dossier Agropolis

Téléchargez la version papier du dossier Agropolis "Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature" n° 13 (octobre 2010, 84 pages)
Feuilletez ce dossier

Dossier Agropolis International Biodiversité

Coordinateur scientifique du dossier : Serge Morand (Cnrs)

Contact Agropolisss

Gestionnaire du portail :
Chantal Salson
Agropolis International
salson@agropolis.fr
Tél. : +33 (0)4 67 04 75 49

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

2. Biodiversité fonctionnelle


Par
Marc Bouvy
(UMR ECOSYM), Eric Blanchart (UMR Eco&Sols)
& Alain Brauman
(UMR Eco&Sols)

01.10.2010

La Terre abrite une extraordinaire diversité biologique ou "biodiversité" qui comprend des millions d’espèces différentes. La biodiversité spécifique se décline en de multiples facettes dont celles de leurs gènes, de leurs molécules, de leurs physiologies et de leurs comportements, de leurs multiples interactions écologiques avec leur environnement, ainsi que la variété des écosystèmes complexes qu’elles forment. La survie de la Terre et de l’humanité est basée sur l’extraordinaire diversité ,des formes de vie, notamment dans sa composante fonctionnelle, qui permet de fournir des services écosystémiques.


Un des enjeux scientifiques majeurs est de pouvoir comprendre, préserver, voire améliorer, les services rendus par les écosystèmes : réalisation des cycles biogéochimiques, production primaire, pollinisation,lutte contre les ravageurs agricoles, purification de l’air et de l’eau, dépollution et traitement des déchets, développement et conservation de la diversité biologique, source de nouveaux médicaments et de nouvelles variétés de cultures. S’il est difficile de leur attribuer une valeur économique, il apparait clairement que ces services, même s’ils sont affectés par les activités humaines, présentent une grande valeur pour l’humanité.

Dans un écosystème, des milliers d’espèces se côtoient et des interactions extrêmement complexes sont à la base de son fonctionnement général qui se caractérise par une dynamique de sa biodiversité fonctionnelle. On peut distinguer deux composantes de la biodiversité, l’une dite "remarquable" correspondant à des entités (gènes, espèces, habitats) que la société a identifiées comme présentant un intérêt particulier (dimension patrimoniale, emblématique ou valeur d’usage), et l’autre dite "ordinaire" n’ayant pas de valeur intrinsèque identifiée mais indispensable au fonctionnement des écosystèmes. Les interactions entre des entités ordinaires plus ou moins abondantes, contribuent potentiellement à la production de services écosystémiques considérables. Cependant, les liens entre la dynamique de la biodiversité fonctionnelle et les services rendus sont très difficiles à évaluer car ils sont plus liés à l’apparition de nouvelles interactions entre espèces qu’à la richesse spécifique ou à l’abondance.

Pari d'un écosystème forestier méditerranéen associant microcosmes
non-permanents et organismes décomposeurs détritivores).
- S. Hättenschwiler © UMR CEFE

Quelle que soit notre perception de la biodiversité, un de ses rôles majeurs dans le contexte actuel des changements climatiques est d’offrir des alternatives biologiques permettant de faire face à l’instabilité de l’environnement.

L’exemple des espèces végétales ou animales introduites mérite notre attention sachant que ces espèces transportent souvent des agents pathogènes qui trouvent alors, via les espèces indigènes, de nouveaux territoires à conquérir. Cependant, les bio-invasions peuvent aussi créer des conditions de pression de sélection sur les espèces indigènes mais aussi en retour sur les espèces introduites. Les cultures sont ainsi confrontées à de nombreuses attaques d’organismes nuisibles et la préservation de la biodiversité passe nécessairement par une meilleure connaissance des stratégies de prévention et de méthodes de lutteinteraction avec l’atmosphère et le climat. L’exemple des symbioses microbiennes dans les sols met en exergue la biodiversité fonctionnelle de certaines associations avec le monde végétal permettant d’améliorer durablement les services écosystémiques rendus que sont les productions agricoles et forestières tout en restaurant certains environnements menacés. L’ensemble des activités biologiques dans les sols liées à la biodiversité fonctionnelle de la microfaune (p. ex. nématodes) et des macroorganismes que sont les ingénieurs du sol (p. ex. vers de terre ou termites) permet de comprendre les processus de régulation de la dynamique des nutriments et de leur disponibilité, et de la séquestration du carbone, et ceci dans un contexte d’amélioration des services écosystémiques rendus par les sols.


Si les études de terrain sont indispensables à la compréhension du fonctionnement des écosystèmes, l’étude du rôle de la biodiversité dans ce fonctionnement nécessite également des analyses en expérimentation (Ecotron Européen de Montpellier, MEDIMEER de Sète). Ces études vont de la compréhension des aspects fondamentaux du rôle de la biodiversité dans les fonctions de l’écosystème à des aspects appliqués d’utilisation de la biodiversité à des fins d’ingénierie écologique.
Dans le contexte actuel des modifications anthropogéniques accélérées, de l’échelle moléculaire à celle du paysage, l’approche intégrative de gestion des espèces apparait comme prometteuse en tenant compte des relations interspécifiques et des processus évolutifs assurant la pérennité des processus adaptatifs des systèmes naturels méditerranéens et tropicaux.


Compétences de la communauté scientifique


  • Exemples de recherche
  • Unités et équipes de recherche impliquées

Les ingénieurs du sol : diversité et fonctions

Ver de terre de Madagascar (famille Megascolecidae)- M. Razafindrakoto © IRD

Les sols constituent l’un des habitats les plus diversifiés sur terre : l’une des trois « frontières biotiques » des écologistes, avec la canopée des forêts tropicales et les grands fonds marins. Les (...)



Rôle fonctionnel de la biodiversité : complémentarité des recherches réalisées in situ et à l’Ecotron

Vue d'ensemble des 24 parcelles de différentes diversités, avant insertion dans les lysimètres (vignette) et études à l'Ecotron - ©DFG Forschergruppe 456

La première expérience dans le plateau ‘mésocosmes’ de l’Ecotron Européen de Montpellier est associée à l’importante étude sur le rôle de la diversité végétale dans le fonctionnement de l’écosystème menée (...)



Quand l’évolution tend à maximiser la diversité et le fonctionnement des systèmes écologiques

P.Venail © UMR ISEM

Des chercheurs du CNRS basés à l’UM2 (UMR ISEM, UMR ECOSYM) ont montré que l’évolution peut conduire à plus de diversité biologique et, surtout, à un meilleur fonctionnement des systèmes écologiques. (...)



Évolution temporelle de l’activité et de la structure de la communauté bactérienne à la station d’observation MOLA

La figure ci-contre illustre l’évolution temporelle de l’activité et de la structure de la communauté bactérienne à la station d’observation MOLA (Microbial Observatory Laboratoire Arago, 42° (...)



Un observatoire pour le suivi à long terme de la biodiversité des canyons sous-marins en Méditerranée

Coraux froids et faune associée dans le canyon Lacaze-Duthiers- © DIREN

Les premières observations de coraux profonds en Méditerranée ont été réalisées par des chercheurs du Laboratoire ARAGO au large de Banyuls-sur-Mer, dans le canyon de Lacaze-Duthiers, en 1961 et en 1963, (...)



Comprendre l'origine des invasions du criquet pèlerin

Le criquet pèlerin, Schistocerca gregaria Forskål-A.Monard © Cirad

Le criquet pèlerin est un ravageur majeur. Ses invasions spectaculaires peuvent s’étendre sur plus de 29 millions de km² de la Mauritanie à l’Inde. Les dégâts matériels, humains et sur l’environnement (...)



Biodiversité et fonctionnement des réseaux trophiques des écosystèmes marins côtiers

Schéma simplifié du réseau trophique microbien et du réseau trophique herbivore- B.Mostajir & F.Vidussi © Equipe RESEAUX

La biodiversité des systèmes écologiques concerne non seulement celle des organismes qui les composent mais aussi celle de leurs nombreuses interactions (prédation, compétition, mutualisme, parasitisme, (...)



BIOPS : BIOdiversité des milieux PélagiqueS marins de l’Océan Indien

Banc multi spécifique de poissons sous un dispositif de concentration de poissons dans l'océan Indien - M. Taqyet © FADUI/IRD-Ifremer

Si les écosystèmes terrestres ont fait l’objet d’attentions particulières dans la communauté scientifique, les écosystèmes marins pélagiques restent encore méconnus du fait de leur accès difficile,

 (...)



Écosystèmes coralliens et gestion durable

Etude des impacts de l'activité minière sur les récifs et lagons de Nouvelle-Calédonie -F. Lebaron © Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-mer

En Nouvelle-Calédonie, le défi est de savoir jusqu’à quel point les richesses littorales et côtières peuvent supporter sans dégradation irréversible la multiplication des activités humaines, notamment (...)



Projet « Identification et analyse des principes de fonctionnement du littoral Est-malgache : vers une gestion intégrée »

Usages contraires de la mer à Madagascar : pêche côtière et exploitation pétrolière - E. Rakotorisoa ©  Cirad

Les littoraux malgaches présentent un intérêt écologique et économique majeur pour le développement durable de Madagascar et de la région de l'Océan Indien. Par exemple, les récifs coralliens et les mangroves, (...)



 

Principales unités et équipes de recherche impliquées sur la thématique "Biodiversité fonctionnelle"

Nom de l'unité et lien vers le site web Organismes membres participants ou partenaires Nb. scientifiques Directeur Fiche descriptive
UMR CEFE : Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive CNRS, UM, UPVM, IRD, Montpellier Supagro, Inra 101 Richard Joffre En savoir plus
UMR CBAE : Centre de bio-archéologie et d'écologie
CBAE a rejoint l'ISE-M en janvier 2015
16 En savoir plus
UMR Eco&Sols : Écologie fonctionnelle et biogéochimie des sols et agro-écosystèmes Cirad, Inra, IRD, Montpellier SupAgro 68 Jean-Luc Chotte En savoir plus
UMR LSTM : Laboratoire des symbioses tropicales et méditerranéennes Cirad, Inra, IRD, Montpellier SupAgro, UM 24 Robin Duponnois En savoir plus
UPR B-AMR : Bioagresseurs : analyse et maîtrise du risque
Regroupe l'UPR Maîtrise des bioagresseurs des cultures pérennes et l'UPR Ecologie et maîtrise des populations d'acridiens
Cirad 21 Christian Cilas En savoir plus
UPR AGIRs : Animal et gestion intégrée des risques Cirad 27 François Roger En savoir plus
UMR ECOSYM : ECOlogie des Systèmes Marins côtiers
ECOSYM : Fusion dans MARBEC. ECOSYM regroupait ECOLAG (UMR 202) et l’unité Diversité génomique et biologique des bactéries opportunistes (DIBOP) de l’université Montpellier 1. Elle étudie les effets des changements locaux et globaux liés à l’action de l’homme sur les écosystèmes lagunaires et marins côtiers.
56 En savoir plus
UMR MARBEC : Biodiversité marine et ses usages
Fusion de EME (Ecosystèmes marins exploités) , de ECOSYM (ECOlogie des Systèmes Marins côtiers), de la composante Ifremer d'Intrepid et du laboratoire environnement ressources Languedoc-roussillon (LER/LR) de l'Ifremer en janvier 2015.
CNRS, Ifremer, IRD, UM 80 Laurent Dagorn En savoir plus
UMR LOMIC : Laboratoire d'océanographie microbienne CNRS 19 Fabien Joux En savoir plus
UR ENTROPIE : Ecologie marine tropicale des océans Pacifique et Indien
ENTROPIE est une UMR issue du rapprochement des unités CoReUs- Biocomplexité des écosystèmes coralliens de l’Indo-Pacifique (IRD) et ECOMAR (Université de La Réunion et CNRS).
IRD, CNRS 25 Claude Payri En savoir plus
UMR LECOB : Laboratoire d'écogéochimie des environnements benthiques CNRS 10 Nadine Le Bris En savoir plus

Autres équipes concernées par la thématique "Biodiversité fonctionnelle"

Nom de l'unité et lien vers le site web Organismes membres participants ou partenaires Nb. scientifiques Directeur Fiche descriptive
UMR AMAP : Botanique et bio-informatique de l'architecture des plantes Cirad, CNRS, Inra, IRD,UM 60 Thierry Fourcaud En savoir plus
UMR BIOM : Biologie intégrative des organismes marins CNRS 15 Hervé Moreau En savoir plus
UMR CBGP : Centre de Biologie pour la Gestion des Populations Cirad, Inra, IRD, Montpellier SupAgro 52 Flavie Vanlerberghe En savoir plus
UMR ASTRE : Animal, santé, territoires, risques et écosystèmes
Les anciennes unités Animal et gestion intégrée des risques (Agirs) et Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (Cmaee) se sont rassemblées le 1er janvier 2017 pour créer la nouvelle UMR Astre. La nouvelle unité au service d'une approche intégrée de la santé animale. L'objectif de l'UMR est d’améliorer la santé animale, la santé publique et la sécurité alimentaire au Sud, notamment dans le cadre des changements globaux et des transitions des socio-écosystèmes. L’enjeu majeur est de développer une approche intégrative de la santé : inter-sectorialité et interdisciplinarité autour de l’animal, de l’écosystème et du territoire, dans le cadre des approches One Health et EcoHealth.
Cirad, Inra 65 Thierry Lefrançois En savoir plus
UMR ESPACE-DEV : Espace pour le développement
ESPACE-DEV se compose de l’unité ESPACE (UR 140) à laquelle se sont joints des chercheurs des universités Antilles-Guyane, Montpellier 2 et de La Réunion. Son activité est centrée sur l’acquisition et le traitement d’observations, principalement spatiales.
IRD, UM, UPVD 38 Frédérique Seyler En savoir plus
UMR InterTryp : Interactions hôtes-vecteurs-parasites-environnement dans les maladies tropicales négligées dues aux trypanosomatidés
Anciens noms : Trypanosomes, puis : Interactions hôtes-vecteurs-parasites dans les infections par trypanosomatidae
Cirad, IRD 28 Philippe Solano En savoir plus
UMR ISE-M : Institut des sciences de l'évolution de Montpellier
Désormais UMR 226, ISE-M a été rejointe par CAVIAR (UR175). Le CBAE a rejoint l'ISE-M en janvier 2015, ainsi que la composante Cirad d'Intrepid.
Cirad, CNRS, IRD, UM 166 Agnès Mignot En savoir plus
UMR TETIS : Territoires, environnement, télédétection et information spatiale AgroParisTech, Cirad, Irstea 73 Jean-Philippe Tonneau En savoir plus
UPR : Forêts et sociétés Cirad 45 Plinio Sist En savoir plus
UPR GREEN : Gestion des ressources renouvelables et environnement Cirad 20 Aurélie Botta En savoir plus
UR EBCL : European Biological Control Laboratory 9 Lincoln Smith En savoir plus

Autres structures concernées

Nom de la structure et lien vers le site web Organismes membres participants ou partenaires Directeur Fiche descriptive
Ecotron Européen de Montpellier CNRS Jacques Roy En savoir plus
Laboratoire ARAGO - Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer CNRS, IRD, UPMC Philippe Lebaron En savoir plus
OSU-OREM: L’Observatoire de Recherche Méditerranéen de l’Environnement, École Interne de l’UM, est un Observatoire des Sciences de l’Univers dédié à l’étude des Aléas et de la Vulnérabilité des Milieux Méditerranéens UM, INSU, INEE du CNRS et IRD Nicolas Arnaud  

 

 

Voir aussi...

1. Origine et évolution de la biodiversité2. Biodiversité fonctionnelle3. Sociétés et biodiversité4. Modéliser, scénariser la biodiversité5. La biodiversité, une science citoyenneUnités de recherche, formations et sélection de ressources

 

 

 


 
 

Mise à jour le 20/07/15

 


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/biodiversite/ch2-biodiversite-fonctionnelle.php