PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de l'agronomie

Agronomie - Plantes cultivées et systèmes de culture

UMR INNOVATION Innovation et développement dans l'agriculture et l'agro-alimentaire

Etablissement(s) de tutelle  : Cirad, Inra, Montpellier SupAgro


L’UMR Innovation et développement dans l’agriculture et l’agroalimentaire (Cirad, Inra Montpellier SupAgro) développe des travaux de recherche pluridisciplinaires en France et à l’international sur les processus d’innovation individuel ou collectif, qu’ils soient techniques, organisationnels ou institutionnels.

Les recherches s’intéressent à l’ensemble du processus, depuis les motivations et objectifs des acteurs pour innover, les manières concrètes de mettre en oeuvre le changement et jusqu’aux effets de développement induits par ces innovations. L’UMR associe des compétences en agronomie et en sciences sociales.

L’UMR étudie « l’innovation située » en abordant l’innovation par l’analyse de processus d’action « en train de se faire » dans différents contextes, situations de changement et sur différents objets (techniques agricoles spécifiques, agricultures alternatives…). La mise en perspective de ces situations doit permettre de dégager des enseignements et connaissances à caractère générique. Les chercheurs se positionnent dans des principes de recherche-action en partenariat où ils participent aux modifications des objets de l’action et à celles de la configuration des acteurs impliqués.


L’UMR est organisée en trois équipes

  • « Changements Techniques et Organisationnels dans les Systèmes de Production Agricole » (SPACTO) : centrée sur l’analyse des dynamiques de changement techniques et organisationnels dans l’exploitation agricole ;
  • « Construction sociale des marchés, qualités et développement territorial » (MARQUALTER) : axée sur l’analyse des transformations des produits et des marchés ;
  • « Innovations territoriales » (IT) : focalisée sur l’analyse des dynamiques de territoires et ses conséquences sur l’agriculture, notamment dans le cas des situations urbaines et périurbaines.

Les travaux de recherche portant sur les systèmes de culture et de production agricole sont principalement développés par l’équipe SPACTO, avec le but de renforcer les capacités d’adaptation des exploitations agricoles familiales aux transformations de leur environnement (contraintes de marché ou environnementales). Cela est abordé par des approches descriptives et analytiques et par des dispositifs d’accompagnement dans lesquels les outils de modélisation et de simulation jouent un rôle important.

Cette équipe pluridisciplinaire (agronomes, économistes, sociologues) est organisée en trois axes :

  • analyse des transformations des systèmes de production agricoles et des systèmes d’activités des ménages ruraux et aide à la conception de systèmes techniques innovants à l’échelle de l’exploitation ;
  • évaluation ex-ante des conséquences à caractère territorial des transformations individuelles et analyse des relations entre exploitations agricoles et acteurs agissant à des niveaux d’organisation englobants (bassins versants…) ;
  • évaluation et conception de dispositifs et de méthodes de conseil et d’accompagnement pour les exploitations agricoles.

Trois objets de recherche sont abordés : gestion de la production et choix des combinaisons d’activités (agricoles ou non) au sein des exploitations agricoles ; processus sociotechniques de transformation des modes de production ; processus de coordination entre acteurs.


Plusieurs terrains de recherche sont privilégiés

  • France : viticulture (Languedoc-Roussillon) et systèmes céréaliers à base de riz (Camargue) ;
  • Afrique de l’Ouest (Madagascar),Maghreb et Brésil : systèmes rizicoles et systèmes de polyculture-élevage (notamment production laitière) ;
  • zone cotonnière africaine : systèmes agro-pastoraux ;
  • zone tropicale humide (Afrique et Amérique centrale) : systèmes agroforestiers.

SPACTO privilégie certaines formes d’innovation : (i) l’agriculture de conservation (France, Brésil), la protection intégrée (viticulture, France) et l’agriculture biologique (vignes et céréales, France) ; (ii) l’amélioration des relations agriculture-élevage au sein des exploitations agricoles et des territoires (Brésil, Afrique de l’ouest, Madagascar), (iii) l’association d’espèces (agroforesterie en Afrique et Amérique centrale, vignes et céréales en France).

Collaborations

L’équipe collabore avec des agriculteurs et des organisations de producteurs, des équipes de recherche et d’enseignement du Nord et du Sud, des structures de développement, des opérateurs du secteur privé, des ONG et des bailleurs de fonds.




Directeur : Guy Faure

50  scientifiques

Site web de l'unité

Date de la description : 2010




Exemples de recherche de l'unité sur la thématique Agronomie, plantes cultivées et systèmes de culture

Mutations des relations entre producteurs et agro-industriels pour améliorer la qualité de la canne à sucre

Coupe manuelle de la canne à sucre en Afrique du Sud.P.Y. Le Gal © Cirad

Les filières agro-industrielles représentent une source de revenu significative pour les producteurs des pays développés comme en développement. Producteurs et unités de transformation agroindustrielles interagissent au sein de bassins d’approvisionnement pour gérer les flux physiques de matière première agricole, les flux d’information et les outils d’incitation mis (...)


Innover et accompagner les exploitations de polyculture élevage (Burkina Faso)

Sarclage mécanique du cotonnier,la traction bovine reste un élément central de l’intégration agriculture-élevage dans l’ouest du Burkina Faso © P. Dugué

Dans les zones de savane d’Afrique subsaharienne, la vulgarisation d’innovations techniques par secteur de production a montré ses limites. Entre autres, elle ne permet pas de résoudre des questions complexes comme la gestion de la fertilité des sols, la mise en synergie des productions animales et végétales ou l’évolution de l’assolement au niveau de l’exploitation.

En

 (...)


Connaître et comprendre les stratégies et pratiques des agriculteurs pour évaluer, à l’échelle de bassins versants les impacts de l’adoption de formes alternatives d’agriculture par les viticulteurs (France)

traitement phytosanitaire en viticulture

L’Inra mène de nombreux programmes de recherche et d’expertises qui visent à provoquer une diminution durable et significative de l’utilisation et des impacts des pesticides en agriculture. La viticulture n’échappe pas à la règle, elle qui consomme, en France, 20 % des pesticides pour seulement 3,7 % de la surface agricole utile (SAU). Dans les bassins de monoculture (...)



 
 

Mise à jour le 27/02/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/agronomie/unite-recherche.php?numunite=46