PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de l'agronomie

Agronomie - Plantes cultivées et systèmes de culture

UPR B-AMR Bioagresseurs : analyse et maîtrise du risque

Etablissement(s) de tutelle  : Cirad


Les travaux de l’UPR Maîtrise des bioagresseurs des cultures pérennes (Cirad) sont centrés sur l’épidémiologie et la dynamique des populations de bioagresseurs. Ils permettent d’élaborer des modèles « plantes-bioagresseurs » pour les principaux organismes nuisibles qui affectent les principales cultures pérennes tropicales. L’épidémiologie, la dynamique des populations de bioagresseurs, la recherche de résistances durables, la recherche de méthodes de lutte alternative à la lutte chimique, constituent l’essentiel des activités menées par l’unité.

L’UPR collabore avec l’Université de Perpignan via Domitia et l’Association Francophone de Protection des Plantes pour étudier les pratiques agricoles du Sud (notamment les traitements chimiques) et les résidus de pesticides au niveau des produits commercialisés et de l’environnement. L’objectif de l’unité est, en effet, d’arriver à une régulation efficace des populations de bioagresseurs avec des méthodes de contrôle les moins préjudiciables pour l’environnement et la santé humaine. Il s’agit donc de proposer des compromis satisfaisant à la fois les producteurs et les consommateurs, et d’arriver à une gestion efficace des risques liés aux bioagresseurs.

L’UPR produit ainsi de nouvelles connaissances dans le domaine de la biologie et de l’écologie des bioagresseurs, de l’épidémiologie végétale et des résistances durables. Ces travaux sont valorisés par la diffusion de nouvelles méthodes de prévision et de maîtrise des risques biotiques et par l’identification de résistance durable aux bioagresseurs.

L’unité couvre donc le champ traditionnel de la défense des cultures, pour des plantes pérennes tropicales souvent cultivées dans des conditions de pressions parasitaires très fortes, pressions qui s’accentuent généralement au fur et à mesure du vieillissement des vergers. Son originalité réside dans le caractère pluridisciplinaire des recherches entreprises qui associent, entre autres, l’épidémiologie, la dynamique des populations, la génétique, l’écologie du paysage, la biostatistique, sur des terrains variés et à des échelles allant de l’arbre au paysage


Les activités de l’unité s’organisent autour de deux questions de recherche principales :

  • mieux comprendre et modéliser les épidémies et les dynamiques des populations de ravageurs de manière à évaluer l’impact de différentes interventions agronomiques sur les populations de bioagresseurs et sur les dégâts induits ;
  • identifier des résistances durables dans le matériel végétal et estimer leur impact dans le contrôle des bioagresseurs en milieu réel.
Les modèles « plantes /bioagresseurs » étudiés concernent quelques-uns des principaux organismes nuisibles des cultures pérennes tropicales : cacaoyer, caféier, cocotier, hévéa, palmier à huile.

Les recherches s’appuient sur des réseaux de dispositifs expérimentaux pour la construction et l’évaluation de résistances durables ainsi que pour les études épidémiologiques. L’identification et la hiérarchisation des facteurs influençant l’intensité des attaques des bioagresseurs ou des symptômes, s’appuient sur des observations, des enquêtes et des essais participatifs in situ, dans des réseaux de parcelles conduites en milieu paysan ou en plantations privées.


Les actions de recherche sont conduites en partenariat avec des organisations internationales (International Plant Genetic Resources Institute, Global coconut research for development programme, International Rubber Research and Development Board…), des structures nationales de recherche (Institut de Recherche Agricole pour le Développement, Instituto del Café de Costa Rica, Empresa Brasileira de Pesquisa Agropecuária…) et avec des opérateurs de développement. Des collaborations transversales sont établies avec d’autres unités de recherche présentes sur le campus d’Agropolis.



Directeur : Christian Cilas

21  scientifiques

Site web de l'unité

Date de la description : 2010




Exemples de recherche de l'unité sur la thématique Agronomie, plantes cultivées et systèmes de culture

Contribution à la lutte contre les mirides du cacaoyer en Afrique

Adulte et larves de Sahlbergella singularis surune cabosse de cacaoyer- R. Babin©Cirad

La culture du cacaoyer est l’une des principales sources de revenu des familles rurales de la zone forestière au Cameroun. Cependant,cette culture est soumise à la pression de bioagresseurs tels que les mirides. Sahlbergella singularis et Distantiella theobroma sont, en effet, les ravageurs les plus préjudiciables à la culture du cacaoyer en (...)



 
 

Mise à jour le 27/02/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/agronomie/unite-recherche.php?numunite=314