PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et de sa région dans le domaine de l'agronomie

Agronomie - Plantes cultivées et systèmes de culture

Mots-clés :

Les SCV pour la gestion agronomique de la résistance aux bioagresseurs

3. Réguler les populations de bioagresseurs et optimiser l'usage des produits phytosanitaires

3. Réguler les populations de bioagresseurs et optimiser l'usage des produits phytosanitaires

Le recours à de fortes fertilisations azotées en systèmes de culture conventionnels favorise la pression phytoparasitaire. La connaissance des mécanismes responsables de l'affaiblissement de la résistance des plantes aux maladies permet de comprendre les processus en jeu. Cela permet d’apporter un appui à la conception et au pilotage de systèmes de cultures à haute valeur environnementale favorables à l’intensification écologique. A travers un projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche, le Cirad, l’Inra et Montpellier SupAgro abordent la gestion agronomique de la résistance aux maladies à travers deux modèles d’étude :

  • Pour les interactions Plante/Agent pathogène : l'interaction Riz-Magnaporthe oryzae ;
  • Pour des systèmes de culture favorables à l’intensification écologique: les systèmes de culture en semis direct avec couverture végétale (SCV).

La pyriculariose est une maladie dont l'importance est liée à la fertilisation azotée en riziculture conventionnelle, alors que, et à même niveau de fertilisation, l’incidence de la maladie est plus faible en SCV. Dans des milieux contrastés, à Madagascar, au Brésil et en Bolivie, le projet met en place de façon comparative différents niveaux d’intensifications en systèmes de cultures conventionnels et en SCV. Le statut épidémiologique, le statut azoté des plantes, le comportement d'une collection de cultivars possédant différents niveaux de résistance, et l'expression au champ des gènes des voies de résistance et du métabolisme de l'azote en fonction des systèmes de culture sont suivis en milieu réel. Parallèlement, des approches complémentaires sont conduites en laboratoire pour l'étude fine de l'expression des gènes impliqués, et notamment l'étude du contrôle génétique de l’induction de la sensibilité à la pyriculariose par l'azote. Les résultats attendus laissent espérer une meilleure utilisation de la résistance partielle des plantes aux maladies grâce à des systèmes de culture, comme les SCV, basés sur une démarche agroécologique et favorables à l’intensification des processus naturels de régulation.



Contact(s) :
André Chabanne, UR SCV, andre.chabanne@cirad.fr
Didier Tharreau, UMR BGPI, didier.tharreau@cirad.fr
Jean-Loup Nottéghem, notteghe@supagro.inra.fr

Date de publication : 30/05/2010





 


 
 

Mise à jour le 18/08/17


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/agronomie/exemple.php?id=43