PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et de sa région dans le domaine de l'agronomie

Agronomie - Plantes cultivées et systèmes de culture

Mots-clés :

L’adoption des SCV dans les pays du Sud

5. Concevoir et diffuser les innovations

5. Concevoir et diffuser les innovations

Semis direct de maïs sur résidus de récolte en situation de petite mécanisation. Province de Xayaboury, Laos. F. Jullien©AgriDev Les techniques SCV ont été adoptées au cours des trois dernières décennies principalement en Amérique du Sud et du Nord, et en Australie, où elles ont émergé de façon indépendante des systèmes nationaux de recherche et de vulgarisation. Ces changements techniques sont toutefois plus difficiles à mettre en oeuvre dans les pays en voie de développement, de par la nature d’une majorité de leurs entreprises agricoles : taille réduite des exploitations, stratégies d’autosubsistance, prise de risque limitée, économie de ressources, rôle des échanges communautaires. Dans ces situations, la stratégie doit viser, d’une part, l’amélioration de l’accès des adoptants potentiels aux autres formes de capital (foncier, financier, humain/social) en complément au capital technique, et, d’autre part, une intervention sur l’environnement spatial et économique des exploitations : aménagement du territoire et filières agroalimentaires.

L’exemple du Lac Alaotra, principale zone d’adoption des SCV à Madagascar, est intéressant à plus d’un titre. Près de 1 500 agriculteurs y pratiquent actuellement les SCV sur une superficie de 1 200 hectares. Les systèmes adoptés intègrent les plantes cultivées localement et présentent différents niveaux d’intensification, modulables selon les capacités et les objectifs des producteurs. Les organisations paysannes se sont structurées et ont été progressivement mises en relation avec les différents acteurs impliqués dans la production agricole : instituts de microfinance, banques, opérateurs privés, collectivités décentralisées, ONG. Au Laos, les exploitations agricoles familiales se différentient par le fait qu’elles sont fortement connectées au secteur privé : sociétés de commercialisation et de prestations de services notamment. Cette spécificité offre la possibilité de développer sur le court terme une approche croisant régions/territoires et filières d’intervention. Ainsi dans la province de Xayabouri, soumise à une importante pression sur les ressources naturelles (demande croissante d’agro-industries thaïlandaises en matière première), plus de 1 600 exploitations pratiquent aujourd’hui les SCV sur une surface totale avoisinant 2 000 hectares.

Les processus d’innovation observés dans ces deux contextes répondent réellement à des stratégies paysannes de « gestion des risques » et témoignent du fait qu’il est possible, avec une méthodologie adaptée, d’amorcer une adoption durable des SCV dans le cadre d’une agriculture familiale à ressources limitées.

Contact(s) :
Stéphane Chabierski,stephane.chabierski@cirad.fr
& Hoa Tran Quoc, hoa.tran_quoc@cirad.fr

Date de publication : 30/05/2010





 


 
 

Mise à jour le 18/08/17


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/agronomie/exemple.php?id=34