Share/Bookmark
 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de l'agronomie

Agronomie - Plantes cultivées et systèmes de culture

Mots-clés :

Perceptions des changements climatiques et adaptation des producteurs au Bénin

4. Préserver les ressources en eau

4. Préserver les ressources en eau

Effets néfastes des intempéries dans le village d’Alfakoara au nord Bénin- © R.Dimon La recherche s’inscrit dans l’adaptation des agricultures familiales aux changements climatiques. Partant du principe que ceux qui peuvent le mieux décrire ces changements sont ceux qui y sont exposés, une enquête a été conduite auprès des producteurs sur leur perception du phénomène et ses conséquences sur le milieu et leur vie quotidienne. Ont également été relevées les adaptations techniques adoptées pour y faire face. L’enquête a été conduite dans huit villages des zones nord, centre et littorales du Bénin, et sur des systèmes de culture (respectivement coton/vivrier, vivrier/soja et vivrier/palmier). Elle a exploré un important gradient de variabilité climatique, du nord (climat soudanien à régime monomodal des pluies) au sud du pays (climat guinéen côtier à répartition bimodale des pluies).

Tous les producteurs interrogés perçoivent un changement climatique depuis environ une quinzaine d’années. Les producteurs signalent (i) une tendance au raccourcissement —voire la disparition— de la deuxième saison des pluies, ainsi qu’un retard général de l’installation de la saison pluvieuse principale ou unique, (ii) une augmentation de l’irrégularité des pluies, plus qu’une diminution de celles-ci, (iii) une augmentation des températures maximales, ressentie surtout pendant la grande ou l’unique saison sèche, ainsi que (iv) l’augmentation de l’occurrence de vents violents en fin de saison humide. Parmi les conséquences énoncées, l’une des plus importantes apparait liée aux vents violents provoquant la verse des céréales et donc des pertes importantes de production, ainsi que des dégâts aux constructions.

Les adaptations diffèrent selon le type d’exploitation et les régions. Ceux qui en ont la possibilité (i) recourent à de nouvelles cultures telles le riz de bas fond au centre, en abandonnent d’autres (la culture du cotonnier et les légumineuses traditionnelles comme le niébé et le pois de terre au profit du soja, au centre), (ii) adoptent des variétés à cycle plus court, et (iii) modifient leurs pratiques (intrants, utilisation des terres…). Les plus vulnérables s’adonnent à de nouvelles activités telles la production de charbon de bois, ou envisagent de migrer.

Contact(s) :
Hervé Guibert, herve.guibert@cirad.fr
& Euloge K. Agbossou, agbossou2001@yahoo.fr

Date de publication : 30/05/2010

Illustrations

Effets néfastes des intempéries dans le village d’Alfakoara au nord Bénin-© R.Dimon




 


 
 

Mise à jour le 27/02/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/agronomie/exemple.php?id=29