PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et de sa région dans le domaine de l'agronomie

Agronomie - Plantes cultivées et systèmes de culture

Mots-clés : potentiel hydrique, simulation, absorption de l'eau, système racinaire

Architecture, transfert et disponibilité en eau dans la plante

1. Assurer une production alliant quantité et qualité

1. Assurer une production alliant quantité et qualité

Simulation du potentiel hydrique calculé par le modèle d'extraction et de transfert de l'eau. La disponibilité en eau a une influence forte sur le fonctionnement de la plante, aussi bien en terme d’acquisition des ressources (absorption hydrominérale et photosynthèse), d’allocation des assimilats entre les différents organes et contrôle in fine la croissance des organes.

Un modèle d’absorption et de transfert de l’eau dans la plante a été développé. Ce modèle s’appuie sur la description de l’architecture de la plante couplée à la caractérisation du fonctionnement hydraulique des axes (capacités d’absorption et de transfert). Le diamètre ainsi que le type d’axe sont des indicateurs simples et pertinents pour décrire la variation des conductivités hydrauliques, et permettre la construction d’une architecture hydraulique aussi bien au niveau racinaire qu'au niveau aérien. Les conditions aux limites sont imposées au niveau de l’interface sol-racine en terme de potentiel hydrique et au niveau des feuilles en terme de flux transpiratoire. Ce couplage entre l’architecture de la plante et son fonctionnement hydraulique permet de décrire l’absorption et le transfert de l’eau dans la plante en caractérisant la distribution du potentiel hydrique. Le potentiel hydrique apparaît fortement variable dans la plante, avec des gradients qui évoluent suivant les disponibilités en eau. Au niveau souterrain, les simulations permettent de localiser l’absorption de l’eau dans le système racinaire, en fonction des caractéristiques d’architecture et d’absorption des différents types de racines. L’hétérogénéité spatiale des disponibilités hydriques dans le sol, en fonction de la profondeur ou de la distance aux goutteurs, conditionne également fortement la spatialisation de l’extraction de l’eau, avec par exemple un déplacement progressif du front d’absorption de l’eau avec le dessèchement superficiel du sol. Au niveau aérien, le potentiel hydrique n’est pas uniforme, avec des potentiels hydriques plus négatifs au niveau de la frondaison. Ce modèle d’absorption et de transfert de l’eau dans une architecture fonctionnelle a été couplé à un modèle de croissance du fruit et permet de décrire une partie de la variabilité observée dans la croissance et la composition des fruits.

Contact(s) :
Gilles Vercambre, gilles.vercambre@avignon.inra.fr

Date de publication : 30/05/2010

Illustrations

Modélisation du transfert couplé de l'eau et du sucre dans une architecture racinaire - © Gilles Vercambre, Inra




 


 
 

Mise à jour le 18/08/17


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/agronomie/exemple.php?id=13