PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

UMR G-EAU Gestion de l'eau, acteurs, usages

Etablissement(s) de tutelle  : AgroParisTech, CIHEAM-IAM.M, Cirad, IRD, Irstea, Montpellier SupAgro



Agricultures irriguées : adaptation aux changements globaux et impacts sur les ressources en eau au Maghreb et en Afrique sub-saharienne

L’UMR « Gestion de l’Eau, Acteurs, Usages » (UMR G-EAU, AgroParisTech/CIHEAM-IAMM/Cirad/IRD/Irstea/MontpellierSupAgro) conduit des recherches sur les modalités de gestion des ressources en eau à différentes échelles (du bassin hydrographique au périmètre irrigué). L’ambition est de tester des leviers d’action pour concilier préservation et valorisation durable des ressources. Ces recherches à l’interface entre les ressources en eau et leurs usages sont pluridisciplinaires, alliant sciences de l’univers (hydrologie, hydraulique), de l’ingénieur (automatique, mécanique des fluides), du vivant (agronomie, hydrobiologie), humaines et sociales (économie, sociologie, science politique). La dimension sociale des usages agricoles de l’eau conduit à s’intéresser à la différenciation des formes de production et leurs articulations pour l’accès à l’eau et sa gestion.


L’unité est structurée en trois axes de recherche. Deux concernent la dynamique quantitative des ressources en eau et leur gestion tant stratégique qu’opérationnelle. Le troisième axe porte sur les agricultures irriguées, leurs adaptations aux changements globaux, leurs impacts sur les ressources en eau et les voies d’amélioration de leurs performances par des innovations techniques ou organisationnelles. Les formes d’organisation sociale de la production agricole y sont prises en compte avec un focus sur les évolutions des agricultures familiales face à la modernisation pour intensifier les productions et à la montée des structures de production plus capitalistiques potentiellement concurrentes.

En agriculture irriguée, comme dans l’ensemble du secteur agricole, les structures de production de type « familial » — basées sur un contrôle familial des moyens de production et de la gestion de l’exploitation — restent prédominantes à l’échelle mondiale. En mobilisant des aménagements hydrauliques coûteux, l’agriculture irriguée suppose des cultures intensives ou à plus forte valeur ajoutée. Les capacités des agricultures familiales à se moderniser pour valoriser ces aménagements sont aujourd’hui questionnées dans un contexte de tension sur les marchés des céréales avec une demande mondiale croissante. L’UMR G-EAU aborde ces questions d’évolution des structures productives et de tensions pour l’accès aux terres et à l’eau au Maghreb et en Afrique.


Les recherches concernent les dynamiques agraires et leurs enjeux sociaux et économiques, l’accompagnement de la conception et de la diffusion d’innovations dans les systèmes irrigués adaptées aux petites exploitations familiales, les démarches participatives et prospectives pour intégrer les petits exploitants dans les processus de négociation et de coordination pour le partage des ressources en eau.

Date de la description : 01.01.2014


Directeur : Olivier Barreteau

70  scientifiques

Site web de l'unité





Exemples de recherche de l'unité sur la thématique Agriculture familiale

Investissements agricoles à grande échelle et partage des ressources en eau pour la riziculture irriguée au Mali

Construction d’infrastructures d’irrigation par un investisseur privé - © T. Hertzog

Dans un contexte de tension sur les marchés agricoles et alimentaires, les vastes surfaces arables du continent africain attirent de plus en plus d’investisseurs internationaux (phénomène souvent qualifié d’accaparement de terres ou land grabbing).

Dans le périmètre irrigué de l’Office du Niger (Mali), l’arrivée d’investisseurs s’accompagne,



 (...)



 
 

Mise à jour le 27/05/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/agriculture-familiale/unite-recherche.php?numunite=81