PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

UPR AIDA Agroécologie et intensification durable des cultures annuelles

Etablissement(s) de tutelle  : Cirad


Depuis le 1er janvier 2014, UPR Aida - Agroécologie et intensification durable des cultures annuelles -Directeur : Eric Scopel


Intensification écologique des cultures annuelles

L’UPR « Agroécologie et Intensification Durable des cultures Annuelles » (UPR AÏDA, Cirad) s’intéresse aux modalités et aux conditions de l’intensification écologique des systèmes de culture à base d’annuelles dans les exploitations de l’agriculture familiale tropicale. Son objectif est d’analyser et de concevoir des systèmes à base de cultures annuelles mobilisant mieux les ressources et les processus écologiques en évaluant, dans les différentes dimensions spatiales et temporelles, leurs performances agronomiques, technologiques, environnementales, économiques et sociales. AÏDA s’intéresse principalement à la production de cultures annuelles fondamentales pour la sécurité alimentaire des populations locales du Sud comme le riz pluvial (Madagascar, Asie du Sud-Est), le maïs (Afrique, Amérique latine, Asie), le sorgho ou le mil (zones sèches en Afrique sub-saharienne) et le manioc qui vient souvent en rotation de ces cultures principales. Elle s’intéresse également aux plantes cultivées annuellement rentrant dans la consolidation du revenu économique de ces populations comme le coton (Afrique sub-saharienne) ou la canne à sucre (océan Indien et Antilles).


L’UPR AÏDA a pour ambition de contribuer à intensifier et stabiliser la production dans ces différents types d’agrosystèmes de l’agriculture familiale tropicale. Elle entend construire une approche agroécologique de l’intensification des cultures annuelles en prospectant deux voies techniques complémentaires : (i) l’amélioration de l’éco-efficience des ressources et des intrants utilisés dans le processus de production et (ii) une meilleure mobilisation des processus écologiques qui régissent le fonctionnement de l’agro-écosystème pour favoriser la croissance et la production des espèces cultivées et pour garantir ses services écosystémiques (fertilité, régulation naturelle des bio-agresseurs, etc.). L’UPR AÏDA s’intéresse donc à des systèmes de culture innovants et complexes qui mobilisent une plus grande diversité d’agents biologiques (plantes de service, mulchs, prédateurs, compétiteurs, etc.), en interaction entre eux et avec les plantes cultivées.


Elle entend se positionner efficacement sur trois champs thématiques en interaction concernant ces systèmes complexes : compréhension / conception / évaluation. Elle développe pour cela des collaborations avec d’autres unités plus spécialisées en biologie et écologie pour le premier champ, en sciences sociales de l’innovation pour le deuxième, en économie et sciences politiques pour le troisième. Son action se situe essentiellement à l’échelle du champ cultivé, sa place et sa gestion. Toutefois, conformément au concept même d’agroécologie, elle est amenée dans ses activités à prendre en compte d’autres échelles en fonction des processus étudiés, de la manifestation de certains impacts et de l’implication de différents acteurs. L’échelle de l’exploitation sera particulièrement importante pour l’analyse de la pertinence et des performances technico-économiques de ces systèmes de culture innovants.

Date de la description : 01.01.2014


Directeur : Eric Scopel

56  scientifiques

Site web de l'unité





Exemples de recherche de l'unité sur la thématique Agriculture familiale

Fonctions écosystémiques des plantes de service : cas de la riziculture pluviale en zone d’altitude malgache

Une agriculture traditionnellement de bas-fonds en voie de saturation - © F. Enjalric

La biodiversité est au cœur du concept d’intensification écologique pour une gestion optimisée des ressources naturelles et comme garante de la résilience des systèmes de production, qui sont de plus en plus soumis, dans le cadre de l’agriculture familiale, à de nombreux soubresauts naturels ou socioéconomiques.

À Madagascar, au sein du dispositif prioritaire

 (...)


Vulnérabilité de l'agriculture familiale d'Afrique de l'Ouest vis-à-vis de la variabilité et du changement climatique

© F. Affholder - Bétail pâturant les résidus de culture en saison sèche au Sahel, centre du bassin arachidier sénégalais

Le projet « Changements environnementaux et sociaux en Afrique : passé, présent et futur » (ANR-ESCAPE, 2011-2015) a pour but de caractériser la vulnérabilité de l'agriculture familiale d'Afrique de l'Ouest vis-à-vis de la variabilité et du changement climatique ainsi que du contexte économique, puis de proposer des solutions d’adaptation pour l’avenir. Dans (...)



 
 

Mise à jour le 27/05/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/agriculture-familiale/unite-recherche.php?numunite=158