PARTAGER / SAUVER

 

Compétences de recherche de Montpellier et du Languedoc-Roussillon dans le domaine de la biodiversité

"Biodiversité - Des sciences pour les humains et la nature"

UPR AgirS -->ASTRE Animal et Gestion intégrée des Risques -->Animal, Santé, Territoires, Risques & Écosystèmes

Etablissement(s) de tutelle  : Cirad


A partir du 1er janvier 2017, l'unité mixte de recherche Inra/Cirad "Contrôle des maladies animales, exotiques et émergentes" (CMAEE) et l'unité propre de recherche Cirad "Animal et Gestion intégrée des Risques" (AgirS) s'unissent pour créer l’unité mixte de recherche ASTRE, "Animal, Santé, Territoires, Risques & Écosystèmes".


Risques sanitaires liés à l’animal domestique et sauvage dans les pays du Sud

L’UPR « Animal et Gestion Intégrée des Risques » (UPR AGIRs, Cirad) s’est donné pour objectif de comprendre, prédire et gérer les risques sanitaires liés à l’animal domestique et sauvage au Sud, et ce dans un contexte mondial en mutation (simplification des milieux et perte de biodiversité, urbanisation, déforestation, mondialisation des échanges, réchauffement climatique). Pour ce faire, un large corpus de méthodes — épidémiologie descriptive, écologie, géomatique, biostatistiques, géographie de la santé, anthropologie, épidémiologie quantitative, modélisation de systèmes complexes — est mobilisé, et ce dans le cadre de deux approches complémentaires conjointement mises en œuvre au sein de programmes et de projets sur les divers terrains d’étude que sont l’Asie du Sud-Est, l’Afrique australe, Madagascar et le pourtour méditerranéen :

  • La première approche vise à identifier les déterminants des comportements et de l’évolution dans le temps et l’espace de maladies animales — zoonotiques ou non — importantes en termes d’impacts sanitaires et économiques. Ces maladies sont émergentes ou endémiques, vectorielles ou à transmission directe (influenza aviaire, fièvre aphteuse, tuberculose, peste porcine africaine, fièvre de la Vallée du Rift, etc.). Par la mortalité, la morbidité ou la baisse de production de lait ou de viande qu’elles engendrent, elles pèsent lourdement sur l’économie et les capacités de subsistance des petits élevages familiaux.

  • La deuxième approche se focalise sur le fonctionnement des socio-écosystèmes dans lesquels cohabitent des hôtes (animaux sauvages et domestiques, homme, qu’il soit éleveur et/ou consommateur) et des agents pathogènes. Les objectifs sont d’évaluer les risques pour la santé animale et la santé publique ainsi que de proposer des méthodes de gestion de ces risques (surveillance et contrôle) qui soient adaptées et optimisées pour les socio-écosystèmes considérés. En effet, le contrôle efficace des maladies animales nécessite de réagir rapidement face à une émergence épizootique. Relever ce défi est primordial dans les pays du Sud où les ressources (compétences spécifiques, financements, outils informatiques, etc.) sont limitées.


L’UPR travaille étroitement avec de nombreux partenaires — institutions de recherche et de développement — en France et au Sud (Afrique et Asie) et elle est impliquée dans plusieurs réseaux internationaux.



Date de la description : 01.01.2014


Directeur : François Roger

27  scientifiques

Site web de l'unité





Exemples de recherche de l'unité sur la thématique Agriculture familiale

Efficacité et acceptabilité du contrôle des maladies animales par les éleveurs familiaux : la grippe aviaire au Vietnam et en Égypte

Phan Dang Thang © Cirad - Vaccination d’un élevage de canard, Province de LongAn, Vietnam

L’influenza aviaire hautement pathogène de type H5N1 est endémique dans plusieurs pays (Chine, Bangladesh, Indonésie, Égypte, Vietnam), avec des conséquences socioéconomiques importantes. Les gouvernements vietnamien et égyptien ont mis en place une vaccination de masse obligatoire contre cette maladie par le biais de campagnes bisannuelles de vaccination des (...)



 
 

Mise à jour le 27/05/14


 




Extrait du site http://www.agropolis.fr/agriculture-familiale/unite-recherche.php?numunite=145