Share/Bookmark
Contact

Mélanie Broin
Agropolis International

3sc.unccd@agropolis.fr

 

Agropolis International leader du consortium STK4SD pour l’organisation de la prochaine conférence scientifique de la Convention des Nations Unies sur la Lutte Contre la Désertification (CNULCD) du 9 au 12 mars 2015 à Cancun (Mexique)

© Govindasamy Agoramoorthy, Shutterstock

Suivez en direct les séances de la conférence

http://3sc.unccd.int/news/live-streaming

 

Photos

 

Photos de la conférence >>

 

Agropolis International et le CSFD coorganisateurs de la 3ème conférence scientifique de la CNULCD

La troisième conférence scientifique internationale de la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification (CNULCD), sur le thème « combattre la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse pour le développement durable et la réduction de la pauvreté : contribution de la science et de la technologie, des connaissances et pratiques traditionnelles », aura lieu du 9 au 12 mars 2015 à Cancun au Mexique.

La conférence vise à rassembler une vaste assemblée de porteurs de connaissances scientifiques, traditionnelles et locales, qui peuvent être mobilisées pour favoriser le développement durable et la réduction de la pauvreté dans les régions touchées par la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse.

Le défi à relever par les participants à la conférence consiste à partager et discuter des dernières avancées scientifiques en matière d’évaluation de la vulnérabilité des socio-écosystèmes au changement climatique et de leurs capacités d’adaptation actuelles et futures, afin de les traduire en recommandations pour les décideurs politiques et les acteurs de terrain.

Site web de la conférence

Liste des résumés >>

Téléchargez le dossier de presse >>

 


La CNULCD est, avec la Convention cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques et la Convention sur la Diversité Biologique, l’une des trois conventions issues du Sommet de Rio de 1992. La CNULCD dispose, à l’image des deux autres conventions de Rio, d’un organe subsidiaire pour la science et la technologie (le Comité Scientifique et Technique - CST). Les Parties ont décidé en 2008 d’intégrer dans des sessions spécifiques du CST des conférences scientifiques sur des thématiques d’actualité, afin de produire les évaluations et synthèses scientifiques sur lesquelles s’appuyer pour orienter les négociations politiques. A ce jour, deux conférences scientifiques ont été organisées selon ce format (en 2009 à Buenos Aires et en 2013 à Bonn).

 

Sahara © Boris Stroujko, Shutterstock


Le Bureau du CST de la CNULCD a confié au consortium STK4SD (voir ci-dessous), mené par Agropolis International, la mission d’organiser sa 3ème conférence scientifique. Cela s’est traduit par la signature d’un accord entre Agropolis International et le Secrétariat de la CNULCD fin septembre 2013 à Windhoek (Namibie), à l’occasion de la 11ème conférence des parties de la CNULCD.

 

En rassemblant scientifiques, décideurs et acteurs de la société civile de tous les continents, la troisième conférence scientifique de la CNULCD aura pour objectifs :

  • D’établir un état des connaissances orienté vers leur application dans la lutte contre la désertification et la gestion durable des terres dans les régions sèches ;
  • De déplacer le regard des scientifiques, de leur problématique actuelle vers une approche sociétale plus globale et prospective, afin de faire émerger des questionnements scientifiques novateurs ;
  • De favoriser les interactions entre équipes de recherche régionales, interrégionales et internationales, par la mise en réseau et l’échanges de résultats et créer ainsi l’émulation nécessaire à la mise en œuvre de programmes collaboratifs à grande échelle ;
  • D’analyser les conditions d’évolution et de développement des savoirs traditionnels en lien avec l’évolution des sociétés et l’acquisition de nouvelles connaissances scientifiques ;
  • De fournir à la Conférence des Parties de la CNULCD les fondements scientifiques utiles à la définition de son agenda et des recommandations pour la mise en œuvre des programmes d’action des pays membres.

 

 

Sahel © Scott S. Brown, Shutterstock

Un consortium scientifique international comme opérateur de l’organisation de la conférence

Le consortium STK4SD (Science and Traditional Knowledge for Sustainable Development) sélectionné par le Bureau du CST pour organiser la 3ème conférence scientifique de la CNULCD rassemble cinq organisations majeures, concentrant une expertise scientifique de haut niveau et des compétences solides dans l’organisation de conférences internationales et témoignant d’un engagement de longue date dans le processus de la CNULCD. Il comprend des membres actifs dans l’ensemble des régions concernées par la CNULCD, gage de sa capacité à mobiliser largement les ressources, les organisations et les acteurs à tous les niveaux :

  • Agropolis International, une association française située à Montpellier, soutenue par le gouvernement et le Conseil régional, regroupant 30 instituts de recherche et d’enseignement supérieur basés en région Languedoc-Roussillon, soit 2300 scientifiques, travaillant dans les domaines de l’agriculture, l’alimentation, la biodiversité et l’environnement, avec une forte ouverture vers les régions méditerranéennes et tropicales. Agropolis International bénéficie dans son rôle de leader du consortium de l’expertise collective du Comité Scientifique Français de la Désertification, qu’il héberge. Le CSFD est composé d’une vingtaine de membres nommés par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, issus des universités et organismes scientifiques français, sélectionnés pour réunir différentes compétences sur la désertification. Il assure la vice-présidence du consortium, notamment auprès de l’UNCCD.
  •  

  • DesertNet International, un réseau scientifique international pour la recherche sur la désertification, rassemblant près de 300 experts issus de 47 pays et offrant une plate-forme de dialogue science-politique à travers le monde.
  •  

  • Le Consortium du CGIAR, un partenariat mondial de recherche agricole « pour un futur sans faim ». Le CGIAR œuvre à réduire la pauvreté rurale, à améliorer la sécurité alimentaire, la santé humaine et la nutrition et à encourager une gestion plus durable des ressources naturelles. Les recherches sont menées par les 15 centres membres du Consortium du CGIAR, dont l’ICARDA et l’ICRISAT, et qui collaborent étroitement avec des centaines d’organisations partenaires.
  •  

  • L’Observatoire du Sahara et du Sahel, une organisation intergouvernementale à vocation africaine basée à Tunis, centrée sur la gestion durable et concertée des ressources naturelles dans les zones arides, semi-arides et subhumides sèches de la région sahélo-saharienne. L’OSS compte parmi ses membres 22 pays africains, 5 pays non-Africains et 10 organisations internationales, subrégionales et non-gouvernementales.
  •  

  • L’Institut Argentin de Recherches sur les Zones Arides (IADIZA), un institut du Conseil National Argentin de Recherches Scientifiques et Techniques (le CONICET), qui vise à une meilleure compréhension de la structure et du fonctionnement des zones arides et au transfert de technologie et de connaissance par la formation et le renforcement des capacités.

 

Evénements passés

29OCT.
2014
30OCT.
2014

 

Réunion du comité scientifique, Agropolis International, Montpellier

 

 

 



 
 

Mis en ligne le 13/3/15


Contact :

Nadine Hovnakian, Cnrs
Tél : 33 (0) 4 67 61 35 10
nadine.hovnanian@dr13.cnrs.fr




Extrait du site http://www.agropolis.fr/actualites/2015-unccd.php