Share/Bookmark
Contacts

ADBS - LR
Dominique Villebrun,
dominique.villebrun@inserm.fr

Isabelle Cazejust,
cazejust@aol.com


CIST Agropolis
Annabelle Filatre,
annabelle.filatre@agroparistech.fr

Chantal Salson,
salson@agropolis.fr


Doccitanist
Yannick Brohard,
yannick.brohard@cirad.fr

Véronique Humbert,
veronique.humbert@montp.cnrs.fr

#JIST12
 

Journée d'étude Information Scientifique et Technique - 10/12/2012

"Les enjeux des réseaux sociaux pour la communauté scientifique"

Vous avez participé à la journée d'étude pourriez-vous prendre quelques minutes de votre temps pour répondre à ce questionnaire et nous permettre ainsi d'améliorer l'organisation de ces journées et de mieux répondre à vos besoins

Votre avis sur la jist12

Consultez toutes les vidéos sur la
chaîne JIST12

Le lundi 10 décembre 2012, l'ADBS Languedoc Roussillon, la Commission IST Agropolis et Doccitanist, ont organisé dans les locaux d'Agropolis International (Montpellier) une journée d'étude consacrée aux enjeux des réseaux sociaux pour la communauté scientifique.

Les réseaux sociaux font maintenant partie intégrante de la vie des internautes. Pour les acteurs scientifiques, ces outils représentent de nouveaux moyens de collaborer, de communiquer avec ses collègues, de rédiger et aussi de se faire connaître. La journée d’étude du 10 décembre a été l’occasion de faire un état de l’existant, de réfléchir aux implications de ces usages sur les pratiques des chercheurs et d'envisager l'avenir.

Au cours de la journée, se sont succédés conférences plénières et retours d’expérience dont vous trouverez les détails ci-dessous.

Plus de 100 personnes ont assisté à la journée et 30 personnes ont suivi la conférence à distance.

 


 

Accueil / Paul Luu (Directeur d’Agropolis International)

Accueil JIST12,par Paul Luu, Agropolis International, Montpellier publié par agropolis International sur la chaîne JIST12

Accueil de Paul Luu, Directeur d'Agropolis International en présence des co-organisatrices de la journée :
Yannick Brohard (pour le réseau Doccitanist), Dominique Villebrun (pour l'ADBS-LR), Annabelle Filatre et Chantal Salson (pour la Commission IST d'Agropolis).

Paul Luu a remercié les co-organisateurs de la journée : la CIST Agropolis, l'ADBS, et Doccitanist. 135 personnes inscrites à la journée d'étude.

 

Introduction générale / Aline Bouchard (Urfist Paris La Sorbonne)

Si l’existence de relations entre les membres de communautés scientifiques est ancienne, les outils du « web 2.0 » comme les réseaux sociaux académiques et professionnels, les blogs, les wikis ou encore le microblogging semblent leur avoir donné une autre échelle. Moyens de veille, de travail collaboratif, de contacts et de visibilité, ces outils ont su trouver une place à toutes les étapes de la recherche et de l’échange scientifique, non sans souligner dans le même temps les nouveaux enjeux posés par la « science 2.0 ».

Introduction de la journée IST 12 enjeux des réseaux sociaux pour la communauté scientifique / Aline Bouchard (URFIST Paris La Sorbonne) publié par agropolis International sur la chaîne JIST12

Intervenante : Aline Bouchard (URFIST Paris La Sorbonne)

Consultez la présentation d'Aline Bouchard (ppt avec commentaires)

Cliquez pour lire les notes prises pendant la présentation

Introduction générale / Aline Bouchard (Urfist Paris La Sorbonne)
Si l’existence de relations entre les membres de communautés scientifiques est ancienne, les outils du « web 2.0 » comme les réseaux sociaux académiques et professionnels, les blogs, les wikis ou encore le microblogging semblent leur avoir donné une autre échelle. Moyens de veille, de travail collaboratif, de contacts et de visibilité, ces outils ont su trouver une place à toutes les étapes de la recherche et de l’échange scientifique, non sans souligner dans le même temps les nouveaux enjeux posés par la « science 2.0 ».
Aline Bouchard

1. Contexte et état des lieux
Le premier journal est le Journal des savants.
Dès le 17e/18e communicatoin entre savants
20e s. : développement d'Internet
2005-2012 : Web 2;0 : plus de simplicité dans les utilisations d'Internet avec des utilisations plus communautaires et collaboratives.
2006-2008 : réseaux sociaux grands public
2008-2009 : réseaux sociaux scientifiques

Evolution importante avec RSN (réseaux sociaux numériques) outil de réseautage tout ce qui permet de créer du lien
Mise en valeur des liens faibles : amis d'amis qui élargi les sources d'information
Réseaux sociaux proprement dit + outils de réseautage
Monde académique : contexte avec grande, notion d'excellence. Recherche plus ouverte Open Science (= publication et archives ouvertes)
Développement du numérique profil du scientifique, science2.0
Un internaute est membre de 3,5 réseaux sociaux.
Premier outil utilisé par les chercheurs au quotidien : les newletters et liste de diffusion
2e : réseau sociaux non académiques
Deux études ( du RIN et du JISC) : les chercheurs connaissent les outils du 2.0. mais ils cherchent une véritable utilité dans leur quotidien : attente de légitimation. Perçu comme un charge de travail en plus

2. Typologie des réseaux sociaux :
3 gdes catégories :
- diffusion
- outils sociaux et communautés de partage
- publication en ligne

2.1 Les wikis
Le produit le plus ancien : les wikis (années 90). Ecriture collaborative avec un historique et bases de connaissances (ex. Wikipedia)
Utilisation dans le cadre du travail et pédagogique. (ex : la ferme des wikis).
Problème de l'autorité des articles : mais il est possible d'avoir des accès en tant que personne identifiée

2.2 Les blogs
Outil de publications dynamiques antéchronologique.
Blogging scientifique (documentalistes et chercheurs )
ex : hypothèses.
Développement d'une visibilité de l'auteur lorsqu'il est individuel.
Lieu d'échanges permanents. Visibilité (plus que pour le wiki)

2.3 Microblogging
Twitter
C'est entre le MSN et la messagerie instantanée.
Taille des messages réduite (140 caractères)
Twitter acuellement 500 millions de comptes
Des études montrent que le contenu et l'information est faible.
De plus joue sur le temps réel qui s'oppose au temps long de la recherche

2.4 Les réseaux sociaux
- réseaux sociaux généralistes : Facebook, Google+
facebook 1 milliard de comptes / google +
- réseaux sociaux professionnels : Linkedin et Viadéo
- réseaux sociaux scientifique généralistes : ResearchGate et Academia
- réseaux sociaux thématiques : MyScienceWork, Biomed

2.5 Service de partage
- Références webographiques : Delicious, Diigo
- Références bibliographiques : Mendeley, Zotero, Connotea Citeulike
- Workflows et expérimentations (partage de résultats scientifiques) : MyExperiment, FigShare (ce dernier plus sur les hypothèses qui échouent)
- Partage de documents : Slideshare, Issuu, Calameo
- Outils de curation: Netvibes Scoop.It Storify

3. Usages et pratiques
une étude de 2010 montre que pour les chercheurs
- accroissement de la notoriété
- favoriser les échanges

Des outils à chaque étape du travail (publication, réseautage)
Des bibliographies (bases de références, plateformes)
Mais aussi référence biblio ponctuelle : article venant de paraitre, etc.. Les réseaux sociaux sont plus réactifs que les BD des éléments de recherche, des supports de références. Slideshare
Projets en cours: de veille, annonces de bourses, colloques
Informations ponctuelles (achats matériel...)
Selon Olivier Erzscheid : Twitter est le nouveau Google: intelligence collective vs algorithme
Recherche emplois 80% des entreprises aux USA utilisent les réseaux sociaux
- co-construction du savoir par connexion de chercheurs travallant sur les mêmes thématiques
Mais aussi en élargissant le nombre de personnes pouvant critiquer les articles (ex. #arseniclife : article paru sur le blog de Nature et finalement publié avec les commentaires des chercheurs émanant des réseaux sociaux.
- Les réseaux sociaux permettent d'être visible (CV, publications). Et sont bien indexés sur les moteurs de recherche
Ils fournissent des statisiques.
C'est aussi le moyen d'informer sur les recherches en cours.
ex :Peter Janiszewski et son article sur l'obésité.
- Rapprocher science et société.
La science se rapproche de la société par l'intermédiaire des micro-blogs.


Quels enjeux ?
3 grands avantages :
- la possibilité de trouver des informations
- promouvoir sa publication
- les contacts
Les inconvénients :
- la publicité
- Temps passé

En conclusion :
Necessité de former les professionnels de la recherche : chercheur, étudiant, professionnels de l'IST

Questions de la salle :
- Explosition de nouveaux outils. Besoin de savoir sur quels réseaux être.
Ce sont des outils récents.Certains disparaissent.
- Les doctorants ont demandé l'aval de leurs professeurs et leur avis pour utiliser tel ou tel outil.
- Il faut investir les outils rapidement.

 

Présentation et retour d’expérience MyScienceWork / Virginie Simon (MyScienceWork)

MyScienceWork est un réseau social scientifique professionnel dédié à l'Open Access. Cette plateforme a pour but de promouvoir la recherche multidisciplinaire ainsi que la diffusion des publications scientifiques en libre accès.

Présentation et retour d’expérience MyScienceWork / Virginie Simon (MyScienceWork) publié par agropolis International sur la chaîne JIST12

Intervenante : Virginie Simon (co-fondatrice MyScienceWork)

PresentationConsultez la présentation de Virginie Simon

prise de noteCliquez pour lire les notes prises pendant la présentation

Présentation et retour d’expérience MyScienceWork / Virginie Simon (MyScienceWork)

Fondatrice de MyScienceWork il y a deux ans.
Réseau social dédié à l'open access + acompagnement des insititutions

Utilisation des réseaux sociaux traditionnels.
Comment récupérer les articles et comment avoir une vision sur les autres recherches menées sur le même sujet ?

C'est un outil en open access.
Indexation dans les moteurs de recherche.

Mise en valeur du CV., augmentation des citations, augmentation du partenariat entre structures.

Consolidation du réseau professionnel.
Avoir des alertes sur les derniers articles sur le thème travaillé.
Développement des articles de vulgarisation sur un sujet.
Avoir des sugestions sur le travail de recherche.

5 langues sont disponibles. Information sur les thèses en ligne.

Cette plateforme est gratuite. A été créée en 2010. Pour Noël, sortie de la plateforme officielle.

Diffusion de la veille sous facebook de façon pluridisciplinaire.
Twitter : relais pour les évènements des institutions. Permet des retours construits.
Blog : espace de vulgarisation scientifique.
Relais par la presse pour développer le projet.

Beaucoup de veille
15 000 fans sur Facebook

Espace de blog : invitations des chercheurs et les aider à mettre en forme leurs travaux.
(en français et en anglais)
Sujets d'actualités (curation, outils du 2.0, Open Access...)

Barre de niveau de publication en fonction de la vulgarisation.
Production de videos avec vulgarisation des travaux de doctorants.

Organisation d'une semaine (2 soirées en fait) : Open Access Week.

 

Hypothèses, plateforme de carnets de recherche en sciences humaines et sociales / Delphine Cavallo (Cléo)

Hypothèses est une plateforme de publication de carnets de recherche en sciences humaines et sociales. Les carnets de recherche offrent une solution rapide et légère pour rendre compte régulièrement de recherches. Peuvent ainsi être créés des carnets de fouilles archéologiques, des chroniques scientifiques sur un thème précis, des carnets de bord d’une recherche collective en cours, des carnets de terrain, des blogs de revues ou de livres, des newsletters scientifiques, etc. Hypothèses accompagne le travail de mise en forme et de valorisation de projets éditoriaux en mettant à disposition des équipes les fonctionnalités souples d’un blog adaptées à la spécificité de l’écriture scientifique et aux besoins de la communauté des chercheurs et du personnel de la recherche.

Hypothèses, plateforme de carnets de recherche en sciences humaines et sociales / Delphine Cavallo (Cléo) publié par agropolis International sur la chaîne JIST12

Intervenante : Delpohine Cavallo (Cléo)

PresentationConsultez la présentation de Delphine Cavallo

prise de noteCliquez pour lire les notes prises pendant la présentation

Hypothèses, plateforme de carnets de recherche en sciences humaines et sociales / Delphine Cavallo (Cléo)

Hypothèses est une plateforme de publication de carnets de recherche en sciences humaines et sociales. Les carnets de recherche offrent une solution rapide et légère pour rendre compte régulièrement de recherches. Peuvent ainsi être créés des carnets de fouilles archéologiques, des chroniques scientifiques sur un thème précis, des carnets de bord d’une recherche collective en cours, des carnets de terrain, des blogs de revues ou de livres, des newsletters scientifiques, etc. Hypothèses accompagne le travail de mise en forme et de valorisation de projets éditoriaux en mettant à disposition des équipes les fonctionnalités souples d’un blog adaptées à la spécificité de l’écriture scientifique et aux besoins de la communauté des chercheurs et du personnel de la recherche.

Unité Mixte de Service
Portail en libre accès en sciences humaines et sociales
OpenEdition, Calenda et depuis 2 ans : Hypothèses

1- Hypothèses: une plateforme
Blogs et réseaux sociaux en bibliothèque.
Carnets de recherche (quelque chose qui n'était pas visible avant) sous forme de blog. Grosse prédominance des sciences humaines car beaucoup de besoin en transdiciplinarité et habitude de grosse publicisation.
Diversité des objets et des usages.
Carnet de chercheurs: RussEurope
Blog : espace de liberté / à l'écriture normée des articles ou des colloques. Les doctorants ne demandent pas à leur directeur de thèse car justement c'est un espace en dehors du carcan académique.
Carnets personnels et Carnets collectifs portés par des équipes.
Carnets de séminaires: permet d'élargir la discussion.
Carnets de fouilles archéologiques
Carnets de bibliothèque : accompagnement de la recherche
Carnets de livres : ne pas fondre une méthode d'écriture sur un seul support;
Carnets de revues: objet de transfert.

Partenariat avec différentes institutions étrangères.

Portails institutionnels qui valorisent les billets des carnets.

2- Une plateforme scientifique, une communauté
Une communauté d'usagers se construit.
C'est une réponse à un besoin de communication scientifique directe SHS
Rassemblement de blogs SHS.
Construre un outil d'information scientifique
Inventer de nouvelles formes d'écriture scientifique
Le blog se trouve au centre des différents modes de communication qui font la vie du chercheur. C'est un outil simple et public et le chercheur peut naviguer d'un domaine à un autre.
Pour la validation de l'inscription, il y a un conseil scientifique selon la langue.

3. Une plateforme spécialisée :
- Gestion des notes en bas de pafe
- Citabilité des billets et des pages
- Compatibilité avec Zotero
- ISSN pour chaque carnet
- Insertion de plugin Library thing
- Indexation des billets dans Isidore : métamoteur de recherches dédié au SHS.
http://rechercheisidore.fr

4. Des outils pour la communauté
Des fonctionnalités aux usages :
- Liens hypertextes : de liens vers la source
... à la naissance de la conversation
Il existe des liens entre les carnets

5- Des formes d'écriture renouvelées
Insertion de médias dans le texte
Les carnets peuvent devenir livres.
Les carnets peuvent devenir carnets de livre.

Conclusion:
Marin Dacos et Pierre Mounier.

 

Les réseaux scientifiques professionnels pour renforcer l’identité numérique des chercheurs / Dominique Fournier (Inra)

Les réseaux sociaux scientifiques offrent désormais de véritables opportunités aux chercheurs pour renforcer leur identité numérique, valoriser leurs publications et travailler collaborativement. Cette présentation s’appuiera sur les fonctionnalités proposées par ResearchGate, ResearcherID et BiomedExperts mais aussi les plateformes collaboratives que proposent désormais les logiciels Mendeley et Zotero.

Les réseaux scientifiques professionnels pour renforcer l’identité numérique des chercheurs / Dominique Fournier (Inra) publié par agropolis International sur la chaîne JIST12

Intervenante : Dominique Fournier (Inra)

Consultez la présentation de Dominique Fournier

prise de noteCliquez pour lire les notes prises pendant la présentation

Les réseaux scientifiques professionnels pour renforcer l’identité numérique des chercheurs / Dominique Fournier (Inra)

Les réseaux sociaux scientifiques offrent désormais de véritables opportunités aux chercheurs pour renforcer leur identité numérique, valoriser leurs publications et travailler collaborativement. Cette présentation s’appuiera sur les fonctionnalités proposées par ResearchGate, ResearcherID et BiomedExperts mais aussi les plateformes collaboratives que proposent désormais les logiciels Mendeley et Zotero.

C'est les sites web et création de liens entre chercheurs.
Usage des réseaux sociaux par les instituts français : twitter et facebook sont les plus utilisés.
Ce sont des outils qui renforcent la crédibilité dans la recherche.

Réseaux sociaux scientifiques:
- création CV en ligne
- gestion de références bibliographiques
- partage d'informations et communication
Ils sont faciles à utiliser, gratuits et adaptés aux pratiques des chercheurs.

Typologie des réseaux sociaux scientifiques

- Partage de références bibliographiques :
Zotero, Mendley et citeulike
- Echange entre chercheurs Research gate, Academia
- Identifiant numérique
Rechercherid; scopus ...

Création d'un identifiant spécifique pour chaque réseau.
Affichage de ses propres publications:
-Suggestion de publications et validtion par l'auteur
- Import de listess de publications
- Saisie manuelle

Les liens entre chercheurs: avec ses co-auteurs, avec des chercheurs avec mêmes centres d'interêts ou utilisant ses publications.
Grande ergonomie et souplesse d'utilisations.

ReserachID:
crée par Thomson Reuters en 2008.
Profils: 6989 en France.
Mise à jour à partir de Web of Science.

Badge ResercheID
Profil permettant de produire des indicateurs bibliométriques?.
Recherche classique, ou par nuage de mots-clés les plus fréquents, carte géo.

Google Scholar Citations: Service depuis fin 2011.
Creation d'un profil (public ou privé).
Mise à jour du profil.
Données bibliométriques.
Possibilité d'alertes par mail.

Mendeley: en 2009
Plus de 2 millions d'utilisateurs.
Reservoir de 75 millions de papiers différents.
Les centres d'intérêt et l'institution actuelle, les contacts, le CV.
Intégration du profil dans la signature web.
Statistiques: nombre d'utilisateurs de Mendeley.

Zotero: en 2006.
Liens entre profils mais indépendant de la plateforme de partage de références bibliographiques.

ResearchGate: en 2008
2,3 millions d'utilisateurs
Profils: 3 types de publications
Ajout des facteurs d'impact des revues et indicateur d'impacts RG Score("réputation scientifique")
Liens vers d'autres medias.

Open Researcher & Contributor ID : 2012
Donner un identifiant alphanumérique unique à chaque utilisateur.
30 000 utilisateurs.
Permet interopérabilité entre différents supports de publication scientifique.
Il n'y a pas encore de liens entre profils.

Impactstory : agrégateur d'impact

Les institutions ne doivent pas restés insensibles à ces réseaux.
Nouveaux indicateurs bibliométriques ?
ImpactStory: agrégateur d'impact

Conclusion:
multiplicité des réseaux sociaux
Richesse des informations affichées dans les profils source d'informations 2.0

 

Présentation d'outils
Retour sur expérience de l'utilisation des réseaux sociaux Diigo et Scoop it /Béatrice Lacoste et Armelle Carnet (Agrodoc-Ouest / AgroCampus Ouest)

Retour sur expérience de l'utilisation des réseaux sociaux Delicious et Scoop it afin de valoriser les thématiques scientifiques des organismes partenaires du réseau documentaire Agrodoc-Ouest (AGROCAMPUS OUEST, le centre INRA de Rennes et l'Irstea centre de Rennes). Ces services et outils développés pour cette valorisation scientifique sont également mobilisés et expérimentés dans la cadre des formations des élèves ingénieurs. L’enjeu de la formation à l'ISTE est majeur car à l’issue de leur formation à AGROCAMPUS OUEST, les ingénieurs doivent posséder les compétences informationnelles autour de la recherche et l’évaluation de l’information, la veille et des connaissances en matière de droit et devoir d’auteur dans un contexte où l'information devenue "sociale" est de plus en plus compliquée à appréhender.

Journée d'étude Information Scientifique et Technique - 10/12/2012 - Montpellier (JIST12)"Les enjeux des réseaux sociaux pour la communauté scientifique" publié par agropolis International sur la chaîne JIST12

Intervenantes : Armelle Carnet et Béatrice Lacoste (Agrodoc-Ouest / AgroCampus Ouest)

Consultez la présentation de Armelle Carnet et Béatrice Lacoste

prise de noteCliquez pour lire les notes prises pendant la présentation

Retour sur expérience de l'utilisation des réseaux sociaux Diigo et Scoop it /Béatrice Lacoste et Armelle Carnet (Agrodoc-Ouest / AgroCampus Ouest)
Présentation du réseau agrodoc ouest

3 partenaires agrocampus ouest, inra, irstea de Rennes
regroupe 17 Bibliothèques
24 professionnels

depuis 2 ans une présence active sur Twitter Scoop it et Diigo
des compétences institutionnels du portail
politiques volontariste du centre de doc d'agrocampus ouest

Réseau laboratoire: expérimentation

Ont commencé avec Netvibes en créant 5 interfaces mais c'était trop difficile à gérer et les usagers s'y perdaient
Font tester les outils par les étudiants et par équipe
Critères attente des usagers, collaboratifs, catalogue de signets, veille réseau
Choix:
- twitter
- scoop.it
- diigo

Pendant 6 mois, transfert des données de Delicious.
Séduit par la présentation de delicious ont abandonné suite à une modification de l'interface de Delicious
Delicious est un frein pour une utilisation collective.
Il faut mettre un index à jour avec des mots clés.
2 groupes publics : thématiques scientifiques et archives ouvertes.
Réflexion au niveau des étudiants.
Utilisation de collection, de sous-collections, de widgets...
La bibliothèque est assez claire.
2 parties : - ressources documentaires et ressources thématiques.
On peut ajouter des commentaires.

Scoop.it : outil de curation.
Cela valide l'info et la diffuse.
En version gratuite, il y a 5 interfaces possibles :
Transversabilité des thèmes d'Agrocampus ouest.
On peut échanger l'info avec les abonnés, le mettre en lien vers facebook ou twitter.

Diigo : 206 signets - 47 mots clés - 17 collections - 2 gpes publics
Fonctionnalités: souplesse lors de la création des rubriques thématiques, possibilité de créer des sections
Complémentarité entre Diigo et Scoop.it : réussir médiation documentaire.
objectifs pédagogiques
- découvrir des outils collaboratifs et surtout initier à la recherche documentaire.

Master 2 : Revue de presse tout les 15 jours. 2 scoop.it
Echange entre documentalistes et étudiants.

Utiliser les réseaux sociaux: facilite l'apprentissage de la méthodologie et de la recherche documentaire, projet à long terme.

Les outils sont des outils de médiation et de valorisation professionnelle.
Attractivité très favorable des usagers.
Ne pas négliger le temps.
Accompagnement des usagers.

Dès 2013, développer de nouvelles thématiques Scoop-it (agroalimentaire)
Partager notre expérience avec le réseau (inra-irstea).
Pérenniser les outils créés par les étudiants.
Former tous les usagers des réseaux.

 

Le dépôt et le partage de documents (Slideshare / Calameo / Issuu) / Olivier Piau (Agropolis Productions)

Pour un chercheur ou un étudiant, partager ses travaux permet d'accroître sa visibilité et sa notoriété. Issuu, Scribd, Slideshare, Calaméo sont autant d'outils gratuits disponibles sur le web. Quelles sont leurs différences ? Se valent-ils ? Un comparatif par retour d'expérience sera proposé.

Le dépôt et le partage de documents (Slideshare / Calameo / Issuu) / Olivier Piau (Agropolis Productions, Enseignant UM3) publié par agropolis International sur la chaîne JIST12


Intervenant : Olivier Piau (Agropolis Productions, enseignant à l'Université Montpellier 3)

PresentationConsultez la présentation d'Olivier Piau

prise de noteCliquez pour lire les notes prises pendant la présentation

Le dépôt et le partage de documents (Slideshare / Calameo / Issuu) / Olivier Piau (Agropolis Productions)
Banc d'essai de solutions gratuites.


Partage de documents gratuit sur des plate formes
banc d'essai de solutions gratuites

Partager ...pour quoi faire ?
- visibilité et notorité
- Libre accès des contenus en ligne
- favoriser la découverte

Les systèmes de dépot de document sont nombreux, sont ils efficaces ?

Présentation de différentes solutions gratuites.

Les dossiers du CSFD (financés par ministères) et écrits par des scientifiques
dossiers thématiques, 9 numéros/an français/anglais
Public: acteurs de lutte contre la désertification, décideurs politiques, étudiants et scientifiques; journalistes scientrifiques, enseignants, étudiants formateurs

Depot sur plusieurs plate formes
CALAMEO
ISSUU
SCRIBD
SLIDESHARE
YOUSCRIBE
YUDU

"Branding" identification de la source
création d'un profil
Slideshare répond à toutes les attentes.

PB quand au choix du "secteur" qui est toujours assez vague.
Dépot de documents : Yudu est contraignant
Les Doc et PPT sont acceptés ainsi que les fichiers OpenOffice
Slideshare permet de déposer des fichiers au format Mac (iWorks)

L'espace alloué au document est conséquent (75-150 Mo)
Attention conversion des fichiers

Dépôts de documents: différents champs
hétérogéneité des réponses des différents outils.
Celui qui correspond le mieux aux critères des documentaliste est YouScribe
Seul Youscribe permet d'intégrer l'auteur (les auteurs) du document
Thèmes : toujours fermé
Catégorie : thèse, documentation, présentation
Mots clés : Youscribe : liste de choix peut poser problème (liste restreinte)
Révision : possibilité de modifier le fichier sans changer l'adresse (difficile sous Issuu, impossible sous Yudu)
Prévisualisation des documents.

Chapitrage chez Scribd.
Statistiques : talon d'Achile de ces plateformes
Performances comparées:
Tester les mots clés du document à poster avant le le déposer sur une plate forme
Référencement sous Google : Etre visible, n'est pas vraiment une popularité du document
YouScribe est un outsider, on a pas assez de reculs (plateforme créée récemment)

Calameo est peu efficace car grand public, difficile de trouver des info (trop de publicités).
Yudu moteur de recherche inefficace, les documents non consultés peuvent être mis à la poubelle si ils ne sont pas ou peu consultés.
ISSUU : lecture en ligne en plein écran et lecture par sommaire.

Scribd : moteur de recherche très bien (complet, plusieurs langues, gratuits/payants, par ressources)

Youscribe : document sous forme de bibliothèque.

 

Veille en temps réel et partage d'information au sein de la communauté scientifique de l'Observatoire Midi Pyrénées (OMP) / William Exbrayat (Université Toulouse 3)

Retour d'expérience du centre de documentation de l'Observatoire Midi Pyrénées dans son utilisation du portail 2.0 Netvibes.
Cet outil est utilisé  par les documentalistes pour agréger un ensemble disparate d'informations et d'outils à l'attention de la communauté scientifique dans une page publique ouverte à tous.
Netvibes est aussi un outil de veille performant pour collecter, structurer et partager de l'information pour les chercheurs. Les documentalistes participent à l'appropriation de cet outil par des actions de formation et par la construction sur mesure de tableau de bord personnalisé.
Enfin, Netvibes interroge sur le devenir du métier de professionnel de l'info  entre  partage de contenu et partage de savoir faire en matière informationnel au sein d'une communauté.

Veille en temps réel et partage d'info au sein de la communauté scientifique de l'Observatoire Midi Pyrénées/W. Exbrayat publié par agropolis International sur la chaîne JIST12

Intervenant : Williams Exbrayat ((Université Toulouse 3)

Consultez la présentation de William Exbrayat

prise de noteCliquez pour lire les notes prises pendant la présentation

Veille en temps réel et partage d'information au sein de la communauté scientifique de l'Observatoire Midi Pyrénées (OMP) / William Exbrayat (Université Toulouse 3)

Netvibes : intégration des réseaux sociaux.
répond à 2 problématiques :
- comment mettre en lumière et à la disposition des chercheurs les nombreux outils mis à dispo par internet
- faire de la veille facilement
- Le public est assez autonome.

En 2009, lors qu'une enquête sur les pratiques documentaires, les chercheurs avaient besoin d'un outil de veille qui soit ergonomique et que l'on puisse partager avec les collègues.
Internet un territoire riche en outils numériques pour le chercheur.

Rédiger : slideshare, framapad
Rechercher et surveiller : scrius, figshare, flux RSS, google alerte
Communiquer & médiatiser Research ID, MyScience Work
Gérer et partager : google, Zotero, Dropbox

Evaluer ...

Idée de faire une collection organisée d'outils et de contenus
Netvibes : agrégateur de contenu et de services
une bibliothèque virtuelle de contenu à l'attention d'une communauté scientifique
On peut agréger beaucoup de contenus.
C'est le centre de ressources qui initie le partage d'information et la veille.
Il faut faire attention à ne pas se noyer dans la multiplication des ressources.
Création d'un Netvibes chercheur, aide à la formation individuelle ou en groupe
Veille via flux RSS, organisation des flux, partage des flux.
Action: aide à la construction de tableau de bord personnalisé (veille thématique, médiatique)
Quand on clique sur le flux,on a l'analyse et on peut garder que certaines références bibliographiques.
On peut faire un panorama physique à partir d'un flux RSS.

Points faibles :
- Pas de fonctionnalités de stockage
- rupture de serviice intempestives et pérenité.
Points forts:
- interface agréable, personnalisation, interaction avec d'autres applications
- C'est un outil performant pour la veille et agrégation en IST.
- Techniquement, il favorise le partage de l'information.
- Ce n'est pas un usage au niveau des réseaux sociaux.

Le web social est très utilisé dans les bibliothèques.

Netvibes change-t-il l'exercice de notre métier ?
- Curation
- Médiation et formation
- Prospection et prescrption

Les outils du Web 2.0 sont-ils utiles à notre communauté ? On apporte des solutions.
On passe plus de temps dans la prospection.
Rôle des documentalistes passeurs de technologies
Prospection et prescription.
Grands changements pour le métier de documentaliste avec l'ère du numérique;
On est bombardé par des nouveaux outils.

Il faut relier les gens et les outils. TRAVAILLER ENSEMBLE.

 

Retour d’expérience sur l’utilisation de Wiki (La ferme de wikis) / Hélène Laxenaire et Christian Resche (Florac SupAgro)

Depuis plusieurs années, les wikis sont à la fois un outil pédagogique et un outil de travail incontournable à SupAgro Florac. Leur utilisation généralisée en fait un des outils de travail collaboratif de l'établissement, que cela soit pour les équipes, les étudiants ou les enseignants en formation continue. Nous présenterons un certain nombre d'utilisation réelles ainsi qu'un retour sur l'intérêt de l'outil dans une perspective de travail collaboratif.

La ferme de wikis

Retour d’expérience sur l’utilisation de Wiki (La ferme de wikis) / Hélène Laxenaire et Christian Resche (Florac SupAgro) publié par agropolis International sur la chaîne JIST12

Intervenants : Hélène Laxenaire et Christian Resche (Florac SupAgro)

presentationConsultez la présentation d'Hélène Laxenaire et Christian Resche

prise de noteCliquez pour lire les notes prises pendant la présentation

Retour d’expérience sur l’utilisation de Wiki (La ferme de wikis) / Hélène Laxenaire et Christian Resche (Florac SupAgro)

Qu'est ce qu'un Wiki ? site web que l'on modifie sans changer d'interface
Pour quels usages ?
- Capitalisation des textes, images, vidéos
- Ecriture collaborative du texte
- Participation facilités : abaisse le seuil de participation
facilité d'utilisation pas besoin de mot de passe

yeswiki utilisé

En pratique: une ferme de wikis.

Présentation de situations différentes d'utilisation de wikis.
Présentation de plusieurs wikis

Le wiki permet de travailler à plusieurs sur un projet précis : création d'un site web, réponse à un projet européen, support de formation à distance etc...
WIKI utilisé pour des réseaux : compitation de tous les travaux, mise en ligne de fiches techniques...
on peut y intégrer du texte, de la vidéo, de la musique... Système très ouvert

utilisation pour rédiger un projet européen, avec contenu du projet, scindé en chapitres

Un wiki peut avoir une durée de vie très courte et ne nécessite pas toujours une belle mise en page car "document" de travail.

Les wikis sont simples à utiliser pour les étudiants.
Intranet sur le wiki avec des ordres du jour et des compte-rendus de projet.
Tableau de bord des projets en cours.
Intérêt de l'utilisation de wikis : accroître la participation, le groupe sait qu'il a du chemin à faire ensemble.
Travail à distance
Apprendre à collaborer. (Etherpad, Google docs, ...)
Bénéficier de l'intelligence collective.
Rendre visible le travail en cours.

Sécurité : On ouvre à priori et on règle le problème à postériori et on peut récupérer la version archivée.
- Avoir une communauté souhaitant collaborer
- Mettre en place les conditions pour qu'elle collabore
- Utiliser le wiki à distance et en présence
- Prévoir un cadre pour débuter

Intérêts :
accroitre la participation, la responsabilité.
Permettre une collaboration asynchrone et à distance.
Individualiser la formation.
Apprendre à collaborer
Bénéficier de l'intelligence collective.
Rendre visible le travail en cours.

Depuis 2007, existe
ceux qui vivent restent au bout de 6 mois ils demandent si ça vit encore ou pas;
100 fermes
20 à 40 personnes qui travaillent sur les projets de Supagro Florac.

 

Une expérience avec les wikis : Pl@ntUse, le wiki sur les plantes utiles / Michel Chauvet (Inra)

Mediawiki (développé par Wikipedia) est d'un abord un peu difficile. Mais il a de nombreux avantages :

  • ceux de tous wikis : possibilité de mettre en ligne sans l'intermédiaire d'un informaticien, et de corriger à tout moment ; possibilité de redéfinir le formatage des données après coup, et de gérer des données hétérogènes ;
  • le logiciel est bien documenté ;
  • il est familier à tout utilisateur de Wikipedia (allure générale et syntaxe de base) ;
  • ses potentialités sont immenses ;
  • sa visibilité par les moteurs de recherche est bonne.

L'outil est une chose, mais l'organisation entre contributeurs est essentielle, et permet de répondre aux craintes sur la qualité des données.
On peut mettre de nombreuses images, et en particulier celles qui sont sur Wikimedia Commons (en licence Creative Commons CC-BY-SA ou libres de droits).
En conclusion, cette solution est adaptée au développement de systèmes d'information encyclopédiques qui gèrent des données diversifiées

Pl@ntUse

Une expérience avec les wikis : Pl@ntUse, le wiki sur les plantes utiles / Michel Chauvet (Inra) publié par agropolis International sur la chaîne JIST12


Intervenant : Michel Chauvet (Inra)

Consultez la présentation de Michel Chauvet

prise de noteCliquez pour lire les notes prises pendant la présentation

Une expérience avec les wikis : Pl@ntUse, le wiki sur les plantes utiles et usage de plantes/ Michel Chauvet (Inra)

Permet de créer des échanges entre botanistes.
Solution Wiki

Pourquoi Médiawikis ?
Mediawiki permet d'héberger des millions de pages
Biowikifarm : consortium
Il doit être mis à jour régulièrement.
Wiki intéressant pour mettre en ligne très souvent de nouvelles données
Facile d'utilisation et les contributions visibles immédiatement
Existe sur mediawiki bcp de modèles
sur mediawiki les contributions sont traçables possibilité de revenir sur une version antérieure
pas très sexy toutes ces balises
syntaxe wiki à connaître (exemple réalisation d'un tableau)

Les scientifiques ne souhaitent pas utiliser de Wiki.

Peur qu'une tierse personne vienne modifier leurs données
scientifiques ont investi les wiki et notamment wikipedia aux US
un wiki = un outil

possibilité de donner des autorisations. Ils ont choisi de demander aux contributeurs de s'inscrire avant d'intervenir.
Une page d'aide et mode d'emploi a été créée
Toute page est accompagnée d'une page de discussion. On peut adopter un système sous forme de groupes selon le sujet d'intérêt.
C'est une licence Creative Commons : licence CC-BY-SA.
Cela rentre dans le cadre des droits d'auteur et du droit moral des auteurs en particulier.
Sur Wikimedia, utilisation d'images
Pour plantuse, signature des auteurs pour certaines pages

 

Conclusion générale / Aline Bouchard (Urfist Paris La Sorbonne)

Consultez la conclusion faite par Aline Bouchard

Conclusion Journée d'étude "Les enjeux des réseaux sociaux pour les scientifiques / Aline Bouchard (Urfist Paris La Sorbonne) publié par agropolis International sur la chaîne JIST12

Journée d'étude Information Scientifique et Technique - 10/12/2012 - Montpellier (JIST12)"Les enjeux des réseaux sociaux pour la communauté scientifique"
Intervenante :Aline Bouchard (URFIST Paris La Sorbonne)

prise de noteCliquez pour lire les notes prises pendant la présentation

Tous les aspects des enjeux des réseaux sociaux, les attentes, les risques..

1. Intéret et limite pour la communauté scientifique
diversité des usages possibles de tous ces réseaux sociaux (prof, recherche)
outils affichage, réseautages
collaboration s plus aisées plus informelles

2. compétences pour les professionnels
Trouver des informations
Accroitre la visibilité des chercheurs
Colaboration plus aisée, plus informelles
Possibilité de mise en ligne de documents aidant à la recherche

3.Risques de tous ces outils pour la communaté scientifique : multiplication des outils, des profils, présence sur internet;..
Limite autre : confidentialité des données (W. Exbrahia)
pb lié à l'utilisation d'outils en ligne : questions de rupture de services, fin de fonctionnalités de certains d'entre eux

Question de la pérennité des données., services assurés par des sociétés commerciales

question de la paternité d'informations sur les réseaux sociaux. !Question importante qui rebute les chercheurs pour publier sur internet et les outils 2.0

Crainte de la récupération de leurs données.

vont-ils avoir un effet durable pour la diffusion de la science ?

nécessité de prendre en compte d'autres formes de publi dans l'évaluation comme les blogs

Compétences informationnelles mobilisées avec ces outils pour les documentalistes, les étudiants ...

Tous ces outils obligent les utilisateurs à etre à jour sur les outils les plus adaptés à ses besoins.

Validation de l'information via la curation (rôle des documentalistes), alerter sur les risques et les conséquences éventuelles
questions juridiques, droits d'auteur, validité des informations ...

L'utilisation de wiki et blog permet qd mm de travailler en collaboration ce qui n'existaient pas auparavant.

On parle d'article augmentés, articles du futur avec des contenus plus développés

Les outils de réseautage représente des outils supplémentaires mais ne révolutionne pas les pratiques de la science

W Exbrayat a bien résumé l'évolution du métier de documentaliste
Rôle de défricheur, tatonnner pour voir les outils qui servent le mieux la communauté

Place des professionnels de l'infor : outils 2.O rétablissement de la place des documentalistes, s'est une valeur ajoutée des savoir-faires et de la connaissance des outils.

C'est un défricheur.

Réaffirmation de la place des professionnels de l'information, mais pas un role prescripteur

 




 
 

Mis en ligne le 03.01.13


Contacts :

ADBS - LR
Dominique Villebrun, dominique.villebrun@inserm.fr
Isabelle Cazejust,cazejust@aol.com

CIST Agropolis
Annabelle Filatre,annabelle.filatre@agroparistech.fr
Chantal Salson, salson@agropolis.fr

Doccitanist
Yannick Brohard, yannick.brohard@cirad.fr
Véronique Humbert,veronique.humbert@montp.cnrs.fr




Extrait du site http://www.agropolis.fr/actualites/2012-enjeux-reseaux-sociaux-communaute-scientifique-ist.php